Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 19:12

TDM xx Novembre 2009 : La Costa Verde, Paraty, Ubatuba.

 

  

Bresil CostaV Rte de Rio 2JPGChoix Cornélien !!! Tribord ou Babord ?




Que nenni monseigneur !!  Entre au Nord Rio et Sao Paolo au sud, sur quelques centaines de km en bordure océane s’étend la Costa Verde, qui doit son nom à la relative préservation de cette fameuse Mata Atlantica. Forêt primitive qui bordait jadis les plus de 6000 kms de la façade Atlantique entre les 2 Rio Grande brésiliens, del Norte près de Fortalezza et del Sud près de Porto Alegre. Pouvant s’étendre sur plus de 800 Kms à l’intérieur, cette forêt de plus de 1 millions de Km² (deux fois notre héxagone…) à l’arrivée des portugaich, a été malheureusement détruite à plus de 90%.... !!!

 

Carte-CostaVerde-Rio-Paraty1.JPGCosta Verde.

Bresil CostaV Praia Gde Vue2Il y a tellement d'îles, et d'ilôts qu'on ne peut apercevoir l'océan...

 

Nous filons via bus depuis Rio sur Ubatuba où nous devons retrouver un copain brésilien, vrai marin navigateur (ça existe) rencontré aux Canaries et qui nous a devancés de quelques mois et en solo ''tranquil''.

 

 

bresil CostaV tropique Capricorne PauloEb

Paolo alias Paolo das Nueves

Nous sommes ici à la frontière de la zone intertropicale, au sud commence le pays des zones tempérées, au Nord la zone intertropicale puis l’équatoriale. Nous sommes par 23° et quelques mn dans l’hémisphère Sud, il fait toujours aussi bon, l’eau de mer est toujours aux alentours de 28°c, les brésiliens sont toujours aussi souriants, cools, « tranquil » et Paolo est un fidèle brasileiro paulista (habitant de Sao Paolo l’hyper mégapole du pays, plus de 20 millions d’habitants).

  

Comme beaucoup de jeunes brésiliens, il est aussi un fervent écolo, et a tôt fait de nous faire parcourir cette Mata Atlantica tropicale qui est vraiment splendide.

 

 

Bresil CostaV Mata ATlantica 1 

En parcourant souvent in pédibus les bois, avec des cascades comme point de récupération, nous filons dans le territoire des natifs ( indiens ).

 

 Bresil CostaV Mata ATlantica 3



Bresil CachoeraCachoeira

 


bredil CostaV Ubatuba Cachoera 4


Nous allons découvrir en pleine forêt, un village dans le coin d’Ubatuba, tenu par des jeunes Verts, qui tentent de vivre en autarcie, en osmose avec la nature. Tout y est recyclé, récupéré. L’énergie fournie par une petite turbine hydraulique.

 

bredil CostaV Paolo Village Ecolo5 Eco-village près d'Ubatuba.

 

bredil CostaV Paolo Village Ecolo3

bredil CostaV Paolo Village Ecolo 02




Nous apprenons à reconnaître les richesses de ce jardin d’Eden où tout semble pousser à foison. Ici un cacaoyer, là un manguier, de-ci un bananier, delà un ananas, ici un maracuja (fruit de la passion), là du café, là un papayer, ou encore, un cocotier, un arbre à pain. Et une multitude de fruits inconnus acérola, le tonifiant açai, les graviola, guarana et autre jacquier … en fin d’article pour les ‘ceusses’ que ça branche, j’ai fait quelques photos récap.


 

Mais gaffe, il y a des pièges comme cet innocent palmier épineux à la piqûre bien douloureuse, utilisé comme aiguille par les indiens.



Bresil Plamier epines 1 Mata Atlantica 

Bresil Plamier epines 2 Mata AtlanticaPalmier épineux.


Paolo en connaît un bout, pour y avoir vécu plusieurs années de son adolescence en pleine Mata.

 

 

Nous visitons une ancienne rhumerie convertie en moulin à farine de manioc.

Je vous montre ce fameux manioc dont la farine nourrit une grosse partie de l'Afrique et de l'Amérique du Sud.


bresil CostaV ManiocPlant de manioc.
Bresil Manioc champ 1Champ de manioc.

bresil CostaV Moulin a Manioc 00Minoterie.
bresil CostaV Moulin a Manioc PauloMeunier un peu manioc ....




Retournons sur lacôte, après cette virée sylvestre. Non sans avoir admiré la belle robe du tangara brésilien venu nous saluer.

bresil Oiseau bannanes2" j'suis beau comme un tangara do brasil"


Bresil CostaV Ubatub beach pano 1La belle plage d'Ubatuba.


Cette Costa Verde est superbe, et devrait faire l’objet d’une visite en bateau, car la côte est jonchée d’îles, d’îlots inhabités, bordés de plages blondes, très appétissantes. De nombreux petits ports se nichent dans de belles criques, comme Praia Grande où un bouiboui local nous fait la surprise d’abriter un grand père, virtuose de la guitare, et amoureux de MPB (musique populaire brésilienne). Supers instants dans cette nature calme, sereine, ou rien de grave ne semble pouvoir arriver…

 




 

 

Bresil CostaV Praia Gde VueLe charmant petit port de Praia Grande.
Bresil CostaV Praia Gde 4Toute la sérénité de la Costa Verde.

Bresil CostaV Praia Gde Pecheur

 

 

Plus loin, nous visitons Trindade connue pour ses plages, même si celle des cachacas à quelques km, n’est fréquentée que par des locaux.

 

 

bresil CostaV Trindade lage Cachacasp6 Trindade Cachacas.

 

 

bresil CostaV Trindade plage Cachacas5
bresil CostaV Trindade lage Cachacas8Rochers aux bromélias très accrocheurs.... accrochés.

bresil CostaV Trindade lage Cachacas22.


 

Bresil CostaV Demoiselles2 Les demoiselles de Trindade..assez loin de Rochefort somme toute..









Petit joyau répertorié par l’Unesco au patrimoine culturel mondial, Paraty, ex-village de pêcheurs finira la visite de cette belle région.

Mettez un casque, je vous y emmène en moto de la Serra Bocaïna (montagne qui longe la Costa Verde).

 



Bresil CostaV Paraty Ecusson Armoiries-copie-1

Armoiries

Bresil CostaV Paraty La maison la caleche1Paraty la calèche, la maison et le palmier.
Bresil CostaV Paraty le mousaillon La maison le ve-copie-1

Bresil CostaV Paraty L eglise le diable et l AIle -copie-1

Paraty le diable, l'église, et l'ange de l'enfer...
Bresil CostaV Paraty2
Bresil CostaV Paraty fenetre2
Bresil CostaV Paraty Flamboyant cocos2Le flamboyant, le canon et les noix de coco.
Bresil CostaV Paraty port2Le port.

Bresil CostaV Paraty Promene couillon tapouille 1Promène couillons.


Que dire de ce village ? bien trop touristique, où les belles maisons colorées n’abritent plus  que pousadas, restaurants, boutiques,  qui alternent dans un très joli cadre, bien "propret", avec un petit port plein de bateaux de promenade très « flashis » qui attendent le curieux, le toutou, le gogo, le bof, le couillon.  C’est beau, et comme disait Coluche : « Bon c’est beau, et maintenant on se casse » .

Bresil CostaV Paraty port panoAllez moussaillon ! debout on lève l'ancre.



PS moi, j’ai préféré les trecks dans la Mata…. Mais c’est un avis très perso…..
Bon, nous quittons Paolo, espérant le retrouver sur La Licorne lors de notre séjour Bahianais dans quelques mois.


Si une dernière glissade dans une cascade de la forêt, vous tente suivez-moi.

 Cascade Toboga la bien nommée.


Voici quelques clichés des trésors de la Mata Atlantica, comme promis:

bredil CostaV Cacaoyer 2Cacaoyer... porles amateurs de Lindt.
Bresil Foret BananierBananier

Bresil Bonito Palmier Açai xx11

Palmier açai.
,

Bresil Jaquier 1Jacquier

Bresil Rio Arbre a Pain01

Arbre à Pain.


Bresil Rio Manguier Sacha 03

Manguier acha.


A bientôt les amis
Até logo Paolo.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 18:15

Nov 2009 :  Rio de Janeiro le mythe.

 


 

Amerique Sud Rio Janeiro

Comment ne pas tomber dans le cliché ou la carte postale, lorsqu’on veut faire découvrir cette cité…. ?   Difficile, je vais essayer. Je vous emmène promener, déambuler dans la vaste agglomération, qui se prélasse sur le sable des plages de l’Atlantique,  un verre de Caipirinha à la main, la Samba dans les écouteurs, la tête posée dans la plus grande forêt citadine, le nez en l’air à plus de 700m, et qui semble rêver.

 

Immense agglomération de plus de 11 millions d’habitants aux quartiers qui à eux seuls, évoquent mille visions exotiques, Flamengo, Botafogo, Ipanéma, Copacabana, Fulminense, Gloria, Lapa…..


Juste un petit cliché pour se mettre en jambes..
 Bresil Rio Baie Pano4

 Vous êtes à Rio sur le Pain de Sucre....



Et dire qu’elle a failli être française, car si la Baie a été découvert en 1502, 4 ans après le voyage princeps de Cabral, la première cité coloniale de Rio fut construite par Villegagnon en 1555, et ne vécut que quelques années, reprise par les lusitaniens.

 

En fait longtemps petite cité provinciale sous la coupe de Salvador de Bahia jusqu’au XVIII e, elle prend les commandes du pays du fait de la découverte d’or dans l’arrière pays (le Minas Gerais) et surtout grâce à Napo, au début du XIXe, quand il  envahit le Portugal virant manu militari l’empereur, qui vint s’installer ici et faire de Rio une superbe ville coloniale, riche et prospère.
Une fois le belliqueux français Hélènisé, Joao VI retourne au pays et laisse son fiston  Pedro Ier Prince Régent. 2 ans plus tard en 1822, celui-ci proclame l’indépendance du Brésil !!! (faites des gosses…. J’vous jure….).

 

Bon tout d’abord le site, une vaste encoche à l’abri des assauts de l’Océan, (il faut bien le dire jamais très méchant ici), la Baie de Guanabara que son découvreur  portugais, pris pour l’estuaire d’un grand fleuve, et comme nous étions en janvier 1502, la nomma Rio de Janeiro ( ne s’est pas fait d’ampoule  au cerveau, le Gaspar de Lemos….).

 


Carte Rio 11

Bresil Rio Baie Pano5Baie de Guanabara.

 

Premières surprises les plages mythiques d’Ipanema et Copacabana ne sont pas dans la Baie, elles s étalent sur l’océan. L’entrée est gardée à bâbord par le fameux Pain de Sucre (dénommé Motte de Beurre par les sbires de Villegagnon), et tribord par Morro do Pico.

 

 


Bresil Rio Botafogo Pao du Corco1Entrée de la Baie avec Pain de Sucre et Morro do Pico au fond. 

 

Evidemment la vue est sublime du haut du bossu (Corcovado) sis à 704m sur lequel le Christ rédempteur sis. Mais faut-il encore avoir un ciel clément et des nuages clairsemés…. Nous y reviendrons.

 

 

Je vous montrerai au fur et à mesure, les photos prises des pico pour chaque quartier.

 

 

Avant de vous balader, et afin de vous tranquilliser (je vous assure vous ne risquez rien), on va parler une fois pour toute du problème de l’insécurité dans RIO. Sans dire qu’elle est mythique, elle est l’obsession des classes moyennes, comme le montre à longueur de journaux télévisés, le petit écran. On ne parle que de meurtres, assassinats, vols, viols, et descente de police, coups de feu, fusillade, mitraillage, j’en passe et des meilleures. A tel point qu’une fois planté devant la télé, on sort parfois la tête dans la rue, pour voir le spectacle, la tuerie, le carnage, …. Pour ne voir déambuler que des mamies berçants des bambins, des jolies minettes en short ou maillots, walkman vissé aux oreilles, qui se trémoussent au son d’une samba à minuit passé dans un square vide .. Pas vu l’ombre d’une agression, d’un viol, pas entendu de détonation. Bien sur, je ne parle que des quartiers dits huppés, Ipanema, Sta Teresa, le Centre, mais aussi à Botafogo, Lapa, et Copacabana pourtant réputés pour leur insécurité….. Bien sûr je ne me suis pas baladé minette à la main, Rolex au poignet, chaine aurifère au cou, dans les quartiers Nord, dans les favelas, et oui j’ai dû courser et plaquer un toto qui voulait me piquer la sacoche de photo sur la plage de Copacabana, mais c’était écrit partout, « faite gaffe sur la plage » ,…. Et je suis incapable de faire attention plus de 7mn30. (c’est inscrit dans mon ADN).

 

Donc, oui il doit y avoir de gros problèmes dans les quartiers chauds, où délinquance, drogue, chômage font des ravages dans les populations de jeunes, mais plus qu’à l’Ariane ? la Zaïne ?, les quartiers N de Marseille ? pas si sûr…..

 

De plus, la flicaille est partout omniprésente, à pied, à cheval, en voiture, en quad, en VTT, et en 2 roues électriques comme ici à Ipanéma. Et de plus pas à crocs, sur les dents, plutôt cool, à l’image du pays.

 


Bresil Rio Police Montée1Police à quatre pattes.
Bresil Rio Ipanema Police QuadPolice à quatre roues.
Bresil Rio Police Montée 2Police à deux roues.

(NB : vous venez de voir les photos les plus moches sous exposées, mal exposées, pas assez piquées, bref un erzat de ce qu'il ne faut pas faire...)
 

 

Allez !on y va, commençons par le quartier des affaires le Centre, lieu des building à l’américaine, mais aussi des maisons coloniales, des rues hypercommerçantes, des grandes places, des centres commerciaux.

 


Bresil Rio Centre de Sta Theresa10Les quartiers du Centre et de Lapa.

Bresil Rio Centre Vie 1
Rio le Centre.

Bresil Rio Centre Maison 1
Maison Coloniale.

Bresil Rio Centre Vie Fourgon




 





Bresil RIo Centre Immeuble 6

Immeuble branco

Bresil RIo Centre Immeuble 4

Immeuble preto.

Bresil RIo Centre Immeuble 5

 


Près du Largo, la rue Carioca est emblématique, lieu où est choisi le thème du prochain carnaval, lieu où se situe le temple de la Bossa Nova : la Toca de Vinecius, magasin musée dédié à la Bossa et ses maîtres Baden Powel, Vinecius de Morales, Carlos Jobim, Stan Getz,….


Bresil Rio Centre Rue Carioca Temple BosaNova5Le temple dla Bossa Nova.
Bresil Rio Centre Rue Carioca Temple BosaNova
 

(A noter afin de ne as faire d’impair, le Carioca, n’est pas une boisson, un volatile, un poisson, un brésilien quelconque, le Carioca, est un habitant de la ville de Rio, un vrai local, et non pas un habitant de l’état de Rio qui lui est un fulminense. Gaffe, faut pas confondre…. C’est un peu comme un niçois et un italien, un maximois et un tropézien, y a des limites à l bonne séance, et il est de bon ton de ne point confondre.….)

 

 

Quartier très moderne, mais qui a son histoire et recèle un petit bijou d’église, l’Igréja de Sao Francisco de Penitencia. Le mot petit bijou n’est pas usurpé tant l’intérieur est recouvert de feuilles d’or. Du XVIIes finie en 1739, elle est représentative du baroque brésilien. Le plafond est la première peinture en perspective do Brasil.

 

 

 

 Bresil Rio Centre COuvent Eglise S Francisoc de P Avion

 L'église et l'avion....

Bresil Rio Centre COuvent Eglise S Francisco de P3Eglise de St François
Bresil Rio Centre COuvent Eglise S Franciscoo de P plafondPremières perspectives picturales brésiliennes.



 

Plus au Nord se niche le Monastère de Sao Bento, avec son église qui égale en splendeur la maison de François.

 

Bresil Rio Centre Monastere Sao Bento1Monasteiro de Sao Bento.
Bresil Rio Centre Monastere Sao Bento4



De nombreux autres endroits de culte parsèment les quartiers environnants Lapa, Catete, Sta Teresa. Juste une vue de la très moderne Cathédrale Métropolitaine, vous montrera tout le contraste de cette ville magique.

 

Bresil Rio Lapa Cath Metropolitana 0Les temps changent.... avant rien dehors tout dedans, .... maintenant tout dehors....

Bresil Rio Lapa Cath Metropolitana 2pas grand chose dedans. Cathedrale Métropolitaine.

De Sta Teresa qui domine Lapa et le Centre, un petit train le « Bonde » vous chemine vers le musée de Chacàra et le parc das ruinas qui révèle Rio et sa baie.

 



Bresil Rio Sta Theresa Funic 4le bonde qui cahote de Lapa à Sta Teresa.
Bresil Rio Baie Pano de Sta Theresa1vue de la Baie du Parc des Ruines.

 

 

 

 

Avant de vous emmener en maillot sur les plages de Rio, venez donc voir les deux symboles de la ville.

 

 

Commençons donc par le Seigneur qui semble garder sous sa protection la grande cité.  Il est au sommet du Corcovado à plus de 700 m de haut, dominant toute la Baie. Je vais tenter de vous le monter sous des angles peu ou mal connus (si cela est possible…).

 

Regardez la carte du début il est au bord de la forêt de Tijeca, entre les quartiers NW et Sud.


Bresil Rio Corcovado 02Le Christ et le flamboyant.
 

Son histoire remonte aux années 30 du siècle dernier, l’idée est de Heitor Silva da Costa un ingénieur Carioca bien connu (dans le pays,… enfin la ville,….. plutôt le quartier,….. ou du moins la rue.  Au 17 bis on le connaît bien.  Et vous ?).

En fait le Da Costa était ingénieur et grosse faignasse, car c’est un petit manuel qui a fait le boulot au ciseau à pierre, le français Pal Landowski.   Cinq ans de boulot !!!! tu parles 30 m de haut le christou, 700 tonnes !!!


 Bresil Rio Corcovado 07

 

Chaque main pèse 8 tonnes et mesure plus de 3 m

 

Bresil Rio Corcovado MainUne sacrée main......

 

bresil rio corcovado tete
Une bonne tête.

 

 

 

Les médisants et autres sycophantes, vous diront qu’il est dans cette position bras étendus, car en position d’attente que les Cariocas se mettent au boulot,…… pour applaudir.

Bresil Rio Corcovado 08 " Allez je compte jusqu'à 3...."

 

Mais je n’y crois pas. Ce ne sont que des jaloux, et / ou des étrangers, des non cariocas….

 

 

 

Bon, je blème du corco, c’est son accession, un train serpente le parc de Tijuca pour y parvenir.  Faut compter 2 à 3 heures d’attente dans la gare de Paineras, avec quelques copains brasileiros (les cariocas y viennent pas, sont pas fou !) ou non, disons 300 000. La montée du Sacré Cœur ou la visite du Mt St Michel, ambiance….. suffocante,  par 30°c mini, voire 35°C.

 

 

Donc quand en haut de plus la brume, les nuages bouchent la vue, on ne pense qu’à une seule chose, sortir du four, s’échapper du zoo, sans marcher sur personne, sans invective, sans rouscaille, sans perte de temps surtout …..

 

 

 Je vous montre quelques vues prises, après avoir débarqué (viré) par-dessus bord quelques japonais et autres slovaques expatriés…

(on va être obligé de revenir par beau temps..... à la prochaine boucle.)

Bresil Rio Pao Botafogo du CorcoVuSE, L'entrée de la Baie , le Pao et Botafogo




Bresil Rio Botafogo Copacabana du Corco Vue sur le Sud avec Botafogo à babord et Copacabana en front de mer.

 


Bresil Rio Ipanema Lagoa Rodrigo FreitasPlus Sud Wle Lagoa de Freitas et Ipanema en front de mer.

Je vais être sympa, je vais vous filer un bon tuyau : une fois à la gare , prenez un taxi, c’est le même prix , et faites vous amener directos au Corco. De plus si vous avez des nuages en haut, le taxi vous emmène au Belvédère de Dona Maria, moins haut mais sous la brumasse….

 

 

Passons ! perdons quelques décamètres pour filer vers Urca, avec son Morro et surtout son Pao Azucar. Un peu moins de monde, 400 m de haut seulement, une montée en deux étapes via téléphérique comme au ski, et très peu d’attente. Là haut, il y a quand même plus de place, on respire un peu mieux. On profite du panorama qui est quand même incroyable, même si Iro, Olaf, Alessandro, Gregor, Paco, William, … (que des mecs !!), Boby, Petrov, trouvent toujours le pigeon (moi en l’occurrence) pour le prendre en photo avec bien sûr Toshi, Svela, Claudia, Paquita, Elisbeth ,Pam, Petrova…..

 

Je profite du temps clair pour vous monter quelques photos du site.


Bresil Rio Botafogo Pao Azucar01 Le Pain c'est lui.... de loin Sta Teresa.

Bresil Rio Urca Montée Pao Azucar teleph3du départ du télé.... sans les batons...
Bresil Rio Urca Pao Azucar 1de moins loin mais plus haut... du Morro de Urca.


 Bresil Rio Baie Pano2

 Voili, plein W, à babord, la petite plage vermelho, puis Copacabana à tribord Botafogo, Flamingo, Catete., en bas Urca.

Bresil Rio Baie Pano3

 on reprend plein N, à babord Flamingo, Catete puis l'aéroport , à tribord Niteroi.

En résumé et vidéo ça donne un petit pano sur la baie de Guanaraba.



On ne pouvait finir le Pain de Sucre sans un regard pour le rédempteur… qui bien que caché dans les nuages, a daigné faire une courte apparition pour nous saluer.  Décidemment ce pays est béni des Dieux…… (sans jeu de mot)

 

 


Bresil Rio Corcovado 001Il a marché sur l'eau et maintenant il vole dans les nuages....


 

En fin de journée, avec un peu de patience, on voit tout doucement la ville se parer de mille lumières.

 
Bresil Rio Flamengo Catete Gloria Night 

Bresil Rio Botafogo Pao Azucar night2

 

Bon, on a vu le Corco, le Pain, le Centre et Sta Teresa, Lapa, on fait une petite pause, pour reposer les gambettes, les petons, asseyons nous jambes en l’air, et parlons un peu de l’envers de la médaille.

 

La pauvreté. Tous les chiffres sont donnés à tort et à travers, de sorte qu’il est difficile de connaître la vérité. 35 % de cariocas seraient sous le seuil de pauvreté, mais 20% logeraient dans les favelas ??? les autres ne dorment donc pas… ou peu dans les rues ? possible j’en ai vu. Mais 15% de 11 millions, ça fait quand même 1 million et demi de SDF…. ?

 

 

  Bresil Rio Centre Vie clodo



Les favelas, ces bidonvilles qui "squatent" les Morro de la ville, sont parfois énormes comme celle de Larenjeiras, ou de Rochina qui abrite plus de 150.000 personnes.


bresil rio favela Laranjeras Botafogo1 Favela Laranjeiras. Botafogo derrière.

 

bresil rio favela Laranjeras 3
bresil rio favela Laranjeras 2
 

Je dois vous parler, d’une chose qui m’a choqué, dans les hôtels, on vous propose nombre de tours d’excursion, là pour visiter le Corco, là pour le Parc de Tijuca, là encore, le jardin botanique,là pour survoler en aile delta la ville, mais aussi pour faire une virée dans les favelas…….. Je trouve ça quelque peu indécent, on va visiter une favela comme un zoo !! «  Oh regarde comme il a l’air pauvre celui-là ! et t’as vu sa maison ? en tôle !!! oh et celui là comme il est maigre ….….. ».

En fait je trouve ça obscène ? aussi désolé, pas de virée dans les favelas, où les gens triment pour  leur survie, comme dans bien des mégapoles mondiales.

Dailleurs la majorité des habitans ont des petits boulots, ambulants, sur les plages, dans les rues, les marchés, comme ces récupérateurs de "latas" (canettes de bière, coca, ...) qui les font écraser par les bus cariocas.
Bresil Rio Lata Bus 2Récupérateur d'alu.

Bresil Rio Ipanema ChatSablePetits bouleaux des plages : constructeur de chateau


 

Bresil Rio Ipanema Paréo3

Petits bouleaux des plages: vendeurs de paréos. 




Allez, zou, on boit un grand verre d’Açai  (fruit amazonien aux vertus toniques), et justement  on va aller faire un tour vers les plages….. à la recherche du string qui fait fureur.

 

Il faut noter que les plages de Rio  ne se résument pas à Ipanema, et Copacabana.

 Arpoador, Botafogo, Flamengo, Conrado, Leme, Leblon….. Mais bon, autant aller voir les plus in.

 

Ipanema est réputé et plus smart que Copa qui serait plus familiale, bon, je veux bien, mais la différence n’est pas majeure. Chacune des deux plages longe les quartiers riverains du même nom, et s’étendent sur plus de 4 Kms.

 

Bresil Rio Copacabana de PaoAzucar1 Copacabana du Pain de Sucre.

 

Bresil Rio Copacabana 02 


Son quartier est très animé, avec des petits marchés ouverts sur les places.


Bresil Rio Copacabana Marché Praca Bitencourt11
Bresil Rio Copacabana Marché Praca Bitencourt13Rouges les pastèques.
 Bresil Rio Copacabana Marché Praca Bitencourt16

 

Jaunes les bananes.... (oui je sais, je sais.....  mais je fatigue... fait chaud)


Bresil Rio Copacabana Marché Praca Bitencourt4Roses les aulx mais relevés. 



Vides ou quasiment désertes la semaine, les plages sont envahies le week-end, avec leur avenue littorale rendue aux piétons, et baigneurs de tout poil.
Très sportif,  le CariocaBresil Rio Ipanema Av dimanche pédale, court, jogge, fait des pompes, volleye, se muscle, dès le bon matin.

 

 

  Bresil Rio Ipanema tags

 Tag in Ipanema.

 

Ipanema plus chic et branchée, recèle la fameuse Gargota de Ipanema, bossa qui a fait le tour du monde (The Girl from Ipanema) de Venicius de Morales et Carlos Jobim,. Lors de sa sortie la gargota : jolie fille à la peau bronzée qui déambule sur la plage d’Ipanéma, a fait figure d’emblème du Brésil, et représentait la belle cité de Rio.

Oui donc la Gargota est matérialisée par un petit bar surmonté de la partition musicale.

 

 

Bresil Rio Ipanema Gargota2 Très sympa dans ce troquet, le serveur nous a offert des dessous de boc de bierre.


Plus chic, ici se fait la mode, des maillots brésiliens, avec la boutique Bum Bum  qui a longtemps détenu le record du bout de tissu le plus cher du monde. Un string 4 cm2 a plus de 100 euros !!!!  En 2010 le maillot à la mode est plus étendu.

 

 
Bresil Rio Ipanema magasin BomBoum1

 

Pas de top less au Brésil, interdit le mono... 




C’est ici que trône l’empire de Mr Stern, Hanz de son prénom,  orfèvre bijoutier qui possède des boutiques Place Vendôme, à New York, Tokyo….

Petit dactylo dans les années 35-40 fuyant le nazisme, il découvre une aigue marine de 35 kilogrammes !!! qu’il va revendre a Somoza au Venezuela et assurer son avenir.

Bresil Rio Ipanema Stern 1Empire Stern Building.


Bresil Rio Ipanema pano1 Ipanema the big beach

 

 

Bon alors ? les strings, les nanas ? les gargotas !!! oui ; oui ça vient.

 

Bon j’en ai dégoté quelques unes, mais il faut bien l’avouer, ce sont les mecs qui sont beaux gosses, on en trouve à foison, alors que les beaux p’tits c…. sont souvent rondouillards, voire obèses… et oui les temps changent.

Par contre ce qui pullule sur les peaux plus ou moins dorées et bronzées, ce sont les tatouages.

  

Bresil Rio Tatouages4

 

,

Bresil Rio Tatouages1 

 

Bresil Rio Tatouages5
Bresil Rio String 9Les 4 mousquetaires....

Bresil Rio Tatouages3"t'as vu les gargotas ??"
Bresil Rio Ipanema 12
Bresil Rio String 13Y sortent d'où les pipaillons...?????



Une rencontre sympa à Sta Teresa, une tribu de marmousets (ouistiti nains) venue partager notre petit déjeuner.

 

Bresil Rio Marmouset 2
Bresil Rio Marmouset 5Ch'est bon !!!!!

Je finis sur le Jardim Botanico : énorme où là, j’ai trouvé beaucoup de belles plantes.


Bresil Rio Orchidée Phalaenopsis2
Bresil Rio Orchidée xxx1
Bresil Rio Orchidée Faelia Punpunata 3
Bresil Rio Orchidée z1
Bresil Rio Orchidée yy1
 

 

Voilà j’en termine avec Rio, sans oublier de vous dire tout ce que je ne vous ai pas tout raconté :

 

Le quartier Maracana et son plus grand stade du monde :

Bresil Rio Maracana du Corcovado


 

Le survol de Rio en aile delta :


Bresil Rio Vol delta 001Edouardo et ses néo-baptisés.

Bresil Rio Vol delta Ant 05Survol de Sao Conrado.
Bresil Rio Vol Delta Envol panoLa plate-forme d'envol : altitude 500m.... atterissage en bas à droite sur la plage.





La forêt de Tijuca

 

La Palais de l’ilha Fiscal

 

Le quartier Niteroi en face et son énorme pont

 

Si je dois garder un souvenir de Rio à l’image du pays c’est assurément ce couple jeune, beau, et multicouleur, qui  déambule sur Copacabana, l’air détendu et entendu plein d’espoir. L’avenir de notre planète est ici résumé.

 

 

Bresil Rio Vie 02 

 

Bientôt je vous emmène voir un poto brésilien sur la Costa Verde au Sud de RIO.

 

A +

 

 

PS dernière colle : de qui le tableau ?

 

 

Bresil Rio Pavés 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 15:33

Novembre 2009 : le Pernambuco : Recife, Olinda, et Itamaraca.

Le Pernambuco est un des 26 états fédéraux du Brésil, juste en deça du Paraiba de Jacaré et Joao Pessoa dont je vous parlerais un de ces 4, ces 2 états se situant juste au Sud de l’épaule atlantique de l’Amérique méridionale.

Le Pernambuco fut le royaume de la canne à sucre qui depuis le XVIe siècle fait sa richesse. Depuis 1974 la canne est cultivée surtout pour l’ethanol qui a permis au pays de trouver son indépendance énergétique, 85% du parc automobile Brésilien consommant ce biocarburant.

 Bien que conquise peu de temps, moins d’un quart de siècle, par les hollandais au XVIIe avec le sieur Nassau (Maurice de son prénom, Momo pour les potos) qui voulut en faire une Nouvelle Amsterdam, Recife et ses canaux a été dominée par Olinda sise à quelques Kms sur les hauteurs, capitale portugaise du Pernambuco.

Bresil Recife Gouverneur Moritz Von Nassau XVIIe


Maurice de Nassau le batave.

Bresil Recife Praca Republica Palais Gouv3


Le palais du gouverneur



Aujourd’hui l’explosion de Recife, la très urbanisée cité a laissé à Olinda le rôle historique pour s’emparer de celui de capitale économique avec plus d’un million et demi d’habitants. La vue de Recife d’Olinda est suffisamment parlante pur situer les acteurs.

Bresil Olinda Recife Vue 4
Recife vu d'Olinda.

Bresil Olinda Recife Vue 2Vue bis.

Vues donc très Miami-like, le luxueux front de mer long de plus de 7 kms est de plus fréquenté par les requins …. et pas seulement les promoteurs avides, mais de beaux et vrais squales tout ce qu’il y a de plus dangereux. 

Bresil Recife Plage 2



Par contre la vieille ville où je vous emmène est très sympa, pleine de vie qui rappelle un peu l’effervescence de l’Orient. Le marché Sao José a des allures de grand bazar d’Istambul. Moi j’aime bien…

Bresil Recife RueAvRecife

Bresil Recife Rue4Vieux quartiers.

Bresil Recife Marche Sao José0Entrée du marché couvert de Sao José.

Bresil Recife Marche Sao José2



. De plus les vieux quartiers sont truffés de vieilles églises, comme la très belle église de San Francisco et sa chapelle dorée au christ à la capilosité faite en vrais cheveux, ou encore l’imposante Notre Dame des Carmes, ou encore le Patio de San Pedro.

Bresil Recife Igreja Sao Francisco 1Capella Dorada de Sao Francisco.
Bresil Recife Igreja Sao Francisco Capela Durada1Cossue la chapelle.

Bresil Recife Igreja Sao Francisco Capela Durada Christ CheChevelu le Christ.



Bresil Recife Patio Sao Pedro1

Le Patio Sao Pedro.

Le Pernambuco a toujours été à la pointe des combats sociaux, après avoir été leader des états réclamant l’indépendance. Très actif sur les plans culturel et littéraire, c’est le siège du plus vieux journal quotidien du continent : le Diaro de Pernambuco qui date de 1825. 

Bresil Recife Diaro de Pernambuco


C'est le Nice Matin du coin.

Juste un petit coup d'oeil sur les créations murales made in Recife.

Bresil Recife Tag 1


La vie garde pourtant un bon petit côté brésilien, du style « tranquil » comme en témoigne les copains de la voirie..
Bresil Recife Vie euipe Voirie Municip 1



Passons à Olinda qui fait partie des cités estampillées Patrimoine Mondial de l’Unesco. Petit bijou du Brésil, elle fut donc la première capitale de la région sous la domination portugaise dés le XVIe s, malheureusement rasée par les bataves et Momo.(cf supra). Il n’en demeure pas moins que cette petite cité a su garder son charme, et ses rues colorées sont un ravissement.

Bresil Olinda Rue 11

Olinda
Bresil Olinda Rue 12
Bresil Olinda Maison 23JPG

Bresil Olinda Maison 2


Maison pastelle.

Bresil Olinda Maison CoolMaison Baba Cool.

Bresil Olinda Maison 21



La vie est nonchalante, chaleureuse, et bien chaude… je ne vous ai rien dit pour ne pas vous froisser, mais depuis notre venue au Brésil en cette fin d’automne, il fait chaud, entre 28 et 35 dans la journée, et l’atlantique a tout du bouillon avec ses 31°c….. bon, je n’en rajoute pas, et vais de ce pas me faire une petite mousse bien fraîche…… ça déshydrate sec le blog et le Brésil itou…. En fait les seuls glaçons que l’on voit ici ce sont les rocks des verres à Caîpirhina….. bon, je passe, je passe……



Donc Olinda qui vient de l’exclamation de son découvreur portugais « O linda !!! » qui pourrait se traduire par « oh la belle !!! » Très tournée vers le tourisme, la ville est jonchée de pousada (auberges) resto, et ateliers d’artisanat.

Bresil Olinda Maison Atelier1
Bresil Olinda Maison Resto1
Bresil Olinda Maison Sculpteur

Sur le plan culturel et mystique (on n’ y échappe pas…) le pompon revient au couvent de San Francisco avec ses superbes azuleros, et sa sacristie aux plafonds superbes, et ses meubles en palissandre..

Bresil Olinda COuvent Sao Francisco 15Couvent Sao Francisco.
Bresil Olinda COuvent Sao Francisco Azuleros0
Bresil Olinda COuvent Sao Francisco Azuleros2Azuleros retraçant la vie de St François.

Bresil Olinda COuvent Sao Francisco 111

Couvent avec vue sur mer SVP.

Bresil Olinda COuvent Sao Francisco Sacristie3La sacristie.... modeste.

Bresil Olinda COuvent Sao Francisco Sacristie1Mobilier en palissandre de la sacristie.


Tiens au fait saviez-vous que le beau bois de palissandre est en fait le superbe jacaranda déjà maintes fois décrit dans ses pages bloguesques.


Autre lieu le Mosteiro de Sao Bento qui a la particularité de posséder un christou qui tourne le dos aux fidèles, du coup les grenouilles de bénitiers en sont toutes esbaubies pour ne pas dire retournées…. Sis à l’étage il snobe son auditoire, et ne se montre qu’une seule fois par an aux aficionados….. les us et coutumes fussent-elles cléricales, ont parfois de bien curieuse façon de se manifester… non ? 

Bresil Olinda Mosteiro Sao Bento0Le monastère de Sao Bento, de loin.
Bresil Olinda Mosteiro Sao Bento01De près.

Bresil Olinda Mosteiro Sao Bento2

Intra muros.

Bresil Olinda Mosteiro Sao Bento CristoRetro0


Dali nous avait montré INRI de dessus en contre-plongée mais de dos...

Bresil Olinda Mosteiro Sao Bento CristoRetro1



Finissons le tour avec la Sé (la cathédrale) et la très belle Igreja de la misericordia.

Bresil Olinda Igreja da Sé2La Sé.

Bresil Olinda Igreja da Sé NightBy night.

Bresil Olinda Igreja Misericordia2ND de La Miséricorde dehors,
Bresil Olinda Igreja Misericordia4dedans.




Un dernier petit tour dans les rues d’Olinda où l’olindois vaque à ses occupations, sans pour autant perdre son « alegria ».. 

Bresil Olinda Rue 4
Bresil Olinda Rue 7
Bresil Olinda Vie Fenetre


Bresil Olinda Vie Rue4
Bresil Olinda Vie Rue1
Bresil Olinda Vie Rue3

Bresil Olinda Rue 5

Bresil Olinda Vie Rue2ALegria amigo, che belezza...

Bon je ne peux m'empêcher de vous coller une petite paire de fenêtres très flashies. Excusez-moi...

Bresil Olinda Fenetres1



Allez zou , il est temps de retourner vers Jacaré où nous attend La Licorne, non sans faire une petite halte sur l’île d’Itamarica …. Look à c’te plage…. On s’y croirait….. d’ailleurs on y est !

Bresil Itamaraca Lagune3Inutile de vous rappeler la température....hein ?  non, non vous le savez bien......oui, oui nous sommes en novembre....



Halte qui a ses raisons écolo puisque ici gît le projet Peixe Boi, qui est tourné vers la sauvegarde des lamantins dont la population ne fait que décroître…. Gentil mammifère le lamantin se meurt….


Bresil Itamaraca Projet Peixe Boi 6
Bresil ItamaracPeixe Boi1
Bresil ItamaracPeixe Boi8
A noter pour finir sur une note un peu plus bosa, un peu plus cool, qu’en cette île sied un pénitencier où les détenus vont aux champs dans la journée pour bosser et se réinsérer et rentrent « tranquil » le soir …. Ça laisse rêveur… Todo Bem.

Avant de partir je vous présente un des rares baobabs brésileiro qui trône majestueusement sur la place principale de Recife.

Bresil Recife Baobab 2



Bon aller reprenons la route pour Jacaré.

Bresil Rte Recife JoaoPesoa4
Promis je vais essayer de combler mon retard....

Je vous écrits de Baia et vous ai rien dit encore sur RIO.....

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 14:36




Bon ce petit coin brésilien coincé entre le Paraguay à l’Ouest, l’Argentine au Sud et le Brésil au Nord et à l’Est, est pour le moins étonnant, d’énormes masses d’eau se sont «  filé rencard »  pour un « pestacle » gigantesque, une sauterie digne du carnaval, une grande symphonie aquatique de toute beauté orchestrée par Neptune en personne Dieu des Océans et des Eaux douces.

 

 

Les musiciens sont : le Rio Parana, long de 3900 Kms  qui va après avoir reçu le Rio Paraguay au nord ( du côté du Pantanal cf. l’article), s’acoquiner avec le Rio Uruguay au Sud pour former la Mar del Plata en Argentine. Tout prés d’Iguazu, le barrage de la « Pierre qui Chante » (Itaïpu) vient calmer ses ardeurs en retenant ses humeurs dans un énorme lac grand comme le Var (le plus beau département du monde…). J’y reviendrai en fin d’article.

 

La star de cet opéra, la soliste de l’orchestre, est la petite rivière Iguazu (1200 Kms de long,… la Loire,…. une naine), qui vient après une cabriole de 80 m, se jeter dans le Parana.

 


photo

Carte Rio Parana

 

Ces chutes, les plus belles du monde avec Niagara et Victoria, sont magnifiques, plus de 300 cascades, s’étalent sur plus de 3 Kms, dans un vacarme assourdissant, au sein d’une superbe forêt tropicale. Un très grand spectacle de Dame Nature.

 

La jonction a donné naissance à une cité qui s’étend sur les 3 pays : Foz do Iguazu pour le Brésil, Puerto Iguazu pour l’Argentine, et Ciudad del Este pour le Paraguay. Les chutes matérialisent la frontière Argentino Brésilienne, et sont préservées du fait de deux énormes parcs naturels.

 

Nous y passons une semaine, visitons le site des 2 côtés, à pied, en train, en camion, en raft, et enfin en Pneumatique hyper motorisé.

 

Tout commence dans la Jungle....

Bresil Foret Tropicale 111

bresil Iguazu Parc Argentin Treck Camion0 
"...t'as  vu c'est pas du bluff.... même que c'est marqué dessus !"

bresil Iguazu Parc Argentin Treck Camion2
En route vers l'aventure.. direction : le Rio

bresil Iguazu Fleuve ARgentin0

Jungle donc, truffée d’animaux, dont les jolis colibris, les perroquets, toucans, ibis, survolant les reptiles téjus (varans) et autres caïmans,  parcourue par les singes, et décorée d’une multitude de papillons. Je vous montre quelques photos, prises au hasard bien sûr et à la volée.

Bon si les zozios et zanimaux ne sont pas votre truc vous pouvez sauter quelques pages...

bresil Iguazu Dryade a Queue Fourchue 2

Dryade, pas plus de 5 cm de haut.
bresil Iguazu Colibri demi deuil 1
 Colibri Demi Deuil.


bresil Iguazu Ara Hyacynthe 2 


"Salut Moi c'est Hyacynthe et vous ?...."

Itaipu Barrage Largage tropplein Pano1-copie-1


" Nous ce sont les Bleus ....... Allez les Bleus Allez les Bleus !!"


bresil Iguazu Perroquet Jaco du Congo1
"Moi j'y suis du Congo... sisi p'ésentement, j'ai fait un g'and voyage"


bresil Iguazu Toucan Toco 2

"Moi c'est Toco le Toucan symbole du parc"

Tiens, à ce propos saviez-vous que des toucans il y en a de toutes plumes ? la preuve

bresil Iguazu Toucans0

bresil Iguazu Toucan Bicolor1

Toucan Bicolor.


bresil Iguazu Ibis Rouge 1

Ibis...Rouge... sans nul doute.
bresil Iguazu Iguane Vert 1

Iguane Vert.

bresil Iguazu Teju Noir et Blanc Tupinambis4

Couple de Téjus ou Varan pouvant atteindre 1m.

bresil Iguazu Caiman 101
Caïman.


bresil Iguazu Ouistiti Pygmé ou Marmouset 2
Ouistitis Pygmés ou Marmousets.

bresil Iguazu Singexx2
Singe Vervet.

bresil Iguazu Papillon xx02
Joli pipaillon uncunu.

bresil Iguazu Papillon Thoas du Bresil
Papillon Thoas do Brasil.

bresil Iguazu Papillon x01
Incroyable Feuille Automnale à Pattes.

bresil Iguazu Papillon Prepona 2
Papillon Prepona, la star du parc.





En raft, en amont des chutes une balade nous permet de pressentir le spectacle, tant la largeur de l’Iguazu est gigantesque.



bresil Iguazu Treck Bato0 

 Raft au départ.

 

bresil Iguazu Treck Bato3

Rio Iguazu en amont des chutes.

 

Allez je vous emmène du côté argentin où se situe les grandes chutes.



Après un trajet en petit train très écolo, très électrique,

 

bresil Iguazu Parc Argentin Train3


nous parcourons les Kms du parc à pied sur des circuits  équipés de passerelles traversant la forêt, et enjambant les bras du fleuve.

Le Rio Iguazu avant de plonger dans le Parana s’étale comme dans un delta, afin de mieux se préparer à sa cascade (au sens strict du terme). En fait , il va franchir une véritable falaise de 80 m sur plusieurs Kms, en plus de 300 points.


 Voili le plan d'ensemble:
bresil Iguazu Affiche1
Sur l'affiche en haut et à droite l'Argentine, tout à gauche le Brésil.

 

On y est !!! ça commence doucement avec les sauts de Nunez , des Hermanos (des frères) , puis c’est la folie de l’eau, la multitudes des chutes, dans un « barouf » incroyable, où la puissance des flots semble irrémédiable..

 

 

Bresil Iguazu Pano 11 


bresil Iguazu Cascade treck Sup4

bresil Iguazu Cascade treck Sup5
C'est y pas beau !!

bresil Iguazu Cascade Bresil3

bresil Iguazu Cascade treck Inf12 TS

Au pied du mur... d'eau. Allez Saute... Voir les chuttes et Mourrir..

Le  point d’orgue est la garganta del Diablo (gorge du diable).

 

 

bresil Iguazu Cascade Gorge Diable 6 


Quelques millions de mètres cubes à la seconde...

 
En forme de fer à cheval, soulevant des nuages de vapeurs d’eau, où se délectent les arbalétriers (oiseaux barjos qui plongent dans ce sauna titanesque)

 

 

 

 

On se régale, ce d’autant plus que les touristes sont dilués sur ces dizaines de Kms, de sentiers, et passerelles.

 

 

Pour finir cette visite argentine, on décide de se jeter à l’eau (au sens strict) en s’embarquant sur de gros pneumatiques propulsés par quelques 300 cv. Belles sensations lorsque l’on se retrouve sous les trombes d’eau.

 


bresil Iguazu Virée Bato1
Petit bateau qui va sur l'eau....
bresil Iguazu Virée Bato5
C'est parti..
Bresil Iguazu Virée Bato11
Accrochez-vous !!


Si vous désirez 30 secondes de fraicheur, envoyez la vidéo, mais gaffe ça mouille ...!



bresil Iguazu Virée Bato8

Vue d'en bas ce n'est pas mal non plus... 




Passons du côté Brésilien, qui permet de mieux saisir le gigantisme de ces chutes, on ne peut y embrasser d’un seul coup d’oeil l’ensemble, la féerie s’étalant sur des kms. Quel spectacle incroyable.

 

 


Bresil Iguazu Pano8
La passerelle semble bien frêle devant ces masses d'eau...


 

Je reviens une minute sur Itaïpu, ce barrage le plus puissant du monde, qui grâce au débit du Parana, fournit plus de 90% de l’électricité du Paraguay et 20% de celle du Brésil, plus puissant que l’énorme barrage actuellement construit sur les 3 fleuves dans l’empire du milieu, il est à l’image du pays.


Itaipu Barrage Largage tropplein Pano1 

 

 


Je fini avec quelques clichés.... un ara qui nous fait admirer son ramage, un arbre typique de la forêt primaire tripicale, et une petite vidéo pour vous rafraichir la mémoire....





 

bresil Iguazu Amazone FrontBleu2

 



 

bresil Iguazu Arbre xx Foret Iaire1

 





Voili, la douche est prise, la messe est dite, nous quittons Foz do Iguazu en bus pour 24h de bus semi-leito (demi couchette) en direction d’un autre Rio……



A bientot.

eb

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 17:36

Octobre 09 Brésil Safari dans le Pantanal.

 

 

Un petit mot sur le Brésil : plus de 16 fois la France en superficie, moins de 4 fois la France en densité humaine, un pays grand comme un continent, imaginez … de Lisbonne à Moscou et d’Oslo à Tamanrasset… ça laisse rêveur.


  Bresil Carte distances003

 

 

Vaste pays sans grande chaîne montagneuse, mais à la végétation luxuriante, et la faune  la plus riche du monde. Le pays de la biodiversité max… Pays métis multiracial, des rouges, des blacks, des blancs , des jaunes, qui vivent en commun, et en harmonie, avec comme lien la musique, le foot, et l’amour du Brésil. Le métissage au Brésil est de fait ; c’est un pays où fleure bon le mélange, le cocktail, le mix, le vertex des cultures amérindienne, africaine, européenne, cette  multiculture la plus riche qui soit, se traduit par l’absence de tension raciale. Bref, un pays d’avenir, un pays où il fait bon vivre, grandir, se rencontrer, apprendre et surtout jouir de la vie.

 

Dans une ambiance très bossa-nova, la voix feutrée du Brésil se rythme au son des guitares, des cavaqhinos, et des sifflets, la samba soulève les jupes, déhanche les filles, et fait virer la tête des mecs. La caipirinha et la cachaça ennivrent le tout. Le pays est à l’image de sa géographie, grand, immense, sans accrocs, sillonné de centaines de méandres de grands fleuves cools, qui se prélassent de bonheur dans ces grandes plaines, le Brésil est à l’image de son climat doux, avec des pics thermiques à 35°c et des coups de froid à 25°c, sans aucun cyclone. L’eau magique, l’eau source de vie est ici évidente, l’eau partout dilue, calme, entraine, apaise, relie, féconde, le Brésil. Bien sur j’enjolive car existent aussi inondations, favelas, et tensions sociales. Comme dans beaucoup de pays dits émergents le grand écart entre riches et pauvres s’aggrave, mais le retard avec les pays dits développés s’amenuise au fil des ans. Lulla est apprécié mais la corruption à tous les niveaux de l’administration entrave l’envolée du Brésil.

 

Le maître mot est ici « tranquile » et si vous êtes un tantinet tristounet à déambuler dans les rues de Bahia, sûr qu’un bras brésilien va vous prendre les épaules et une douce voix vous dire « sourie ami, ici tu es à Bahia » (Amigo aqui sorrisos que você está em Bahia).

 

La richesse du pays est dans sa flore, dans sa faune, certes mais surtout dans sa population, accueillante et souriante, très « tranquile »

 

La violence, souvent décriée dans les médias, est surtout présente aux fin fonds des favelas et des postes de télévisions, dans cette jeunesse perdue désœuvrée, qui vogue sur le flot des narcotiques.

 

Pas vue l’ombre d’une bagarre, d’une rixe, d’une violence, même lors de carambolages, où les noms d’oiseaux et volées de bois vert, sont de mise chez nous. Ici ça reste soft, cool

 

 

Bon allez assez rêver, vous allez finir par aimer ce pays. Allez je vous emmène au Pantanal.

 

Ce vaste territoire à l’ouest de Brasilia aux frontières de la Bolivie et du Paraguay, est une énorme Camargue, la moitié du sol français, la plus grande réserve d’eau douce mondiale.

  Bresil MatoGrosso do Sul carte01 copier

L'état du Mato Grosso do Sul et le Pantanal

 

Traversé par une route au sud qui relie Campo Grande capitale du Mato Grosso del Sul à Corumba à la frontière Bolivienne, le Pantanal (imaginez la moitié sud de la France avec comme seule grande route bitumée, Nice bordeaux) est un immense marécage, qui possède la biodiversité la plus forte du Monde. Pays des indiens Terenas, aux mains de grandes fazendas (haciendas brésiliennes).

 


Les Terenas est l'ethnie la plus importante après les Guaranis,, on en dénombre plus de 20.000 dans le Mato grosso,   bien sûr on est très loin de la population initiale à l'arrivée des protugais au XVIe s , plus de 5 millions parlant plus de 1000 dialectes.

Bresil Pantanal Miranda Musée Terena7
Musée Indien de Miranda
Bresil Pantanal Miranda Musée Terena3

Bresil Pantanal Miranda Musée Terena6
Artisanat actuel des indiens Terena.



 Bresil Pantanal S Vue Avion2

 

 Survol du Pantanal. Arrivée de Recife à Campo Grande.

 




Bresil Pantanal S Vue441 

Vue typique du Pantanal.

Bresil Pantanal S Troupeaux zebus blancs 11
Vert comme les arbres, blanc comme le troupeau, rouge comme les thermitières.



Au sud du Pantanal se situe Bonito la bien nommée : une petite ville, qui recèle quelques pépites que je vous invite à visiter.

Bresil Pantanal Carte CampoBonito 

Campo Grande Bonito : 300 Kms de bonne route.
Bresil Bonito Vue rte 2
Bonito ?    C'est tout droit.... là bas.... au bout... yaka suivre les pointillés....

Bresil Pantanal Fazenda 1

Un petit côté plat pays non ? .... mais sans les moulins.

Bresil Bonito resto 2
Bar bonard à Bonito.

Bresil Bonito Arara Canindé1
Le barman Mr Ara Ararauna
Bresil Bonito Reserva Ecol Baia BonitaARA fou
Me Ara Canindé la tenancière...(grosse feignasse qui tient la caisse)



La Baia Bonita est une belle fazenda qui possède un parc qui héberge quelques animaux du Pantanal rares qu’il est difficile de voir de jour comme ce tamanoir ou fourmilier géant, ou cet ocelot qui ronronne tel un chat, ou cet anaconda qui se balade dans le marais.

Bresil Pantanal S Rte troupeaux blancs bovins4

En route vers la Fazenda Baia Bonita

Bresil Bonito Fourmillier1

Le fourmillier géant.
Bresil Bonito REBB Belle Bete 1 


Ocelot ronronnant.

Bresil Pantanal S Anaconda 7


Bresil Pantanal S Anaconda 2

Anaconda.
Bresil Bonito Fazenda Ribeira Prata24
Fazenda : Hacienda

Ensuite, les bains municipaux, dans la rivière Formoso où la baignade est dite accompagnée par les piraputangas.  Preuve à l’appui…..

 Bresil Bonito Balneo Municipal 02

Bresil Bonito Balneo Municipal 10
Piraputanga au bout des orteils.
Bresil Bonito Balneo Municipal 04

Homo nauticus et son poisson pilote. Qui va gagner ???

 

 

 



Passons aux deux plus belles perles du coin.

 

La Grutta do Lagoa Azul, autrement dit la grotte au lac bleu, recèle un beau lac par 80 mètres sous la surface.

 

Moi je reste très sceptique quand on me parle de couleur....Mer Rouge, Mer Noire, je ricane doucement, car la couleur …. Il faut parfois beaucoup d’imagination pour l’entrevoir…. Mais là je dois bien avoué que le lac au fond de la dite grotte peut difficilement être dénommé autrement … A croire qu’ils balancent des tonnes de bleu de méthylène ….

 

Bresil Bonito Grutta Azul descente1

 Descente dans la Grutta do Lagoa Azul....

Bresil Bonito Grutta Azul descente5
... on descend dans le noir.....
Bresil Bonito Grutta Azul 2
et voili le bleu...
Bresil Bonito Grutta Azul 4

Bresil Bonito Grutta Azul 3é
Surprenant, la couleur serait due aux rayons solaires éclairant les pigments dissous dans l’eau du lac. Vraiment superbe spectacle.

 

 

Reste enfin le must, le grand trip à la fazenda de Ribeira Prata,


Bresil Bonito Vue Fazenda 12 

superbe propriété de 45.000 hectares, qui vit de l’élevage, de la culture de maÎs, soja, cannes à sucre, fruits, et d’écotourisme.


Bresil Bonito Vue Fazenda 15

Bresil Bonito Fazenda Ribeira Prata1

Bresil Pantanal S Troupeaux zebus blancs 14

Vous aurez remarquer le côté très zébu des bovins,
Bresil Pantanal S Taureau OGM2

et les manip génétiques pratiquées sur les reproducteurs.

 

Une journée avec treck et découverte de la selva en petits groupes animés par un guide très écolo et amoureux de son pays. Marco Aurèle a su nous faire partager cette passion pour le Pantanal.

 

Après une bonne heure de balade sylvestre , on atteint le Rio Prata, une rivière dont la transparence, la clarté est incroyable. 

Bresil Bonito Rio Prata Clarté de l eau1
Poisson suspendu



Masque tuba, combi, et nous voilà emporté par les ondes au sein d’un superbe spectacle donné par dame Nature.


Bresil Bonito Rio Prata Ballade Poisson0
Une transparence cristaline.
Bresil Bonito Rio Prata Ballade Poisson1

Pendant plus  de 3 kms on flotte en compagnie d’une myriade de poissons qui déambulent comme dans un aquarium.. moment unique, saumon brésilien (dorado), piraputanga, piranhas (pacu), frôlent ces étranges objets flottants plus ou moins identifiés, tout de néoprène habillés.

 

Bresil Bonito Rio Prata Curimbata2 

Curimbata.
Bresil Bonito Rio Prata Curimbata9
Curimbata.

Bresil Bonito Rio Prata Lambari1
Lambari.

Bresil Bonito Rio Prata Pacu 5
Pacu.
Bresil Bonito Rio Prata Pacu Piraputanga5
Piraputanga.

Bresil Bonito Rio Prata Pacu Piraputanga1



Bresil Bonito Rio Prata Dourado Saumon bresilien1
Dorado, le prédateur Saumon Brésilien

Un grand moment sur le plan émotionnel, tant est proche ce contact avec la nature, avec ces poissons sont gros, le dorado doit faire au moins 60 cm et peser 3 Kg, il vient à porter de main....

Le Rio Prata (fleuve d'argent) porte bien son nom.

Avant de partir, la tête encore dans les... ondes, pleine de beautés aquatiques, on réfléchit dur.... à notre virée fluviale......

Bresil Bonito Fazenda Ribeira Prata5
Salle de debriefing, cogitation, réflexion de la fazenda Rio da Prata.......

Retour à Bonito à la pousada Muito Bonito tenu par un argentin très « tranquile »

photo

 

Bresil Bonito Pousada MuitoBonito2
Pousada (auberge).

Carte de Bonito en fin d'article.



Filons maintenant par la piste, vers Miranda sur la fameuse route qui longe au sud le Pantanal.

 Bresil Pantanal Carte CampoMiranda

Quelques vues de la  région cerneront l’ambiance de la région.



Bresil Bonito Piste Miranda 12

Bresil Bonito Piste Rouge Enfant velo 


Bresil Bonito Arbre Bleu xxx2
L'arbre qui voulait ressembler au Jacaranda..

Bresil Pantanal S Marecage Pano
Anaconda ? Caïmans méchants , Pirhanas ?  qui hante cette mare....

Bresil Pantanal S Vue4
Belle bouche n'est-il pas?

En filant vers la Bolivie une piste s’enfonce dans le parc, un peu plus de 120 Kms carrossable uniquement en dehors de la saison humide. 120 ponts de bois à franchir, plusieurs heures pour ne croiser qu’un seul 4x4, mais une foule d’animaux. ça vole, ça  rampe, ça galope de partout, je ne connais que le Kenya qui puisse montrer une telle densité.

 

Chaque kilomètre est animé par une espèce, incroyable magnificence de la Nature.

 

Survolé par les échassiers ibis, aigrettes, hérons, de vautours, rapaces, avec le très punk Guira Cantara, et la très rose spatule,

 

 Bresil Pantanal S Aigrette et Jacynthes1

  Aigrette aux Jacynthes.


Bresil Bonito Ibis Mandore2
Ibis Mandore.
Bresil Pantanal S Bec en Ciseaux 01
Becs en Ciseaux.
Bresil Pantanal S Gde Aigrette111
Grande Aigrette.


Bresil Bonito Vautour tete Rouge 3
Vautour à Tête Rouge. " Votez pour moi"


Bresil Pantanal S Spatules01
Le trés rose Spatule.

Bresil Pantanal S Rallidé xx11
Beau rallidé à crète.
Bresil Bonito Geai Acahé 1
Geai Acahé.


Bresil Pantanal S caracara Huppé 1
Caracara Huppé.


Bresil Pantanal S Guira Cantara6
Guira Cantara

Bresil Pantanal S Ibis a Face Nue1
Le très moche Ibis à Face Nue.


Bresil Pantanal S Gde Aigrette perchée
Aigrette perchée.

Bresil Pantanal S Vautour Tete Rouge22

et le Vautour passa.....





Chaque étendue d’eau récèle un spectacle nouveau, là les capivaras (gros rongeur de plus de 30 Kg) là les cerfs du Pantanal, là encore les impressionnants boas et autre faux cobras qui traversent la piste à deux pas de mes arpions.

 

Bresil Pantanal S Capivara 05 

Capivaras 

Bresil Pantanal S Capivara5
Capivara aux épinards.

Bresil Pantanal S Cerf Pantanal biche01
Cerf du Pantanal.

Bresil Pantanal S Faux Cobra Aquatique 1
 Faux Cobra de plus de 3 m.

 



Les stars volatiles sont le Tuyuyu (jabiru) , le toucan et le nandou américain,


Bresil Pantanal S Jabiru11
Jabiru.

Bresil Pantanal S Toucans 1101
Toucans.

Bresil Pantanal S Toucan3



Bresil Pantanal S Nandou d Amerique2 

Nandou d'Amérique.

Bresil Pantanal S Nandou d Amerique3





Les VIP terrestres étant les loutres géantes d’amazonie qui festoient,


Bresil Pantanal S Loutre geante 5
Loutre géante
Bresil Pantanal S Loutre geante7
"T'en veux ?"




et les jacarés (caïmans) qui peuplent par centaines les points d’eau, comme ici où chaque petit point noir…..


Bresil Pantanal S Fazenda Jacare01


….est un saurien,    heureusement très brésilien c'est-à-dire « tranquile ».

 

Bresil Pantanal S Fazenda Jacare2

C’est un grand spectacle qui nous ravie pendant toute la journée.

 

Bresil Pantanal S Jacare 1
Caïmans ..... planplan.

 


Bresil Pantanal S Jacare 2



La traversée en bac du Rio Paraguay précède l’arrivée à Corumba, et clôt cette virée très écolo, plus que 750 Kms pour rejoindre Campo Grande.

 

Bresil Pantanal S Piste Parc 17

 Rio Paraguay


Bresil Pantanal Carte CampoCorumba 

 Trajet CampoGrande Curumba plus de 650 Kms.....  Cannes Agen.

Allez zou on finit sur une sympathique tarentule, un tyran audacieux, des dendrocygnes, et notre pot le punk, quelques végétaux surprenant,....

Bresil Pantanal S Tarentule Rouge du resil1

Tarentule.

Bresil Pantanal Tyran Audacieux1 

Tyran Audacieux.

Bresil Pantanal S Dendrocygne veuf2
Dendrocygnes.

Bresil Pantanal S Guira Cantara7
Notre pote le gominé Guira Cantara


Bresil Bonito Oiseau zzz1
de l'Art du camouflage.

Bresil Bonito Peruches xx1
Perroquets Aratinga.

Bresil Pantanal S Heron Cocoi Spatules1
Grande Aigrette et Spatules


Bresil Pantanal S Oisau xxxrouge3
Paroare Huppé ou Cardinal.


Bresil Bonito Euphorbe Geant1
Gigantesque euphorbe candelabre!!!

Bresil Bonito Plante rouge xx2
Plante rouge xx (en cours d'identification....)

Bresil Pantanal Miranda Acerola2
Acérola, les cerises amazoniennes.

Bresil Bonito Arbre Bleu xxx0
Il est trop beau cet arbre,..... allez vaï, je vous le colle encore une fois.



Voila la première partie de notre virée brasileira,  Recif - Campo Grande 3300 Kms en Avion (bleu), puis location d'une auto pour 1500 Km dans le Pantanal (rose)
Bresil Carte Circuit Pantanal


Bresil Bonito Carte 11

Bonito et ses environs.




Prochaine virée du côté des légendaires chutes d’Iguazu…..

 

A bientôt.




Partager cet article

Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 10:20

TDM37 Sept2009 J’ai retrouvé l’Atlantide. : Fernando de Noronha

 

 

En fait elle ne se cachait pas vraiment cette fameuse île mythique et paradisiaque, qui a donné son nom à l'océan qui la cache. Sûr qu’elle est loin des portes d’Hercule (Gibraltar), qu’elle est isolée à plus de 400 Km des côtes sud-américaines, mais elle ne s’esquive pas quand on l’aborde. Après une transatlantique sereine, elle vous accueille gentiment.

 

Je ne voulais pas parler d’Eden à propos de Fernando ne voulant pas plagier Americo Vespucio, le découvreur, qui s’est écrié en débarquant « le paradis est ici » en 1503.

 

Fernando de Noronha est brésilienne, c’est un site classé par l’Unesco, faisant partie du patrimoine de l’humanité. Les plus belles plages du Brésil, un sanctuaire, pour nombre de poissons, mammifères marins, oiseaux tropicaux, tortues. Un haut lieu où l’écologie est heureusement reconnue, et appliquée. Une taxe salée d’ailleurs permet aux visiteurs, de ne pas l’oublier. Mais j’avoue que j’approuve cette politique, qui permet de préserver cette superbe île.

 

Pour en finir avec la géographie, moins de 20 Km2, environs 2000 bienheureux Atlantes. 30° de température en ce début de printemps, pas de cyclone venant perturbé son atmosphère indemne de toute pollution. Il fait bon vivre à Fernando de Noronha.  Bon, ok on s’en doutait un tantinet…

 

 

Voici la belle en carte, avec un petit rappel de la route pour y parvenir.

 

 

 

Nous mouillons devant l’unique petit port de Santo Antonio, que déjà un ballet d’oiseaux nous entoure, frégates, fous, sternes, nous accueillent.

 

 

Tout est ici délice, même les formalités d’habitude si ennuyeuses sont faciles, et plaisantes. Sourires, effort de compréhension de notre baratin lusitanien. Ça change du Cap Vert.

 

Bon puisque nous sommes en règle avec la police maritime, fédérale, et les autorités portuaires, je peux vous emmener visiter la belle. Pour ne pas trop agresser votre cortex, et vos noenoeils, on va commencer par le village de Vila dos Remedios Palmiers, cocotiers, flamboyants, frangipaniers abritent des maisons d’allure très antillaise, de plein pied pour la majorité, très colorées.

D’ailleurs l’entrée du village est matérialisée par la place des flamboyants la bien nommée.

 


Place des flamboyants.


Petit "Resto" où on a dégusté un steak bien saignat comme chez nous...
La poste.


Le moyen de transport quasi exclusif est ici le buggy, même les taxis en sont pourvus.


Taxi Buggy.



Le Palais Sao Miguel même avec ses canons ne semble pas bien béliqueux. La belle église Notra Senora dos Remedios est joliment orangée. La forteresse du même nom domine le port et le mouillage, où l’on devine La Licorne complétement à gauche . J’ai mis la pioche (l’ancre) là, afin d’être un peu en retrait pour mieux discuter avec les dauphins qui passent tous les jours à portée.

 


Palais Sao Miguel

Notra Senora Dos Remedios.


Le mouillage, à droite le port de Santo Antonio, La Licorne à gauche toute, en fond les îlots du NE.

 

 

Bon, il est temps de vous présenter le maître de l’île qui culmine à plus de 300 m, et reste l’emblème de Fernando : le Morro do Pico avec ses deux assesseurs los dos Remedios d’allure très mammaires.

 


Le fort de Vila, le Pico et les 2 Remedios.


Sa majesté et ses courtisans.


Repetita placent.




 

 

L’intérieur de l’île est superbe, parcouru de pistes plus ou moins carrossables que nous explorons en moto de location ( je dis en moto, je veux dire en vraie moto.. en trail, car ici les moto-auto type Harley, ou les sportives, n’ont pas droit de cité). Outre les palmiers cocotiers toujours aussi élégants, l’arbre corail est très fréquent et en fleurs.


 Virée motorisée.



Arbre corail.

et sa fleur.

 

 Carte  sillonnée en trail.


 

Allez petite balade le long de la côte nord. A Vila on descend sur la praia de Cachorro première des plages qui se succédent,  baignées pas une eau turquoise à 30°, survolées d’une faune aviaire superbe, longées par des barques de pêcheurs.

.

 

Praia Do Cachorro, Da Conceiçao, Do Boldro, Do Bode, toutes plus belles les unes que les autres. Les yeux ne savent plus où se poser tant les vues sont splendides, apaisantes, intactes,  sous un ciel éclatant. Difficile d’éviter des faire des cartes postales, une fois le déclencheur enfoncé le résultat est là, il ne manque que le timbre…

 

On déambule bouche bée, devant le « pestacle » donné par dame nature dans ce qu’elle a de plus beau, et surtout quand on lui fout la paix.


Praia de Conceiçao

Praia Do Boldro


Praia do Bode
 

 

 

 

La ronde des fous et frégates guifettes sternes aigrettes, est agrémentée du vol poétique des pailles en queue, et des Gygis alba. Traits blancs qui traversent l’azur, afin d’écrire je ne sais quel poème sur cette page de ciel bleu.

 

Bon je vous laisse un moment pour tout simplement vous balader et regarder.. (n'oubliez pas vos lunettes, l'écran solaire et lou capéo...)

 

 

 

 Praia Cacimbra Do Padre.

 Praia do Porcos. avec piscines naturelles...svp.


 
Nuage de  Frégates

 Frégate en vol.

Fou masqué.
Paille en Queue
Baia do Sancho

 Une échelle dans la falise permet de rejoindre Oscar ici bas.

Couple de frapadingues.
La belle Gygis Alba.



Fou plannant
Fou plongeant.




Trois heures de balade nous amènent à la Baia dos Golfinhos. Venons en aux mammifères qui sont les stars de l’île. Ce sont ces fameux dauphins à long bec , ma foi bien communs puisque l’une des espèces les plus fréquentes, mais qui présentent 2 particularités : la première et la plus spectaculaire est celle de faire des bonds en tournant dans l’air, d’où leur noms portugais de « golfinhos rotadores », de « spiner dolphin » en anglish . Il s’agirait d’un moyen de communication élaboré par l’espèce afin de parler au groupe. Acrobatiques ces sauts ne seraient donc pas seulement un mode d’expression ludique, mais  aussi une façon de dire, « et t’as vu . le 20 H …. ! ? y zont gagné Fulminens ? de combien de gooooooooal ? ».

 




 Autre spécificité, ici, à Noronha c’est la plus forte concentration de Stenella Longirostris, connue dans le monde. Ils sont plusieurs centaines à venir et surtout rester ici. Tous les matins ils viennent du large par centaines, parfois par milliers dans la Baia des Golfinhos et prés du port en bandes, en groupes se baladant, pêchant, papotant, devisant du temps et du climat, argotant sur les dernières nouvelles océanes, et rigolant tout en bondissant , rebondissant.  Superbe spectacle.

 

 

 

 

Difficile de rendre via photo la multitude en Baia dos Golfinos, la vidéo eut été plus mieux meilleure.....


Voili pour les mammifères marins, mais Fernando regorge d’autres bestiaux aquatiques, que je ne pourrais vous montrer faute d’appareil photo waterproof.

Vous manquez une autre facette de Fernando , car c’est un véritable aquarium, avec perroquets, carangues, lutjans, demoiselles, papillons, diodons, napoléons, rougets, barracudas, .. et bien sur requins, qui sillonnent les eaux du coin, ainsi que des tortues vertes. La prochaine fois, je vous montrerais la faune under the water, promis.

 

Il y a juste Antonio que je peux vous montrer, car de nature plutôt joviale, et très curieux à propos de la culture française, il est souvent sorti de l’eau nous parler…..

 "Tu ne m'as pas répondu,... alors Godart ... il fait parti du mouvement new wave ?? ou non"



 

 

A propos des requins le musée à côté du port est assez démonstratif :

 

 

 

De récifs, bleu, tigre,  ou  nourrice comme celui croisé au Cap Vert

 

 

Je vous confie un autre regret, comme quoi le monde n’est pas parfait même ici, sur l’Atlantide, C’est celui de ne pouvoir vous monter les vidéos faites sur les dauphins, et les plongeons des fous masqués dans le turquoise. Peut être un jour si j’arrive à charger les fichiers….

 

 

Bon juste pour le plaisir des yeux, sur la côte sud, à côté de la pointe de Caracas, je vous emmène sur Praia do Leao, la plage du Lion, certainement une des plus belles plages du monde ; avec en premier plan des piscines naturelles.

 

 Pointe Caracas


 La Plage reine do Leao.




Sur terre la faune est plus pauvre, quelques mocos rongeurs entre rat et lapin patrouillent dans la rocaille, et une multitude de lézards Mabuya endémiques envahissent les rochers.

 

 Je vous présente pépé le Moco.


Pas de quoi lézarder...

 Vous ai-je parlé du héron garde-cheval ?



Zeus Neptune et bien sur Eole se sont donnés rendez-vous ici, afin de siroter en fin de journée un super apéro allongés sur le sable de la Praia du Boldo,  regardant l’immersion de Ra un poto mésopotamien et nilotique, qui chaque soir daigne iriser les cieux en prenant son bain. Spectacle assuré alors qu’un petit boléro de Ravel plane dans l’air…

 

 

 

 

 

 

 

Dernier contre jour sur le mouillage, il est temps de reprendre la mer, il est temps de boucler cette transat en touchant le continent.  Adeus Fernando que les Dieux te protègent.

 







Je ne sais pas vous, mais moi l’Atlantide j’ai  bien aimé….

 

 

A bientôt les amis

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 20:08

 

TDM Sept 2009 Transatlantique Transéquatoriale .

 

 

Bom dia, ca y est ! on est de l’autre côté de la piscine, on a fait un « coast to coast » maritime, une traversée à travers l’océan, une transat , une belle nav, de plus transéquatoriale , pour basculer vers l’autre côté de la terre, là où les gens marchent la tête en bas…

 

En fait, cette balade, la plus courte pour joindre les 2 continents, est  très différente sur le plan nautique, par rapport à une classique transat des alizés qui vous amène aux Antilles. Pour le comprendre il suffit de regarder une carte.


Pour les Antilles on est sur l’autoroute des alizés de NE qui soufflent régulièrement et vous poussent avec le courant tropical vers l’W (ouest) tranquillos comme Bombard l’a bien montré. On règle les voiles une bonne fois pour toute, au Cap vert cap à l’W donc, et voili 15 jours plus tard on est à la Barbade aux Antilles, à la porte de la Mer des Caraïbes.  La route Cap Vert Brésil a un cap SW où il faut passer une zone qui a longtemps angoissé les marins des temps anciens : le Pot au Noir, cette zone de part et d’autre de l’équateur, mouvante pouvant encalminer les bateau pendant des jours, voire des semaines, sans aucun souffle d’air, où le temps semble arrêté. C’est la ligne ITCZ sur la carte (zone de convergence des Alizés NE /SE intertropicale)

Donc pas de vents qui vous poussent, le but du jeu est de passer au plus vitre de l’autre côté de cette zone de calmes, vers les rafraîchissants alizés du SE de l’autre côté de la ligne équatoriale. Mais on reste sur des allures de prés avec beaucoup de réglages de voiles, et donc une traversée avec peu de vent ou du vent peu favorable qui rend la navigation éprouvante, ou du moins plus physique que la classique route antillaise.

 

Pour les voileux en fin d’article, ils trouveront un descriptif du routage suivi par La Licorne, avec ses déboires et ses avantages.


 

Donc 1650 milles nautiques (2980 Kms) pour rejoindre Fernando de Noronha, archipel Brésilien sis à 400 Kms du continent sud américain.

Mais ces chiffres ne vous disent rien sur la réalité d’une transat, il s’agit d’une belle balade de 14 jours, où vous vous retrouvez au milieu d’un grand cercle bleu magique…. Qui sépare le ciel de la mer : l’horizon. Magique parce que pendant des jours et des jours, vous en êtes le centre, le bateau semble le centre du monde, enfin le centre de votre monde.


 

Alors la vie à bord rythmée par les quarts, s’organise autour des activités nautiques, de manœuvres, de navigation à la table à carte, de rangements du bateau lorsque Neptune est tranquille et ne chahute pas la nef, de loisirs, lecture, guitare, de pêche à la traîne. De contemplation de ce monde océanique toujours changeant , de ce ciel qui au fil des milles change, où la rassurante polaire la nuit semble décidée à baisser pavillon pour se baigner de plus en plus rapidement dans le grand bleu.

 

Voici quelques clichés qui reflètent l'ambiance à bord:, et notre equif La Licorne à qui nous avons confié nos vie.

 

Petite bonite de la famille des thons....


Belle coryphène dorée.



Un spectacle pour jouer  Aranjuez

Je vous montre le spi asymetrique, mais je n'ai pu l'envoyer qu'une demi heure en 14 jours...




La traversée du Pot au Noir donne lieu à des visions de l’océan assez incroyables. Là à des centaines de Km de toute terre, vous êtes sur un lac, un miroir liquide que rien ne semble émouvoir.

 

 

 

Le Pot au Noir .... c'est ici.


Viennent de temps en temps de gros cumulus et cumulo-nimbus vous montrer pendant une demi-heure qu’il est trompeur de croire qu’ici rien ne bouge, et que les Dieux ont déserté le coin. En quelques minutes vous prenez 35 nœuds de vent, des tonnes de flotte sur la tête, les haubans hurlent, les voiles s’affolent, l’étrave écume. Et puis tout aussi brutalement, tout s’arrête sur l’ordre probable d’Eole, qui doit se marrer en regardant s’agiter l’équipage pendant l’épisode, puis qui magnanime, éloigne le grain de vous, demande à Zeus de ranger sa foudre, à Neptune de calmer les vagues ; et vous retombez dans cette nonchalance, cette quasi torpeur. La seule différence, est que du coin de l’œil vous surveillez l’horizon, pour voir si un nouveau coup de tabac n’est pas sur la route.

Joli grain adressé par Eole et Zeus



Autres spectacles dont on ne se lasse pas sont les bains de sa majesté solaire, ainsi que ses réveils, qui embrasent les cieux.

Du jaune


 

 

 



au rouge



A la sortie des zones de calmes nous retrouvons enfin, les Alizés de SE par 4° nord, et le rythme change, car même s’ils ne sont guère soutenus, les vents à force 3 voire 4 nous permettent de filer à 5/6 nœuds assurant de bonnes moyennes à 130 milles / jour mais, au prés bon plein, c'est-à-dire à la gîte…. Et la gîte pendant 6 jours ça donne ça :



Je précise que le filet est bien à la verticale....

Je précise que la cuisinière est bien à l'horizontale...



et l'horizon alors .... ?


 

La cuisine devient un art plus que culinaire, il faut être aussi équilibriste et avoir les tripes bien en place. Le maître coq alias le petit moussaillon du bord est top, et arrive même à nous faire une super soupe de poisson, et des petits plats sympas.

 

Quand tu arrives sur terre tu as l’air,… non tu es penché pendant quelques heures….

 

 

 

Cet Océan est quand même incroyable, personne, pas un quidam à l’horizon pendant des jours et des jours, des nuits et des nuits….

 

Et puis soudain un trauma visuel, il y a une silhouette qui déchire l’horizon ??? « c’est quoi  ce bord…. », le cercle est rompu…… « Oh regarde un bateau !!!», un gros

 Scandinavia qui se nomme donnant un peu plus de mirage à la vision qui se fixe sur ta rétine…

 

Une nuit pourtant l’alarme du Mer Veille (détecteur de radar) met tout le monde sur le pont (capitaine, officiers, équipage…tous les deux)… la recherche d’un esquif, d’une nef, d’un cargo s’éternise, « L’est où l’animal ? tu vois quelque chose ? » …. ET tout à coup là, un drôle de cargo tout feu éteint et qui semble tourner autour de nous, tel le squale furibond. Un avis aux navigateurs reçu il y a quelques jours par satellite, avertit qu’un bateau non identifié patrouille dans le coin et interroge par VHF les navires passant à portée, sur leur destination, leur  vitesse,.. etc se faisant passer pour un contrôle maritime. Va falloir sortir l’artillerie…., pourtant rien à la VHF. Nous surveillons le drôle, une bonne heure avant de le voir filer hors du champ visuel.  Ce bateau louche , (je crois qu’il s’agit du même) reviendra quelques nuits plus tard….

 

 

 Cargo louche dans la nuit.....



Nous retournons à notre occupation favorite, le spectacle de la vie marine, les exocets qui décollent  à la vue de l’étrave, les puffins, et autres Fous qui ne nous ont pas quittés depuis le Cap Vert,et qui parfois donnent lieu à des chasses d’envergure.


 Vol d'exocets

 

Celui là ? il a raté son amerrissage...

Copain Puffin

Attaque en piquet des fous et puffins.


 

Deux visites incroyables, en plein milieu, tout d’abord un papillon de nuit, comment a-t-il pu joindre La Licorne ?? né à bord ? puis quelques jours plus tard un petit passereau genre fauvette, est venu faire escale à bord, mais je n’ai pas pu la fixer  sur une photo.

 Bombyx Africain ? Brésilien ?


Une nuit un oiseau est venu se reposer sur le radar il avait  une frimousse inconnue.

 


 Oiseau clandestin


 

 

Et puis un jour ………. le  grand Jour,...le grand saut , la « big bascule »,….le renversement,….

 

Je résume en 2 photos:



Entre les deux...?  quelques minutes, quelques dizaines de mètres, et une seule explication :


GPS historique pour le Team La Licorne. 

 

 

ET oui, on est passé en quelques minutes du Nord au Sud, et de l’été à l’hiver …. La ligne mythique est franchie, et comme le doit la tradition responsable de déguisements, et festivités.

 

 

On est dans l’hémisphère austral, dans la partie du monde qui se tourne vers le Nord pour regarder la course du soleil, qui a des crampons aux chaussures pour tenir, dans la partie du monde où sévissent les 40e rugissants, les 50e hurlants et autres folies éoliennes qu’il faudra oublier….. non, je ne vous y emmènerai pas…. Pas cette fois ci du moins, il s’agit d’un tour du monde, cool, pépère, alizéen, intertropical, où la température de la mer descend rarement sous les 20°, alors vous pensez ! les vents fous, les glaçons qui viennent frôler la coque, ce sera pour une autre fois,… une autre croisière, un autre tour du monde, une autre Vie ?

 

Et donc après 1650 milles de croisère, les premières frégates sont venues nous rassurer sur la proximité de la terre promise,


et un beau matin aprés 14 jours de vie marine entre ciel et eau, le mercredi 7 octobre 2009, là bas, au bout de l’étrave, la terre, un pic pointe son doigt pour nous guider, voilà c’est Fernando de Noronha. C’est fini, le grand cercle bleu n’est plus… Mais on arrive au paradis, alors il ne faut pas se plaindre.


 Arrivée sur Fernando et son  pic.


 

 

On est de l'autre côté de la baignoire, belle course depuis Cannes
 

 

Un grand merci à la Licorne.






NB La Route transéquatoriale de La Licorne : le routage et la route suivie.

 

 

Pour faire bref, je vous écris le mail adressé à nos copines de Pickwick qui devrait faire le grand saut « soon » 

 

« Ola Pickwick girls,

 

Scusez moi pour le retard, mais les communications à Fernando de Noronha sont difficult. Ce d’autant plus que la traversée a été fatale aux portables (phone et PC).

 

Bon je vous raconte.  1310 milles en route directe, avec l’option de descendre vers le SE  vers le 24e voire 23e méridien, comme le conseille Cornell à ct’époque. Mais j’aurais du me méfier du british, car il a fallu galérer pour retrouver les alizés du SE, une fois le pot au noir passé, (l’ITCZ se perchait aux alentours de 8e parallèle), car nib les alizés en deçà, mais par contre le courant équatorial d’E lui il est là.  Et comme quand tu as de l’air c’est à coup sur du SW voire SSW qui s’époumone à 5 voire 7 nœuds réels !, ou tu files au prés à l’W sans rien gagner en S, ou tu files au SE voire ESE (avec 5 noeuds de vent je plafonne à 3 nœuds) + 1.5 à 2 Nœuds plein E de courant en route directe pour……… l’Angola….. super. Maman c’est loin l’Amérique, ?. tais toi et mets la bourrique ou vires de bord…. Je me suis retrouvé à 22°50’ W….

 

J’ai enfin attrapé les alizés vers le 4° N avec une belle galère du 10e au 4e, avec louvoyage entrecoupé de bourrique à 1200 tr/mn, et des moyennes correctes en surface 110 miles mais rikiki en fond 70/ 90 milles…

 

Bon quand enfin tu as de l’air alizéen ça file, mais au prés bon plein sur encore 800 nautiques. Au total 1650 en surface, 14 jours de mer pile poil avec 5 jours entiers de moteur, le reste à la gite tribord.. (y a des fois tu te dis que le cata ma foi……)

 

Donc si je résume : trop d’E au départ , une fois Brava passé il faut faire du S le long du 25e méridien, le plus possible, car en fait pour aller a Fernando tu dois faire 21 ° de S et seulement 7° d’W. De toute façon ce put... de contre courant équatorial te fera gagner en E suffisamment pour être au bon plein une fois trouvé les Alizés de SE. Bon, oublies le portant, l’asy et jettes par-dessus bord le spi.

 

Autre précaution gaffe aux cargos brésiliens qui naviguent sans radar, mais bon on en a croisé 3 en tout…

 

Mais un conseil, filez dès que possible car Fernando c’est l’Atlantide, voire l’Eden, tant tout est vert, les brésiliens sympas et chaleureux. Un vrai régal pour les sens, les rencontres, et tout et tout. Y a pas photo avec la sécheresse du Cap Vert et des Capverdiens.

Même si Fernando est cher avec sa taxe écolo, ça vaut vraiment les ronds, et puis c’est pour une bonne cause qu’on te fait raquer, pour une fois. C’est tellement beau Fernando que les yeux y te pleurent… !!!!!

 

Bisous do Brasil, c'est-à-dire chaleureux….

 

Le team La Licorne. »

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 17:05
Donc on quitte Praïa avec un certain soulagement, pour filer à Fogo dans le port de Sao Felipe sur sa côte W. Petit port ouvert au S, où l’on s’amarre par l’arrière à la digue.


Arrivée sur l'île de Feu

 Toujours pas de voilier vagabond, et un accueil encore pénible où une poignée de jeunes t’imposent leur aide , alors que tu n’as nul besoin d’assistance, ce qui est source de conflit, chaque couillon voulant être rémunéré pour qui t’a donné le conseil de mouiller ici, qui pour te dire de lancer une aussière, qui pour récupérer la dite aussière quitte à se faire « mixer » par l’hélice du bateau… bref, il faut calmer tout ce monde en ébullition, excité par ton arrivée. Bon, décidément le tourisme altère vraiment beaucoup les comportements dans ces îles. Dommage….


Fogo, seule volcanique encore récemment en activité, dont le Grand Pic qui culmine à plus de 2800m domine l’archipel.
Le Gran Pico da Fogo.

Les 2 dernières éruptions en 1951 et 1995 bien que spectaculaires, n’ont pas entraîné de victimes sauf quelques maisons sur la trajectoire des coulées de laves. Ce grand Pic se trouve au sein d’une grande caldeira comme le Teide de Tenerife, mais est beaucoup moins impressionnant rendant plus de 1000 m à son grand frère.

La Caldeira

Coulée de lave, avec maison reconstruite in situ.


 La particularité est la culture de café, de grenades, de pommes, de coings, et de vigne sur la caldeira. Vin et café ont une renommée mondiale.


Cognacier

Vigne et pommier.



Un treck sur le volcan, qui devait nous mener au sommet du Grand Pico, n’a accouché que d’une piteuse et nouvelle arnaque par un minable petit guide, Jairzon pour le nommer, qui se fait passer pour un employé de Patrick. Ce dernier, français, gère, des chambres d’hôtes au village sur la caldeira, et manage des visites sur le volcan. Ne pouvant laisser le bateau toute une nuit à cette époque de l’année, nous avons décliné cette possibilité.


Cha das Caldeira

Cratère du petit Pic

La lave au pied des vignes.


 Donc petite balade, sur le petit pic et visite des villages de Cha das Caldeira, avec Antonio Cap verdien expatrié en Belgique travaillant comme ingénieur, et Elodie sa fille, très sympa et tout aussi candides que nous. Rencontre sympathique, qui effacera la mésaventure Jairzon, et se finira sur La Licorne. Pour une fois que je prends un guide……

Dans la gueule du feu....ou descente en enfer....


Sisal.

feuiles de ...... coca ? non c'est de l'autre côté ....



Les vues sur la caldeira et les cratères donnent lieu à de belles visions mariant le noir des laves au rouge au jaune du soufre.



C’est a Sao Felipe jolie cité juchée sur une falaise dominant l’océan et une belle plage de sable noir, qu'il est doux de flaner.

Sao Felipe da Fogo

 Cité heureusement sereine, et calme, joliment fleurie où l’on peut voir les vieilles maisons coloniales appelées sobrados. Sao Felipe où le marché offre les fruits cultivés, où les enfants ont le temps de jouer aux cartes.



Sobrado



Le marché.



La belle carte de Fogo

Une dernier regard sur le Gran Pico


Allez zou on léve la pioche.

Brava l'ultime


Venons en à Brava ultime étape, ultime escale du décanèse Capverdien. C’est certainement, l’île la plus agréable, pour ses sites, pour sa verdure ( ici on peut parler du Cap Vert), pour ses habitants qui savent se montrer accueillants, comme Jao Andrade Alves, toujours disponible et discret. Premier mouillage dans le cratère de Porto da Furna, le grand port de Brava…

Le mouillage cratére de Porto da Furna. avec La Licorne bien esseulée.


Village de pêche, qui reçoit une fois par semaine la visite des cargos avitailleurs ; pas d’aéroport ici.


Le Centre de Santé.

Probablement la ville la plus jolie du Cap Vert, Vila Nova Sintra est en tous cas la plus fleurie grâce à ses 500 m d’altitude qui lui permettent d’avoir une végétation luxuriante. L’avenue principale est jalonnée d ‘ibiscus qui embellissent toute la cité. Ville natale du poète Eugenio Tavares, Nova Sintra a un petit côté antillais.


L'Ibiscus régne en maitre.

La rua azul

La Rua verde
Casa Branca
Vila Nova SIntra 


la ville de Tavares.


 Il est facile ici de se faire des « potos ».




Une menace de coup de vent nous pousse à changer de côte. Faja d’Agua est certainement le mouillage le plus proche du Brésil, le dernier du continent africain avant la grande traversée . Superbe mouillage , que je vous laisse découvrir.

Faja d Agua


La plage des pêcheurs


Ainsi se termine cette tournée Capverdienne.



Une remontée sur SaoVicente , afin de pouvoir sortir du pays est préférée à un retour pourtant plus proche sur Praïa….. On ne peut en effet sortir du pays ailleurs que de Santiago SaoVicente ou Sal. Ainsi l’exige l’administration locale, qui n’a rien à envier à la notre…… Ce qui nous permettra de boucler ce périple. 6 mois de vadrouille dans l’archipel plus de 800 nautiques parcourus, le Cap Vert le mal nommé aurait pu s’appeler le Cap Vent, tant Eole s’en donne à coeur joie.



Et si on va changer de côté, si on va changer de continent, si on va changer de saison et d’hémisphère, on reste dans le monde lusitanien, en espérant seulement que le Brésil soit un peu plus chaleureux.

Je finis avec un pote du coin á notre Licorne.... cadichonach, et une jolie frimousse



 A bientôt

Partager cet article

Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:57


TDM34 Maio la discrète

Passons à Maio la petite sœur,

 

Sise à 80 miles au S de Boavista, elle lui ressemble sur le plan géo, désertique car aussi basse, ne pouvant stopper la course des nuages, nantie de belles plages, et d’une grande ville Villa de Maio encore dénommée Porto Ingles, tant les britanniques y ont fait escale pour commercer le sel du coin. Par contre la similitude s’arrête là, plus de 2 fois plus petite, et 1,5 fois plus peuplée.Les habitants sont ici gentils et accueillants, menant une vie que l’on sent paisible.

 

 

L'île de Maio

 

Villa de Maio n’a pas de port, c’est la plage où déferle la grande houle de l’Atlantique, qui fait office de parking à pointus. Les arrivées des pêcheurs plein pot sur la plage sont assez musclées.



 Heureusement existe une grande jetée, au Nord de la ville où l’on peut aborder avec l’annexe, il y a même un gardien très gentil. On est loin de l’ambiance de Sal Rei.

Le front de mer de la ville est agréable, et lieu de rencontre de la jeunesse qui l’envahit dès qu’un jour férié pointe son nez.





Une paillote Bar-Resto ajoute au côté loisirs, vacances.


Avec la Licorne au mouillage.


 

L’architecture de Porto Ingles est pour le moins bigarrée, voire carrément flashy…..

 

Les contrastes sont parfois saisissants, belles maisons flambantes neuves de probables Cap verdiens expatriés, avec engins d’un autre monde, d’un autre siècle ici une très vieille Land Rover, lá unebarque de pêcheur au rebus.



Là encore une curieuse bâtisse où un des propriétaires ne supporte pas les pommes de douche chez lui….. ????

Alors il l’a collée dehors….



 

L'épicerie du coin.

L'épicière.


L’église de la fin du XIXe reste l’édifice témoin d’un embryon d’histoire coloniale.



 

Maio fait donc partie de ces îles qui semblent s’être échappées du continent pour mener une vie libre. Rares oasis de palmiers, alors que désert de pierres et dunes ont la main mise sur l’île. Nous parcourons sous un bon cagnard en VTT, ce petit bout de terre tout droit sorti du Mali ? sans aucun  risque sécuritaire est-il besoin de le dire……



Oasis de Lagoa
 


Monde agricole sahélien, où le cochon, les chèvres sont en liberté, avec des pintades qui piètent la caillasse, comme nos compagnies de perdreaux les chaumes. Alors que les courlis courent les plages désertiques, jonchées de coquillages.


Cochon en vadrouille
Chèvres á l'ombre.

Pintades en Patrouille.
Courlis on the beach.

Arches Porcelaines Patelles et oursin.
 

Bref Maio semble baigner dans le calme, les pieds dans l’eau, à l’abri sans doute des vagues invasives de touristes. Ici très peu de structures hôtelières, quelques lotissements de maisons de vacances, Maio n’attire pas le toutou et c’est tant mieux. Pour le vagabond baroudeur et marin de surcroît, c’est un coin où il fait bon reprendre un rythme serein.


Ainsi semble aller le petit moussaillon
 

 

 

 

 

Passons à Santiago la majeure.

 



Carte

Il s’agit de la grande île, la plus étendue, plus de 950 Km2, la plus peuplée, plus de 50% de la population autochtone, dont la moitié à Praia la capitale. Elle fait partie des îles sous le vent et des îles montagneuses capable de retenir les nuages avec son sommet à près de 1400m. Donc moins sèche, plus cultivée.



 

Pour le moins contrastée, Santiago n’est pas l’île la plus attachante, l’intérieur surtout agricole, n’est pas extraordinaire.

 

3 centres d’intérêt, au sud la capitale Praia, non loin Cidade Velha l’ancienne ville principale de l’archipel, et Tarafal petit port sur la côte NW.

 

Je vous emmène en vadrouille dans l’île vers Cidade Velha puis Tarafal avant de vous « maudire » Praia alias le chancre.

 

Cidade Velha est bien la vieille cité , première portugaise développée au XVIe dominée par la forteresse de Sao Filippe ancien roi du Portugal, édifiée pour protéger (sans succès) la ville des pirates comme Drake le british ou Cassard le frenchy.

 Vue de la ville.

 

Cette forteresse est entièrement et avec bonheur  restaurée.

 

 


Mur d'enceinte fait de briques et de....pierres.


La richesse de la ville est en partie due à la riche vallée qui s’enfonce dans le pays le long du cours de la Grande Rivière.
Ribeira Grande.


Après San Antao c’est ici que l’on fait du grogue, avec comme symbole le trapiche, sorte de meule activée par un couple de bœufs afin de broyer la canne, pour en récolter le suc, le jus qui sera ensuite distillé .


Trapiche



 

 

 

 

L’intérieur de l’île vers Assomada puis Tarafal  s’est agréablement coloré de vert, surtout du fait des premières ondées de la toute récente saison des pluies.

 Route d'Assomada.


Les iles du Cap retrouvent leur couleur à la première pluie.



Parmi la population sylvestre, deux arbres se démarquent, le très célèbre Pei de Bolom, fromager dont la circonférence dépasse les 50m photo (les 2 points en bas à droite de l’arbre… 2 villageois)
Le Pei de Bolom.



, et le beau palétuvier de Longeira qui en impose avec son drappé de lianes-racines, au moussaillon à ses pieds.

 

 

 Deuxième site le Port de pêche de Tarafal au NW:



Tarafal de Santiago est en fait le seul mouillage sympa rencontré, joli avec une belle eau, des habitants sympa, où on peut faire de l’eau douce.

Le mouillage.

 

La plage de sable blond (la seule du coin)  est agrémentée d’une belle palmeraie faite de cocotiers et parcourue de martin pêcheurs emblème du pays.

 

Salut c'est moi Martin le  meilleur pêcheur de l'île.


Les barques sont tirées sur la plage où les pêcheurs vendent sur place leur prises.






Derrière les femmes patientent en réparant les filets, ou faisant leur lessive.


 

L’ambiance est cool, et nonchalante, les enfants peu quémandeurs.

 



PRAIA.

 L'arrivée  est trompeuse.

C’est l’inverse à Praia, la capitale de l’archipel, 220.000 habitants, où du mouillage dans la baie, tout vous semble agressif,… non,  tout est agressif .

 

Ciel bas qui bruine une humidité moite, eau pourrie jonchée de plastiques, détritus qui n’ont de soucis que de colmater les prises d’eau du bateau, l’air lourd et souvent nauséabond, du fait de la rivière, décharge de la ville qui débouche dans le fond de la baie, où s’engouffre le vent.
Plein centre La Licorne, à gauche le port de pêche au sortir de l'embouchure du fleuve.

 Même la mer n’est pas accueillante, une grande houle de sud rentre plein pot et rend dangereux le mouillage. Preuve en est les cargos bousculés, renversés, chahutés par les déferlantes , qui s’accumulent au fond dans l’embouchure du fleuve.
Epaves et surfeurs.


Pour débarquer en annexe c’est la galère, trop de rouleaux pour atteindre la plage à l’W, il y a bien le port de pêche à l’Est, mais l’ambiance est tendue, les rivalités souvent visibles, avec son lot de rixes et bagarres, et nombre de boys tentent de vous prendre en charge, afin de mettre votre dinghy soit disant en sécurité, accroché à une barque. Mais rien n’est sûr, j’ai attendu plusieurs heures qu’un pêcheur veuille bien ramener mon annexe accouplée à son bateau. 

  Il y a du Dakar dans ce port, mais aussi du Rio avec les favelas qui surplombent le port de pêche, du Calcutta pour le foisonnement. Il est sûr que nous sommes du côté de la misère, ici, ils sont loin les quartiers chics, bien que les superbes 4x4 viennent jusqu’ici, comme pour défier tous ces survivants. Lucas 22 ans, qui a tenté de gagner quelques escudos en voulant garder notre annexe, vit au port, il dort sur le quai à même le béton avec un bidon d’eau douce, future douche du matin. L’alcool, probablement des drogues plus hard circulent dans les regard des zombies qui patrouillent à la tombée du jour.

La misère surgit du moindre recoin.



Tout est prétexte, à arnaque, les prix s’envolent ici, taxis, gardiens, informateurs. Plus d’une demi journée à attendre de l’eau douce amenée en gros bidons de 200 l sur le port, pour finalement renoncer devant un prix prohibitif. Etant le seul bateau étranger depuis de longues semaines, tous voient en nous l’aubaine…

 

Alors Praia la galère ? nombre de copains venus ici, se sont fait dépouiller qui de ses papiers, qui de son annexe, qui de son moteur HB, quand ce n’est une visite nocturne à bord…

 

La ville elle-même n’est pas très jolie, même le vieux quartier du plateau, avec ses rues colorées, ne retient pas l’attention. Les monuments, édifices publics ternes, les places, et parcs inexistants.

Rue du qurtier du Plateau.


 

Alors Praia la moche ? oui, mais il y a un spot qui vaut le détour :

Sucupira, Sucupira l’énorme marché au pied du Plateau, qui rappelle les chauds marchés de l’Afrique de l’Ouest, on se retrouve à Abidjan, à Bamako, plongé dans la frénésie des marchands. Seul spot qui vaut le coup d’oeil. Malheureusement en parti couvert, avec une multitude de micro ruelles visitées à la tombée du jour, et donc impossible à photographier.

 

Oui, ce n’est pas vraiment l’escale de rêve, mais il y a eu 3 rencontre coups de soleil, tout d’abord Tah, 190 cm surmontée d’une tronche à faire pleurer n’importe quel bambin, amputé du bras droit ; qui de sa voix survole la criée, Tah qui drive son énorme barge de débarquement comme un vélo solex virevoltant au milieu des barques de pêche, Tah qui nous voyant perdu dans l’attente de notre annexe envolée avec Tchou le pêcheur, nous embarque sans rien demander pour nous ramener sur La Licorne.

Il y a eu Ribeira jeune sergent douanier du port qui  a fait des efforts pour nous aider, nous informer, nous diriger dans le port de pêche où trônait sa vedette rouillée.

Enfin à côté du marché, Tahiti nom donné par les habitants au point d’eau douce géré par un couple de capverdiens quinquagénaires mais pour le moins bienheureux et bienveillants. Ici, si tu viens avec tes bidons, tu pompes gratos le précieux liquide. Par deux fois on viendra avec une kyrielle de bidons, et bouteilles de 5l, réhydrater La Licorne.

 


Dernière interrogation soulevè par la ville, dans le qurtier NW se trouve une  colline grignotèe par des pioches. Chantier-minier géré par une sociéte Vermelho SA, qui exploite quoi ??? sable, pierres, minerai ? un mystère.
Chantier au NW de Praia
Quel minerai ?



De toute façon, vous vous doutez que partir de Praia fut un plaisir. 

 

Direction Fogo puis Brava les deux dernières îles du Cap Vert.


 

A bientôt

 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 14:38

TDM 31 Juillet 2009 : Boavista La Maudite.

 

 

Décrite comme un morceau de Sahara parti en croisière océanique, Boavista est la dernière représentante des îles « Barlovento » (les îles au Vent). Aussi sèche que Sal à 30 nautiques dans son Sud, c’est la 3e de par sa superficie, mais la moins peuplée.

 

Parcours de La Licorne depuis npotre entrée au Cap Vert.

 

Autant vous le dire tout de suite, à Sal Rei de Boavista, la principale ville de l’île, je ne l’ai pas trouvé. Il est resté introuvable,…. Ali…… Ali Baba s’est évanoui, évaporé, volatilisé, envolé. Par contre, les 40 voleurs, eux sont bien là… inutile de les chercher, ils vous trouvent sans problème, pas besoin  de guide, ni de plan de route, ni de carte d’invitation bien sûr…….

 

Nous dès le premier jour, sur la plage des pêcheurs où innocemment j’ai tiré sur le sable blond, notre belle annexe. Candide je pensais que devant les quelques dizaines de zigues zonant la plage, il serait difficile de pirater l’annexe.
Bon le gus, il n’a pas osé prendre le dinghy, mais il s’est débrouillé pour chouraver la durite d’alimentation du moteur hors-bord ( heureusement cadenassé sur l’annexe).

Evidemment cela aurait pu être pire! il aurait pu taxer la nourrice (le réservoir en entier), voire mon petit moussaillon, mais cette  durite avec sa petite pompe manuelle, qui coûte 20 euros en France, est ici classé espèce en voie de disparition !!! Rarissime l’engin….. enfin sachez tout de même que les quelques dizaines de barcasses sur ladite plage, sont toutes équipées de hors-bord  munies de nourrices et durites….. Bref objet  introuvable sur toute l’île, en neuf ou d’occase ou même en kit. J’ai bien eu une proposition tout à fait gentille du frère d’Ali, qui m’en a proposé une, pas chère du tout… à 70 euros, mais j’ai du décliner la proposition…… car la pompe manuelle était fossilisée…..datant probablement du XVIIIe siècle…... avant JC.

 

Et là après avoir entendu les flics se gausser de notre mésaventure, prenant à partie les pêcheurs zonards, je commence à prendre les abeilles. Deux trois autochtones compatissent, m’informent qu'ils ont un copain qui va peut être nous aider. Chouette!
 

Après une heure de palabre, je trouve là un tuyau, ici une pompe, toujours à des prix défiant toute concurrence, mais manque toujours un embout pour raccorder le dit tuyau au moteur! Finalement j’arrive à bricoler une pseudo durite qui  me permet de constater après 200m qu’il fait chi…. Mc Gyver, et puis à bord j’ai un 2e moteur qui devrait me dépanner. Et donc retour sur La Licorne à la 

Pour clore ce chapitre sachez, que la suite fut du même tabac, un couteau de plongée, une écope, une rallonge, et pour finir le tout, une arnaque de pre rame. C’est bon pour les biceps, mais pas terrible pour le moral. mière ,par un dénommé Emmanuel…… qui m’a assuré que pour 20  euros il saurait lui, me trouver une durite complète…… confiance…… confiance…. Il a du tomber sur Ali qui l’a détroussé probablement….ou bu un coup à ma santé….

Mais il ne faut pas se plaindre, cela aurait  pu être pire... Au cours du séjour nous avons été arrêtés, dans une  virée VTT vers une épave, par un couple de teutons qui venait de s’y faire agresser à coup de barre de fer et autres projectiles petrifiés… avec un bébé dans les bras en plus… étant équipés de tenue type Absalon et non pas Rambo, on a préféré rebrousser chemin . (d’ailleurs n’a jamais pédalé aussi vite le moussaillon….  curieux non ? tiens regardez là filer….).

 

 

 

 

 

Donc, sur le plan humain Boavista est pour le moins décevante. Il faut quand même savoir qu’au XIXe siècle, l’île était répertoriée comme très dangereuse par les marins, car outre des côtes truffées de cailloux, les habitants étiquetés de naufrageurs, accrochaient des lanternes à la queue des ânes et les faisaient se promener sur les récifs afin de tromper les bateaux au large… alors… pourquoi s’étonner ?  depuis Mendell on sait bien que les cerisiers ne font pas des olives…. Hein ?

 

Quel dommage car c’est une très belle île sauvage, parsemée de dunes, de grandes étendues, de plages de dizaines de Km, désertes.  Parfois en plein Sahara , parfois au Nevada, parfois à Bora Bora, parfois à Santa Monica, mais toujours à Boavista.

Oasis au Sahara ? non a Boavista

manque l'Harley et c'est easy rider...

Dattier a Ouarzazate ? non Tamareis a Boavista



Nevada á Boavista.


BoraBora ? e Boavista

La belle plage de Santa Monica. 20 Kms de long..



C’est le paradis des pêcheurs sous marins, des chercheurs d’épaves (plus de 300 sur les côtes… tu parles on sait pourquoi….).

 


Pêcheurs sur l'eau



Apprenti pêcheur dans l'eau. 
Epave de la Santa Maria.
Fous masqués sur épave perchés




Nous faisons le tour de l’île en 4x4  photo carte et 4x4

 Virée en 4x4

Tiens pour une fois je vous montre la carte de l'île pour vous monrer le parcours.


Rabil et son église du XIXe, (une antiquité ici), Joao Galego et son centre culturel à l’effigie de Cabral le héros de l’indépendance,  Ervatao superbe spot pour la glisse et la nidification… (surfeurs et tortues s’y retrouvent tous les ans..),

Rabil church  Igrega di Rabil

Joao Galego
Lui là surfer ? ça m'étonnerais ... t'as vu sa planche ?....

Laurel et Stanley ...

les superbes plages du Nord Est qui s’étendent sur des dizaines de Kms seulement parcourues par quelques primates lanceurs de pierre et un joli moussaillon (espèce trés trés rare)….


Sa roule la houle.

Dans le domaine zoologique, les tortues maintes fois entraperçues sur La Licorne sont très, très craintives, impossible de les photographier même en annexe, elles ne sortent le tête de l’eau que quelques secondes toutes les 5 à 10 mn. Seuls les carcasses rencontrées sur les plages témoignent de leurs venues. La ponte devant être aoutienne nous n’avons pas rencontré de traces, ni de signe d’enfouissement  sur les plages.

Tararugas carapas en portugais sans accent, tararugach carapach en crioulu...(créole du coin)

Quand aux poissons c’est un vrai régal pour les yeux et le palais. Péroquets, Poissons trompettes, Carangues, Lutjanidés, Mulets, Poissons Limes ou Bourses, Mérous  appelés Garupa, poissons Porc Epic ou Diodons , et des myriades de harengulas, Castagnoles, de belles murènes, pas vu de requins comme à Sao Nicolau, bien que présents.


Tiens je vous en montre toute une papardelle comme on dit du côté de chez Pagnol.
Perroquet (Scarus Scaber)
Lutjan du genre précuit..


 


Poisson Trompette

Garupa, le rouge mérou du Cap Vert.

Carangue
Poisson Porc Epic ou Diodon (toxique pêché par mégarde...)

Poisson Lime ou Bourse.




Harengulas sous La Licorne.

Par contre le fond coralliforme est pauvre, quelques madrépores, pas de gorgones, quelques coraux de feu, cela n’a rien des visions paradisiaques caraïbes ou polynésiennes.

 

Les coquillages ramassés sur les plages se font rares. Pas vu les fameux cônes renommés, seules quelques porcelaines   patelles, et Arches.

 

Pour résumer…. : Boavista ? très belle île malheureusement habitée…..

 

Bon je vous montre juste un truc un peu ouf, sur ce cliché vous apercevez une cité très orientale ou hollywoodienne (au choix). C’est un hotel de 1800 chambres !!!! On n’a pas visité…. Tant pis pour vous.

 

 

Bon, mon article est assez déshumanisé me direz-vous …. C’est voulu afin de remercier pour leur hospitalité les Boavistais et Boavistaises, de leur accueil, leur gentillesse, et tout et tout….

Afin de me faire pardonner, je vous joins l’avenir de l’île sur ce cliché de bambins somme toute innocents…. Encore innocents…..

quoi que …. Z’avez vu ils ont commencé l’entraînement…… ( je rigole !!!!  hihihi……. Enfin…)



Allez on finit avec...
 Moi Scarus suis-je aussi beau que mon alter-ego amazonien le bel Ara ?

 

Partager cet article

Repost0