Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 16:11

Mai 2007 : Canaries, Lanzarote et Graciosa.

 

 

 

 

 

Bon, je vous avais laissés à Madère, la luxuriante île des bois, qui nous a tant plu.

L’étape suivante avait pour but les Canaries, le 3e groupe d’îles appartenant à la Macaronésie, avec les Açores et Madère au Nord, les Canaries au centre et les îles du Cap Vert au sud.

Ce groupe macaronésien volcanique, s’étend sur des milliers de Kms puisque les Açores sont à hauteur du Portugal, Madère à hauteur de Safi au milieu du Maroc, les Canaries au Sud du Maroc au niveau de l’ex Sahara Occidental, et le Cap Vert bien en deçà puisque au niveau du Sénégal. Donc les Canaries par 28° nord ne sont pas intertropicales, et restent curieusement fraîches malgré la proximité du Sahara marocain.

 

 

 

 

 

Sept îles principales avec Lanzarote et Fuerteventura à l’Est à moins de 100 bornes du continent africain, arides et minérales ; puis Grande Canarie, et Ténérife les 2 principales, en fin à l’ouest La Goméra, Hiero et La Palma.

 

 

 

 

 

Photo Canaries.

 

 

 

 

 

Notre traversée devait faire étape aux Selvagen portugaises, sauvages et peu connues, malheureusement mal cartographiées également, ce qui m’a fait pointer l’étrave vers Lanzarote. Car le vent était présent, et la houle de plus de 2 mètres, m’a fait renoncer aux Selvagen, véritable champ de mines parsemé de cailloux, et hauts-fonds. J’ai donc choisi la prudence, conformément aux Instructions nautiques.

 

 

 

 

 

Donc, cap à l’Est et c’est en moins de 48h que sont avalés les quelques 300 nautiques. La pioche est déposée au centre de cala Francesa sur l’île de Graciosa au N de Lanzarote.

1er mouillage canarien surpeuplé.

Playa Francesa

 

 

 

 

 

Nous allons passer une petite semaine ici dans ce site surmonté de superbes cônes volcaniques, dont la Montana Amarilla (le mont jaune le bien nommé) photo .

 

 

 

 

 

Domaine du sable, des scories et de millions de gastroentéropodes

  (photo) qui jonchent le sol, on se balade in pédibus puis faisons le tour in VTTus, dans ce très beau cadre qui rappelle l’Afrique. Une bonne vingtaine de bornes de piste uniquement, car il n’y a pas de route ici, avec comme en Afrique du sable et de la bonne tôle ondulée….. (super massage des fessiers garanti …). Pour les non initiés, sachez que pour se déplacer sur cette piste parcourue de vaguelettes il faut dépasser les 80 Km/h pour ne pas être pris de tremblote irrépressible, et surtout pour ne pas perdre les dents, les yeux et les cheveux… Et donc si moi j’y arrive fastoch, c’est dur, dur , dur pour Brigitte…..

 

 

 

 

 

 Côte N de la Gracieuse.

 

 

 

 

La Gracieuse au Sud.

.

 

 

 

 

 La Gracieuse en VTT.

 

 

 

 

 

Les plages et l’eau sont superbes, mais la température l’est beaucoup moins pour les méditerranéens que nous sommes. L’air dépasse rarement les 22° et l’eau n’atteint toujours pas les 20° (dire que nous avions 19° à Cadiz).

En fait il fait chaud dès que l’on se protège du vent, de ces fameux Alizés, ces vents de NE qui partent des 25-30° Nord et vous mènent directos  jusqu’aux Antilles. En fait ici, ils sont secs et frisquets, 18° 20° pas de quoi transpirer….

 

 

 

 

 

Deux villages sur la côte sud dont Caleta del Selbo où déambulent des pêcheurs aux curieux « capéo »… photo (à noter qu’ils sont solidement arrimés au crâne, signe de vent fréquent,… y a de l’air par ici !!).

 

 

 

 

 Caleta del Selbo.

Calote del Pescador.

Fenêtre sur court...

Allez on traverse EL Rio, ce bras de Mer qui nous sépare de Lanzarote, tournons le cap N Fariones et allons mouiller dans le port de Naos à Arecife la capitale au milieu de la côte sud-est (SE). Pas de marina ici, ce qui à l’avantage de ne rien coûter mais l’inconvénient de ne fournir ni eau, ni électricité (habituellement pris au Quai ou ponton).

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième par sa superficie (60 sur 20 Kms oblongue tel le flageolet), , troisième sur le plan touristique après Tenerife et Grande Canarie, Lanzarote appelée la Perle Noire des Canaries, est superbe, avec une histoire volcanique récente, et quelques sites qui valent une petite visite.

 

 

 

 

 

Alors Arecife, est un grand port commercial, et une ville sympa bien que bien encombrée par la circulation.  Deux petits fortins pompeusement appelés castillos, en font un centre culturel, dont le castillo San José qui cache le musée d’Art Moderne (photo).

 

 

 

 

 Castillo San Josè en Arecife.

Musèe Arts Modernes.

 

 

 

 

 

C’est ici à Arecife que l’on peut facilement, aquilar un coche (louer une voiture). Ce que nous faisons faute de scoot ou bécane. 30 euro / jour (je vous rappelle les 100 euro en France…), c’est parti.

 

 

 

Allez on file vers le Nord pour visiter les tubes volcaniques des champs de laves, dont le fameux Jameos del Agua.

 

 

 

En fait il s’agit d’énormes tunnels, qui dévalent lors des éruptions du volcan, creusés par la lave en fusion, et qui après refroidissement, se solidifient et se pneumatisent dirait les pneumologues. Laissant ainsi sous terre plusieurs dizaines de Kms de conduite, avec de temps en temps un plafond qui s’effondre dévoilant le tube. Ainsi celui de Jameos est superbe, réaménagé par le grand homme de l’île Manrique (j’y reviendrai)  en site touristique avec resto, auditorium, piscine, et centre scientifique. Le jameos de l Agua vaut le détour.

 

 

 

 

 Jameos del Algua, tunnel volcanique.

 

 

 

Autre point remarquable le Mirador del Rio, toujours au Nord, toujours d’après une idée de célèbre peintre Manrique, qui domine El Rio et l’île de Graciosa et son port de pêche.

 

 

 

 

 

 

 

El Rio et Graciosa du Mirador.

Le Mirador selon Manrique.

Allez on file vers le sud , avec les salines de Janubio, puis la verte lagune d’El Golfo plus salée que la mer morte, mais je n'ai pas vérifié....

 

 

 

 

 

Salines de Jalubio: ... j'en vois 2 qui bossent sur les 5 comme chez nous....

Lagune verte d'El Golfo... C'est vraiment sa couleur, je ne l'ai pas trafiquée sous Photoshop, j'te jure.... Tu comprends pourquoi, je n'ai pas goûté....

Au passage dans le centre de l’île, du côté de Geria, on remarque ces cultures de vignes ou figuiers de Barbaries qui sont lotis au creux de petits murets faits de pierres de lave, En fait cela permet de garder le peu d’humidité de la nuit, et de protéger les plants du vent qui, c’est bien connu, déshydrate un max…. (donc on fait force économie de… cerveza).  C’est ainsi chers amis, que se cultive le raisin, qui va donner un Malvoisie proche de celui des Eoliennes (pour ceux qui suivent nos aventures maritimes et oenoliques… hips … pardon).

 

 

 

 

 Le vignoble à Lanzarote.

 Région centrale de Geria.

 

 

 

 

 

Allez venons –en au clou de l’île …. Le parc de Timanfaya sis sur tout le côté SE de Lanzarote. Il s’agit de la zone qui pendant 6 ans non stop a subit au XVIIIe une des plus grandes éruptions volcaniques connues, ayant fait l’objet d’observation, ayant enseveli des dizaines de villages, étendues sur plus de 200 Km2, par l’intermédiaire de dizaines de volcans dénommés « Montanas del Fuego ». 

 Le petit diable logo du parc, et le soleil noir logo manriquien de Lanzarote.

 

 

 

 Monde lunaire, minéral, ave cratères, et plaines et mers de laves noires, bouches de feu jaunes, rouges, ocres, sculptant le paysage. Dernière éructation de la zone en 1925 ! c’est tout récent, et témoigne d’une activité volcanique quiescente, qui peut reprendre à tout moment.

  

 

 

Au sein de cette zone, fort bien organisée par les instances administratives touristiques, siège le restaurant El Diablo, que l’on atteint en auto, point de départ d’une virée en bus dans le site.

 Bon, on aurait préféré se balader en solo, mais bon, le parcours en bus est chouette et permet de préserver un max le site. Alors…..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce Resto dont l’architecte est bien sûr notre poto Manrique,  se fond (normal vue la température du coin) dans le site,et posséde la particularité d’être construit sur un sol actif, avec 400° celsius à moins de 6 mètres sous terre, des ouvertures où il est facile de  griller une côte de bœuf (photo) et où il fait bon rôtir une brassée de foin ou faute de paille, une éventuelle belle-mère…

 

 

 

 

 Resto El Diablo.

 

 

 

 

 Barbecue volcanique.

Hè !!! Poussez pas derrière !!!

Allez voyons voir ces paysages dignes de Tintin sur la lune, ou Dune, ou du Mordor pour les ceusses qui connaissent. (Pas vu Gollum,…. Mon précieux…)

 

 

 

 

 Volcan du Parc de Timanfaya.

 La végétation volcanique ? succinte mais colorée...

 

 

 

 

 

 

Timanfaya ou Mordor ? 

 

 

 

 

 Bon, sachez que l'on peut échapper au tour en bus, et faire un mini tour en...... dromadaire !! Si tu prends le bus t'es un Toutou, mais si tu choisis le vaisseau du désert, alors là t'es vraiment un gogo.... mais bon ça fait de belles "photeaux les chamos", alors...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quoi ?, j'suis beau non ?

Un petit  mot de Manrique qui est le grand peintre moderne né sur Lanzarote et qui a quelques talents en tant qu’architecte comme on a pu le voir, alors que son oeuvre picturale bien que mondialement renommée, est un peu hermétique à mon goût.

 

 

 

 

 

Tiens vise la une du quotidien du coin.

 

 

 

 

 

Dernière escale Lanzarote, Porto Rubicon tout à fait au sud, qui nous permet de faire de l’eau, de rincer enfin La Licorne, bien qu’il soit assurément l’un des ports les plus chers des Canaries (40 euro/jour), mais bon,… après avoir longtemps, longtemps,… hésité,… je l’ai franchi tel César : Alea Jacta Est……………………………..          

et toi ?                     

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires