Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 13:11

CiaoCorsica, Buongiorno Sardegna.

 

 

Donc nous sommes le 6/6/6 n'y voyez aucun signe démoniaque, mais le 06 juin 2006

 

sera le jour où nous avons quitté la France pour quelques temps.

 

 

 

Et donc nous voili in Italia « Ciao Sardegna siamo qui » et nous visons Capo

 

Testa gros promontoire sur la côte nord qui a l'avantage d'avoir un isthme et

 

donc 2 bons mouillages qui abritent bien des vents dominants.

 

 

 

La  traversée au grand largue est rapidos et entièrement à la voile (oui, oui,

 

c'est possible en Méditerranée... Enfin surtout ici dans les bouches de Boni,

 

ailleurs....) Par WNW de force 4 à 5 pour les marins.

 

 

 

Alors Capo Testa choisi uniquement pour ses capacités à nous abriter, a la bonne

 

idée de nous réserver de belles surprises.

 

 

 

Tout d'abord sur le cap il est une ballade intersidérale pour se rendre à la

 

Vallée de la Lune.

 

 

 

 

Etonnant ce site qui semble suspendu dans les temps et l'espace, entouré de

 

rochers découpés par le vent, et habité, squatté par des troglodytes jeunes

 

hirsutes descendants Cro-magnon, artistes sur les bords.

 

C'est le plus chouette camping naturel visité depuis le Larzac en 68. Baba cool

 

Peace and Love.

 

 

 

Le gardien du squat

Singe Totem

 Avec en plus de l?eau?.. douce à la source et  salée dans le ria plutôt accueillant,

 

 

 

N?est-il pas ?

 

 

 

Deuxième bonne surprise la cité Santa Térésa di Gallura jointe via VTT et belle petite grimpette de quelques kilometri.

 

 

 

Santa Teresa di Gallura

Jolie bourgade bien colorée et avec plein de Sardes dedans ! Incroyable?.

 

 

 

 

 

 

 

Les minettes qui rêvent de grand large,

 

 

 

Et les mecs qui rigolent et ont d?autres projets?.

 

 

 

 

 

Après 3 jours sachant que le vent va de nouveau nous rentrer dans le « pif »

 

pour nous empêcher de joindre l'archipel de la Maddalena, je décide de lever la

 

pioche dès 5 heures du mat avant que la mer se lève (elle aussi).

 

Et là commence une petite journée galère, qui fera bien plaisir aux potos qui

 

pensent que la mer c'est cool,  avec plein de plages d'or bordées de cocotiers

 

et belles vahinés.  Que nenni mon bel ami, pas tous les jours.

 

 

 

Donc première embrouille, mon ancre est enrochée ce qui signifie pour les «

 

terriens » qu'elle est coincée dans des cailloux au fond de l'eau noire (vue

 

l'heure) dans les abîmes, et qu'il faut aller plonger pour la décrocher.

 

Au lever du jour attendu avec ferveur dans une eau aux alentours de 17°, je

 

plonge pendant qu'Eole donne de la voix. Bien entendu Neptune en profite pour

 

nous balancer de belles lames de mer sur l'étrave sur notre route vers l'orient.

 

Bon c'est parti quand même... Mais j'ai fait 2 bêtises pour ne pas dire Con...,

 

avant de partir

 

1) j'ai laissé l'annexe (le zodiac) attachée derrière La Licorne et elle est

 

plus que secouée par la mer et  n'apprécie guère les  rodéo ; et

 

2) je n'ai pas rentré dans le bateau les VTT qui sont assurés (attachés) au pied

 

du mât (donc même si je le veux, même si je le dois, je ne peux faute de place

 

envoyer la grand voile... bon, a priori au moteur il n'y a pas de raison, avec

 

ce vent qui se renforce, non «  y a pas de raison », sauf... sauf si le moteur

 

tombe en rade.  Vouai, mais j'y ai pensé toto, je me suis quand même bien écarté

 

de la côte pour ne pas être rejeté et drossé dessus, en cas d'arrêt intempestif

 

du moulin?..

 

Ouai, ouai, mais j?en ai fait une 3e de C?bourde, j?ai pas vérifier avant de

 

partir le niveau de gasoil, et depuis le départ on a quand même fait plus de 70

 

heures poussé par l?hélice. Bon impossible de vérifier le niveau maintenant, ben

 

non dans le shaker je ne vois pas bien le trait sur la jauge?. 70 heures à « je

 

ne sais pas encore combien de litres par heure », mettons 5 litres ça fait 350 l

 

donc Ok, j'ai 500 dans le tank tribord. Oui mais si l'Iveco  consomme plus

 

disons 7 l/h ça fait 490 litres ! Merde... je vais peut être tomber en rade...

 

Bon je branche le Tank bâbord qui doit avoir de la réserve,...

 

Et là ça coince, le moulin qui turbine à 1700 tr/mn contre vent, mer et marée

 

depuis plus d'une heure n'apprécie pas ce changement de bidon, et abandonne...

 

bon, pas de panique, on a de la marge avant les récifs, j'envoie le génois non

 

sans mal dans cette mer bien creuse, « agitée » disent les météorologues, c'est un

euphémisme quand on est dessus (disons qu'on tente de rester dessus..).

 

Donc on déroule le génois,... trop, trop car avec 30 noeuds de vent dans le

 

dos... et oui, on a viré, obligé sans moteur... (vous suivez oui), et bien ça

 

défile sec. "Se prend pour un avion La Licorne, alors que c'est bien connu ce

 

n'est qu'un canasson, ben oui." Donc on réenroule la moitié avant de nous

 

retrouver au niveau du point de départ.

 

Puis je plonge dans la cale moteur, voir pourquoi l'a pas voulu de l?autre tank

 

l'Iveco... Je tente de lui coller les 2 biberons ensemble, Contact, Feu,...

 

Contact... après 3 ou 4 tentatives il repart l'animal. Bon.

 

 

On peut reprendre le bon cap sur l'archipel.

 

 

 

Photo EB

 

 

 

Voilà, on se s'embête pas ici, et vous ça va. ? et j'en vois un là bas qui

 

rigole... (« Zavez qu'à pas y aller qui dit... »).

 

 

 

Peut être, mais vois-tu après la pluie ... le beau temps, et après l'enfer ou

 

disons le purgatoire, l'Eden, car c'est à Spargi, première île de l'archipel que

 

nous atterrissons après 5 heures de mer.

 

 

 

Et Spargi, et son mouillage du corsaire, c'est vraiment le paradis.. Look at the

 

lagoon...

 

 

Bon, j'ai mis les photos les plus minables pour ne pas trop vous déprimer...

 

 

 

 

 

J'arrête avant les représailles, et puis le soleil se couche et j'ai sommeil...

 

après une telle journée, normal.

 

 

 

A bientôt

 

 

 

Photo soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires