Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 19:09

TDM 31 Juin 09 Ile de Santa Luzia et Sao Vicente.

 

Bom tarde,

 

Il fait 28°c les Alizés semblent vouloir se calmer, tant mieux. De nombreux récits maritimes font état des Alizés musclés du Cap Vert, on peut parler effectivement parler de vents toniques et adeptes du body building. Et qui dit brise, dit obligatoirement mer vaguement agitée, ou même houleuse , voire déferlante, et non pas noisettes.....

 

C'est donc une belle houle qui déferle sur les belles plages de Santa Luzia, et qui vont nous en interdire l'accès. Dommage le site est superbe, il n'y a pas âme qui vive, seuls quelques pêcheurs venus de Sao Nicolao ou Sao Vicente viennent taquiner le waou, ou la dorade coryphène, voire le marlin.



 

Je vous présente donc cette jolie îlette à l'ouest de Sao Nicolao, qui se présente devant notre étrave après avoir longé les caillous Razo et Branco.

 

 



Après une trentaine de miles on mouille la pioche juste à côté d'un beau rocher, et non pas sur le rocher comme le laisserait croire l'écran de l'ordinateur, qui bien que flou n'en est pas moins démonstratif des limites des logiciels de navigation...

 

Quand je pense qu'il y a de plus en plus de skippers qui confient le pilote automatique de leur bateau au GPS branché sur un soft de nav !

 


La preuve : La Licorne et son caillou...

Quand ça deferle impossible de débarquer...

En toile de fond Sao Vicente.

Bon, reprenons la mer en flânant le long de la plage avec 2 ris dans la GV et en route vers Sao Vicente, vers la civilisation, vers Mindelo la 2e plus grande cité du Cap Vert.

La Licorne en vadrouille


 


Sao Vicente Mindelo

La grande baie de Mindelo gardée par l'ïlot dos Passaros, est un très bon mouillage, et une escale appréciée pour l'ensemble de ses équipements accessibles. La marina reste très onéreuse (plus que celles de la côte d'Azur), mais accepte les annexes des vadrouilleurs qui comme nous, mouillent à 2 brassées des pontons. ( à raison de 2 euros / jour).

 
Sao Vicente Ilheu dos Passaros


Mindelo Bay

La nouvelle marina et la Licorne cerclée



Le célèbre Monte Carra profile son visage. au sud de la baie

 Carra c'est moi.....

 




50.000 âmes sur les 70 de l’île, Mindelo a
beaucoup de charme, avec son front de mer coloré, sa contrefaçon de la Tour de Belém, ses marchés, et ses nombreux stades. Car curieusement cette ville est très sportive, comme en témoignent les nombreux joggers qui parcourent le passeo maritimo.


 Front de Mer







Enfin des arbres... un superbe famboyant.





La place Estrela avec ses azulejos nous rappelle l'histoire lusitanienne de l'île.



 

La vie est ici très antillaise, avec un petit côté brésilien, comme en témoignent les maillots de la plage de Laginha, la Copa Cabana locale.

 



L'ambiance est en fait très contrastée à Mindelo, où les rues sont parcourues de superbes 4x4 de plus de 30.000 euros pièce, d'enfants très européanisés, mais aussi de mendiants, avec des marchés bien peu achalandés, un réseau routier toujours pavé ; l'absence d'eau courante dans de nombreuses habitations.




Au sortir de l'école... jeans rayban et Tshirts tendance...

Le marché central

  



En fait l'argent de la diaspora surtout américaine est responsable de ces écarts. Mais dans l'ensemble on est loin des grandes villes africaines, qui grouillent mais sont paupérisées une  surpopulation due à la désertification des campagnes.

 

Les marchés s'ils se multiplient n'offrent que peu de légumes, et fruits, tous importés pour la plupart de l'île voisine San Antao : bananes, goyaves, mangues, pommes, oranges, semblent souffrir de l'absence d'eau. Car ici pas de source, pas de rivière, pas de lac, pas de précipitations, ou si peu qq mm par an. Le monte Verde qui culmine à plus de 700 m, se cache souvent dans les nuages, mais reste incapable de les arrêter.

 

Mindelo ne s'abreuve qu'avec un procédé de dessalement de l'océan. Cela nous rappelle que l'eau reste un luxe dans de nombreuses contrées hors CEE. A la marina nous pouvons faire le plein moyennant 2 euros les 100 litres.

 

 

Le reste de l'île est très aride, avec quelques villages oasis .

 





Le petit port de pêche de Calhau au NE battu par l'océan, nous assure que la vie n'est pas toujours facile au Cap Vert.



De là s'étend  Praia Grande la bien nommée longue de plusieurs Km vers Baiai des Gatas, elle aurait très bien pu se nommer praia plastica tant sont pollués ses rivages. A croire que cette plage au gré des Alizés de NE reçoit toutes les bouteilles plastiques de l'Afrique sénégalaise.et mauritanienne.





 

Afin de ne pas finir sur ce triste sort de cette côte, finissons ensemble par le souvenir de ce visage d'enfant, et ce joli petit nœud de tissu agrémentant ma foi une bien jolie courbe.

 





Bientôt je vous emmène dans une île verdoyante, si, si, .... J'en ai trouvé une,...promis.

 

Emmanuel

 


J'oublie la carte de l'île..... scuse


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires