Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 16:11

Mai 2007 : Canaries, Lanzarote et Graciosa.

 

 

 

 

 

Bon, je vous avais laissés à Madère, la luxuriante île des bois, qui nous a tant plu.

L’étape suivante avait pour but les Canaries, le 3e groupe d’îles appartenant à la Macaronésie, avec les Açores et Madère au Nord, les Canaries au centre et les îles du Cap Vert au sud.

Ce groupe macaronésien volcanique, s’étend sur des milliers de Kms puisque les Açores sont à hauteur du Portugal, Madère à hauteur de Safi au milieu du Maroc, les Canaries au Sud du Maroc au niveau de l’ex Sahara Occidental, et le Cap Vert bien en deçà puisque au niveau du Sénégal. Donc les Canaries par 28° nord ne sont pas intertropicales, et restent curieusement fraîches malgré la proximité du Sahara marocain.

 

 

 

 

 

Sept îles principales avec Lanzarote et Fuerteventura à l’Est à moins de 100 bornes du continent africain, arides et minérales ; puis Grande Canarie, et Ténérife les 2 principales, en fin à l’ouest La Goméra, Hiero et La Palma.

 

 

 

 

 

Photo Canaries.

 

 

 

 

 

Notre traversée devait faire étape aux Selvagen portugaises, sauvages et peu connues, malheureusement mal cartographiées également, ce qui m’a fait pointer l’étrave vers Lanzarote. Car le vent était présent, et la houle de plus de 2 mètres, m’a fait renoncer aux Selvagen, véritable champ de mines parsemé de cailloux, et hauts-fonds. J’ai donc choisi la prudence, conformément aux Instructions nautiques.

 

 

 

 

 

Donc, cap à l’Est et c’est en moins de 48h que sont avalés les quelques 300 nautiques. La pioche est déposée au centre de cala Francesa sur l’île de Graciosa au N de Lanzarote.

1er mouillage canarien surpeuplé.

Playa Francesa

 

 

 

 

 

Nous allons passer une petite semaine ici dans ce site surmonté de superbes cônes volcaniques, dont la Montana Amarilla (le mont jaune le bien nommé) photo .

 

 

 

 

 

Domaine du sable, des scories et de millions de gastroentéropodes

  (photo) qui jonchent le sol, on se balade in pédibus puis faisons le tour in VTTus, dans ce très beau cadre qui rappelle l’Afrique. Une bonne vingtaine de bornes de piste uniquement, car il n’y a pas de route ici, avec comme en Afrique du sable et de la bonne tôle ondulée….. (super massage des fessiers garanti …). Pour les non initiés, sachez que pour se déplacer sur cette piste parcourue de vaguelettes il faut dépasser les 80 Km/h pour ne pas être pris de tremblote irrépressible, et surtout pour ne pas perdre les dents, les yeux et les cheveux… Et donc si moi j’y arrive fastoch, c’est dur, dur , dur pour Brigitte…..

 

 

 

 

 

 Côte N de la Gracieuse.

 

 

 

 

La Gracieuse au Sud.

.

 

 

 

 

 La Gracieuse en VTT.

 

 

 

 

 

Les plages et l’eau sont superbes, mais la température l’est beaucoup moins pour les méditerranéens que nous sommes. L’air dépasse rarement les 22° et l’eau n’atteint toujours pas les 20° (dire que nous avions 19° à Cadiz).

En fait il fait chaud dès que l’on se protège du vent, de ces fameux Alizés, ces vents de NE qui partent des 25-30° Nord et vous mènent directos  jusqu’aux Antilles. En fait ici, ils sont secs et frisquets, 18° 20° pas de quoi transpirer….

 

 

 

 

 

Deux villages sur la côte sud dont Caleta del Selbo où déambulent des pêcheurs aux curieux « capéo »… photo (à noter qu’ils sont solidement arrimés au crâne, signe de vent fréquent,… y a de l’air par ici !!).

 

 

 

 

 Caleta del Selbo.

Calote del Pescador.

Fenêtre sur court...

Allez on traverse EL Rio, ce bras de Mer qui nous sépare de Lanzarote, tournons le cap N Fariones et allons mouiller dans le port de Naos à Arecife la capitale au milieu de la côte sud-est (SE). Pas de marina ici, ce qui à l’avantage de ne rien coûter mais l’inconvénient de ne fournir ni eau, ni électricité (habituellement pris au Quai ou ponton).

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième par sa superficie (60 sur 20 Kms oblongue tel le flageolet), , troisième sur le plan touristique après Tenerife et Grande Canarie, Lanzarote appelée la Perle Noire des Canaries, est superbe, avec une histoire volcanique récente, et quelques sites qui valent une petite visite.

 

 

 

 

 

Alors Arecife, est un grand port commercial, et une ville sympa bien que bien encombrée par la circulation.  Deux petits fortins pompeusement appelés castillos, en font un centre culturel, dont le castillo San José qui cache le musée d’Art Moderne (photo).

 

 

 

 

 Castillo San Josè en Arecife.

Musèe Arts Modernes.

 

 

 

 

 

C’est ici à Arecife que l’on peut facilement, aquilar un coche (louer une voiture). Ce que nous faisons faute de scoot ou bécane. 30 euro / jour (je vous rappelle les 100 euro en France…), c’est parti.

 

 

 

Allez on file vers le Nord pour visiter les tubes volcaniques des champs de laves, dont le fameux Jameos del Agua.

 

 

 

En fait il s’agit d’énormes tunnels, qui dévalent lors des éruptions du volcan, creusés par la lave en fusion, et qui après refroidissement, se solidifient et se pneumatisent dirait les pneumologues. Laissant ainsi sous terre plusieurs dizaines de Kms de conduite, avec de temps en temps un plafond qui s’effondre dévoilant le tube. Ainsi celui de Jameos est superbe, réaménagé par le grand homme de l’île Manrique (j’y reviendrai)  en site touristique avec resto, auditorium, piscine, et centre scientifique. Le jameos de l Agua vaut le détour.

 

 

 

 

 Jameos del Algua, tunnel volcanique.

 

 

 

Autre point remarquable le Mirador del Rio, toujours au Nord, toujours d’après une idée de célèbre peintre Manrique, qui domine El Rio et l’île de Graciosa et son port de pêche.

 

 

 

 

 

 

 

El Rio et Graciosa du Mirador.

Le Mirador selon Manrique.

Allez on file vers le sud , avec les salines de Janubio, puis la verte lagune d’El Golfo plus salée que la mer morte, mais je n'ai pas vérifié....

 

 

 

 

 

Salines de Jalubio: ... j'en vois 2 qui bossent sur les 5 comme chez nous....

Lagune verte d'El Golfo... C'est vraiment sa couleur, je ne l'ai pas trafiquée sous Photoshop, j'te jure.... Tu comprends pourquoi, je n'ai pas goûté....

Au passage dans le centre de l’île, du côté de Geria, on remarque ces cultures de vignes ou figuiers de Barbaries qui sont lotis au creux de petits murets faits de pierres de lave, En fait cela permet de garder le peu d’humidité de la nuit, et de protéger les plants du vent qui, c’est bien connu, déshydrate un max…. (donc on fait force économie de… cerveza).  C’est ainsi chers amis, que se cultive le raisin, qui va donner un Malvoisie proche de celui des Eoliennes (pour ceux qui suivent nos aventures maritimes et oenoliques… hips … pardon).

 

 

 

 

 Le vignoble à Lanzarote.

 Région centrale de Geria.

 

 

 

 

 

Allez venons –en au clou de l’île …. Le parc de Timanfaya sis sur tout le côté SE de Lanzarote. Il s’agit de la zone qui pendant 6 ans non stop a subit au XVIIIe une des plus grandes éruptions volcaniques connues, ayant fait l’objet d’observation, ayant enseveli des dizaines de villages, étendues sur plus de 200 Km2, par l’intermédiaire de dizaines de volcans dénommés « Montanas del Fuego ». 

 Le petit diable logo du parc, et le soleil noir logo manriquien de Lanzarote.

 

 

 

 Monde lunaire, minéral, ave cratères, et plaines et mers de laves noires, bouches de feu jaunes, rouges, ocres, sculptant le paysage. Dernière éructation de la zone en 1925 ! c’est tout récent, et témoigne d’une activité volcanique quiescente, qui peut reprendre à tout moment.

  

 

 

Au sein de cette zone, fort bien organisée par les instances administratives touristiques, siège le restaurant El Diablo, que l’on atteint en auto, point de départ d’une virée en bus dans le site.

 Bon, on aurait préféré se balader en solo, mais bon, le parcours en bus est chouette et permet de préserver un max le site. Alors…..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce Resto dont l’architecte est bien sûr notre poto Manrique,  se fond (normal vue la température du coin) dans le site,et posséde la particularité d’être construit sur un sol actif, avec 400° celsius à moins de 6 mètres sous terre, des ouvertures où il est facile de  griller une côte de bœuf (photo) et où il fait bon rôtir une brassée de foin ou faute de paille, une éventuelle belle-mère…

 

 

 

 

 Resto El Diablo.

 

 

 

 

 Barbecue volcanique.

Hè !!! Poussez pas derrière !!!

Allez voyons voir ces paysages dignes de Tintin sur la lune, ou Dune, ou du Mordor pour les ceusses qui connaissent. (Pas vu Gollum,…. Mon précieux…)

 

 

 

 

 Volcan du Parc de Timanfaya.

 La végétation volcanique ? succinte mais colorée...

 

 

 

 

 

 

Timanfaya ou Mordor ? 

 

 

 

 

 Bon, sachez que l'on peut échapper au tour en bus, et faire un mini tour en...... dromadaire !! Si tu prends le bus t'es un Toutou, mais si tu choisis le vaisseau du désert, alors là t'es vraiment un gogo.... mais bon ça fait de belles "photeaux les chamos", alors...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quoi ?, j'suis beau non ?

Un petit  mot de Manrique qui est le grand peintre moderne né sur Lanzarote et qui a quelques talents en tant qu’architecte comme on a pu le voir, alors que son oeuvre picturale bien que mondialement renommée, est un peu hermétique à mon goût.

 

 

 

 

 

Tiens vise la une du quotidien du coin.

 

 

 

 

 

Dernière escale Lanzarote, Porto Rubicon tout à fait au sud, qui nous permet de faire de l’eau, de rincer enfin La Licorne, bien qu’il soit assurément l’un des ports les plus chers des Canaries (40 euro/jour), mais bon,… après avoir longtemps, longtemps,… hésité,… je l’ai franchi tel César : Alea Jacta Est……………………………..          

et toi ?                     

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 09:51

 

 

Suite à une interruption technique nous reprenons notre reportage sur l'île fleur.... Madère.

 

Madère (suite)

 

 

Bon les côtes : alors la côte W vous oubliez, c’est accore à donf, pas un coin où se planquer..

Photo Cote W et quand ça rentre comme ça :

 mieux vaut trouver un coin plus pénard….

Vous avez vu la déferlante ? elle arrive en live des Antilles, distantes de plus de 5.000 bornes.

 

 

La côte nord : Porto Moniz connu pour ses piscines de roches naturelles Photo dominées par des restanques de bananeraies.

Les piscines naturelles de Porto Moniz, surplombées par,...

les bananeraies en restanques.

 

La côte sud la plus calme (dominance des vents nordistes) avec quelques beaux coins ;

Paul do Mar, Jardim do Mar la fameuse falaise de Cabo Girao la plus haute d’Europe (d’après les portugais, la 2e d’après les irish)

Paul do Mar.

Jardim do Mar

Capo Girao et ses plus de 500 mètres d'altitude.

 

 

Enfin on ne peut oublier Camara de Lobos (la chambre, tanière du loup) qui a vu le vieux lion venir peindre ses falaises Phot Churchill

 

 Camara do Lobos.

aprés Yalta,... Camara,.... plus cool.

 

 

L’extrème W est occupé par la superbe presqu’île de Capo Sao Lorenço, l’Estérel en plus beau. Photos pano et mouillage.

sur le 3e pic de la photo précédente...... un phare.

 

Finissons avec la côte Est où nous connaissons déjà les maisons chaumées de Santana, très escarpées comme à Faial.

Faial

Mais la spécialité du coin, c’est la distillation de la canne à sucre en Aguardente, plus connu chez nous autres sous le nom de rhum.

Rhumerie de Santana.

La réserve....

 

 

Bon je finis avec un exemple typique d’indigène madeirain (madérote ?, rien ? rois ?), très affable souriant aimable, coiffé de son carapuca,…… un vrai plaisir……

 

 

Allez on finit par le bouquet final avec quelques clichés pris dans les jardins, mais aussi en pleine nature, de cette flore pour le moins extraordinaire. Pour les amateurs de belles fleurs, ou autres herboristes en herbe évidement, ou phytothérapeutes acharnés.

 

 Gazania.

 Agapanthe.

Amaryllis

Amaryllis bis.

Fleur de bananier.

Canne d'Inde

Clivia Miniata.

Cymbidier 1.

Cymidier 2.

Cymbidier 3.

Datura.

Etoile de Noel.

Fleur x.... qui connait ?

Hemerocalle.

Lys ou Azalée ?  Brigitte tel me.

Strelisia.

Streptosolen Jamesonii (pour les intimes uniquement...)

Echyum ou Vipérine.

Jacaranda et Callistemon.

Tulipier du Gabon.

Fougère Arborescente trés Jurassic Park.

Eucalyptus et chêne vert.

 

Cannes à sucre.

 

Dragonier.

 

 Papayer.

 Aloes Cou de Cygne.

 Voili ché fini les amiches comme on diche en portugaiche. Chee you in Canaries necht time comme on dit en portugaiche parlant engliche.

 

 

.

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 22:00

Samedi 28 avril 2007 6 28 /04 /2007 11:51

Avril 07 Madére (suite)

 

 

Suite à une interruption technique nous reprenons notre reportage sur l'île fleur.... Madère.

 

Madère (suite)

 

 

Bon les côtes : alors la côte W vous oubliez, c’est accore à donf, pas un coin où se planquer..

Madere Cote W 2 

Photo Cote W et quand ça rentre comme ça..... :

 Madere Ponta do Pargo Vagues 1

 mieux vaut trouver un coin plus pénard….

Vous avez vu la déferlante ? elle arrive en live des Antilles, distantes de plus de 5.000 bornes.

 

 

La côte nord : Porto Moniz connu pour ses piscines de roches naturelles Photo dominées par des restanques de bananeraies.

 Madere Porto Moniz Piscines Naturelles 2

Les piscines naturelles de Porto Moniz, surplombées par,...

 

Madere Porto Moniz Restanques

les bananeraies en restanques.

 

La côte sud la plus calme (dominance des vents nordistes) avec quelques beaux coins ;

Paul do Mar, Jardim do Mar la fameuse falaise de Cabo Girao la plus haute d’Europe (d’après les portugais, la 2e d’après les irish)

 Madere Paul do Mar2

Paul do Mar.

 


Madere Jardim do Mare Maisons 

Jardim do Mar

 

 Madere Jardim do Mar restanques

 

Madere cabo Girao 4

Capo Girao et ses plus de 500 mètres d'altitude.

 

 Madere cabo Girao 5

 

 

 

 

Enfin on ne peut oublier Camara de Lobos (la chambre, tanière du loup) qui a vu le vieux lion venir peindre ces falaises.

 

Madere Camara de Lobos Port 2

  Camara do Lobos.

 Madere Camara de Lobos resto Churchill2

aprés Yalta,... Camara,.... plus cool.

 

 

 

 

L’extrème W est occupé par la superbe presqu’île de Capo Sao Lorenço, l’Estérel en plus beau.

Madeire Cap Sao Lorenzo Pano

 

sur le 1er pic de la photo à droite...... un phare.

 

Madeire Cap Sao Lorenzo 12 

 

à l'assault du phare.......:

 

Madere Mouillage Porta de Abra 0

des conquistadors... 

 

 

 

Finissons avec la côte Est (où nous connaissons déjà les maisons chaumées de Santana), les falaises en cascades très escarpées, comme à Faial.

Madere Cote Est Faial1 

Faial

 Madere Cote Est Faial Falaise

 

 

 

 

Mais la spécialité du coin, c’est la distillation de la canne à sucre en Aguardente, plus connu chez nous autres sous le nom de rhum.

 

Madere Santana Rhumerie 1

Rhumerie de Santana. (le rhum est appelé ici aguadiente de cana)

 


Madere Santana Rhumerie 6 

 

 

Madere Santana Rhumerie 8

La réserve....

 

 

Bon je finis avec un exemple typique d’indigène madeirain (madérote ?, madérien ? ....rois ?), très affable souriant aimable, coiffé de son carapuca,…… un vrai plaisir……

 Madere Monte Francis avec Carapuca

 

 

 


Allez on finit par le bouquet final avec quelques clichés pris dans les jardins, mais aussi en pleine nature, de cette flore pour le moins extraordinaire. Pour les amateurs de belles fleurs, ou autres herboristes en herbe évidement, ou phytothérapeutes acharnés.

 

Madeire Gazania 1

 Gazania.

 

Madere Agapanthe Aricaine 11

 Agapanthe.

 Madere Amaryllis 02

Amaryllis

 Madere Amaryllis 03

Amaryllis bis.

Madere Bananier Fleur 1 

Fleur de bananier.

 

Madere Canne d Inde 22

Canne d'Inde

 

Madere Clivia Miniata 1

Clivia Miniata.

 

Madere Cymbidier 11

Cymbidier blanc. (orchydée)

Madere Cymbidier 12 

Cymbidier jaune.

Madere Cymbidier Orchidée 3 

Cymbidier rose.

Madere Datura 1 

Datura. (clochette > 15 cm, toxique)

 

Madere Etoile de Noel 2 

Etoile de Noel.

 

Madere fleur www 

Prothea x.... qui connait ?

 

Madere Hemerocalle 1

Hemerocalle.

 

Madere Lys ou Azalée xxx1

Lys ou Azalée ?  Brigitte tel me.

 

Madere Strelisia 22

 Oiseau du Paradis (Strelisia).

 

Madere Streptosolen Jamesonii 1

Streptosolen Jamesonii (pour les intimes uniquement...)

Madere Viperine Echium 1 

Echyum ou Vipérine.

Madre Funchal Parc Municipal 2 Jacaranda Callistemon 

Jacaranda et Callistemon.

 

Madere Tulipier du Gabon 1 

Tulipier du Gabon.

Madere Fougere Arborescente 04 

Fougère Arborescente trés Jurassic Park.

Madere Eucalyptus Chene 1 

Eucalyptus et chêne vert.

 

 Madere Cannes a Sucre 2

Cannes à sucre.

 

Madere Dragonier 1 

Dragonier.

 Madeire papaye 01

 Papayer.

 Madere Aloes Cou de Cygne 3

 Aloes Cou de Cygne.

 

 

A Funchal au printemps la Fête des Fleurs ....


Madere Funchal Fete Fleurs 7

 

Madere Funchal Fete Fleurs 10

Madere Funchal Fete Fleurs 8

Madere Funchal fete Florale 033 L'est beau Coco

 

 

Voili ché fini les amiches comme on diche en portugaiche.

Chee you in Canaries necht time comme on dit en portugaiche parlant engliche

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 22:00

Vendredi 27 avril 2007 5 27 /04 /2007 13:53

Avril 2007 Madère

Avril 2007 : Madère l'île du bois.

 

 

 

Madère, premier pas dans le grand océan des Atlantes. La traversée Cadiz Madère longue de 600 milles nautiques, (distance de Cannes au Danemark) s'est déroulée en quatre jours comme espérés afin de rejoindre Francis et Brigitte sa pneumologue préférée, à Funchal capitale de la région portugaise. Il a quand même fallu appuyer au moteur afin de respecter le timing.

 Carte Cannes Madere 1

 

 

 Pour les « voileux », 600 milles en route directe, 630 en route  surface car le vent à prédominance W nous a gêné. Donc une bonne moyenne de plus de 6 noeuds sur les quatre jours. La Licorne aime bien la longue houle océanique, qui lui permet de mieux allonger son galop que les courtes vagues méditerranéennes, donc il est sans doute probable que  pour Mare Nostrum un 12 - 13 m de flottaison est plus apte à passer.

 

 

 

 

Bon Madère, 32° Nord, 10° plus sud que Cannes, et presque 20° plus W, deux fois plus, d'ailleurs, sur le plan pratique, on a changé de fuseau horaire on à une heure de moins que la France. Pour en finir avec la géographie, nous sommes vraiment sortis de la zone européenne, étant plus au Sud que Tarifa et plus à l'W que l'Irlande. Madère, vous allez à Safi au Maroc et vous faites 1000 bornes plein W.

 

 

 

La rencontre des copains dauphins, s'est agrémentée de la rencontre de fous de bassan, même un serin est venu se réfugier à bord, histoire de prendre un peu de repos à 500 bornes de l'Europe, ainsi qu'une hirondelle. Et à plusieurs reprises nous croisons des tortues marines.

 Dauphins Atlant 2

 

 Madere Dauphin Commun 3

 

 

Madere Dauphin Commun 4

 

Vous les avez reconnu les dauphins communs .. parfois tellement rappdes qu'on ne les entrapperçois que comme ça:

 

 Madere dauphins vitesse

 

 

 

 

 

 

Fou de Bassan jeune Atlant 02 Jeune Fou de Bassan.

 

Pouillot Afrique Atlant

Passager clandestin.

 

 

 

Tortue Marine ATlant 2

Tortue marine.

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'arrivée, première bonne nouvelle, alors que je pose la pioche vers 20Hdevant la marina de Funchal, Francis et B2  (Oui pour simplifier, j'appellerai désormais B2 Brigitte de Francis...), atterrissent  à Machico, l'aéroport de Madère. (Aéroport sur pilotis !!!)

 

 

 

 

Madere Aeroport Machico 1 

Aeroport de Machico Madère. 

 

 

 

Retrouvailles sympa. 

 Madere Funchal Arrivée Francis Brigit

 B2 Francis B1.

 

 

 

 

 Donc Madère;

 Honneurs aux couleurs :

 Drapeau madere

 

   le portugais national,

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Drapeau Portugal

Le Madèrain régional


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Madeira l'île du Bois en portugaich, est plus que surprenante. Parfois, on se croirait en Afrique équatoriale avec ses grands arbres, parfois carrément en Birmanie dans la forêt montagneuse ou à la Réunion, parfois, dans la verte Irlande, parfois dans les Highlands, ou dans l'Estérel, très souvent aux Antilles dans les bananeraies ..

Madere Arbres Essences Rte Ribeiro frio1  Grands Arbres

 

 

Madere Bananier 4 Bananeraie.

 

 Madere Capucine Stokesia 1

Capucines et Stokesias

 

Madere Maison Cap Sao Lorenço

Cap  Sao Lorenço

 

 

Madere Paysage Vegetation

Forêt tropicale.

 

 

Madere Rte Ribeiro Frio Vue sur Pico Areeiro1

Madere PAysage Foret2

Montagnes aux multiples essences.

 

 

Madere Ponta do Pardo Pano

Cap Sao Lorenço.

 

 

Sans oublier que de plus on pourrait se croire en Europe, hier ?, avant-hier ?, il y a quelques années ?, siècles ?, millénaires ? mais oui au tertiaire ? ! en effet il persiste sur l'île des essences d'arbres qui étaient présents dans toute l'Europe il y a des millions d'Années. La période  avant les glaciations qui ont tout détruit chez nous, mais n'ont pas atteint les latitudes de Madère. Il s'agit de la Laurisylva, la forêt de lauriers.

 

 

 

 

 Madere Laurisylva 3

Le laurier du  tertiaire... un vieux de la vieille...

 

 

 

 Madere Laurisylva 7

  Incroyable végétation.

 

 

 

 

Mais avant tout, Madère est charmante, douce, et surtout surtout fleurie, de l'orchidéeà la rose, des agrumes au Palmier, à l'eucalyptus, en passant par le figuier, manguier, cannes à sucre, l'agapanthe, l'ibiscus, l'amaralis, les lis, et autres iris, oeillets, avec  le jacaranda  comme arbre fleur  symbole. Superbe jardin, Madère n'est pourtant pas bien grande , 50 kms sur 30, soulevée de montagnes volcaniques, culminant à 1862 m. Je vous réserve en fin d'article un beau bouquet de photos végétales et florales.

Juste un petit tour au jardin botanique de Funchal pour vous mettre l'eau à la bouche

 

 

 Madere Funchal Jardins Botaniques 0

 

Madere Funchal Jardins Botaniques 2

Jardim Botanico.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Madere jacaranda 33

Le Jacaranda, un arbre fleur digne de l'Olympe.

 

 

 

 

 

 ----------------------------------------------

 

 

 

 

 

Je vais vous présenter Madère, comme l'île de l'Eden, avec toutes ses facettes.

 

 

 

Sur le plan culinaire, les 2 grandes spécialités, sont d'une part le sympathique espada, un poisson pêché dans les grands fonds à plus de mille mètres (photo espadas)

 

 Madere Poisson Espada 1

Le très sympatique espada des grands fonds.

 

 

Et le  poncha boisson favorite de certains étrangers....franciscains surtout... Délicieux mélange fait de rhum local, de  jus de fruit et de miel. Entre TiPunch et    Planteur    , le nectar s'apprécie surtout en apéro.

 

 Madere Puncha 1

 

 

 

 

 

 

 

L'effet sur l'homo sapiens sapiens est assez bien résumé dans les syndromes de Korsakof et Gayet Wernicke dont voici malheureusement qq exemples madériens....

 

Madere EB Puncha

 Madere Francis Brigit 1

 

 Madere Brigitte Punchée

Les PÔÔövres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le plan architectural, pas de merveilles mais des particularités, et d'abord la pierre noire volcanique qui colorie plages et falaises, est utilisée larga manu ici, pour faire des murs, des maisons, des églises, même des boites aux lettres

 

 

Mur Roche Volcanique Madere 

 Pierre volcanicus banalus en murus.

 

 

 Madere Funchal Eglise 22

Même pietrus mais bénitus.

 

Madere Funchal Bq Caixa1 

Petrus volcanicus angulus per bancum et  fricum.

Madere Funchal Bq Portugal 2

Bis repetita placent..

 

 

Madere Boite Postale Pierre volcanique    

Petrus Correus Negritus mais volcanicus itou.

 

 

 

 

Les maisons assez banales sont tuilées parfois pagodées avec comme petite singularité des pointes de toit personnifiées.

 

 Madere Toit pagode2

 

 Madere Toit Coin 2

 

 

 

 

 

 

Seule ville hors normes : Santana connue pour ses chaumières, qui disparaissent avec la modernité et le soi-disant progrès.

 

 Madere Santana Chaumiere 2

 Chaumière de Santana.



 

 

 

Avant d'en venir aux cités, un mot de politique pour vous présenter l'homme fort de l'île président de cette région autonome portugaise. Nous sommes en période électorale et les pancartes des candidats s'affichent sur tous les murs de Madère.

Juste un truc.... d'après vous quel est le message de Alberto Joao Jardim l'actuel président sur son affiche électorale? 

 

 Madere President Alberto Joao Jardim copier

  

Moi je pencherais pour un sous-titre du genre : «  Tu la veux celle là !!!! » sous-entendu si tu ne votes pas pour moi?. Un pot à Sarko sûrement... Rigoles Robert.....Rigoles Jacques... Rigoles Jeannot.... c'est une blague sur le blog..........enfin quand même..... (Titou, tu ne trouves pas toi ?). ...Alain ne te sens pas obligé d'en parler à Richard.... hein ?

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Bon Funchal, Funchal , 30 jours d'arrêt, tout le monde descend....

 

 Madere Funchal Pancarte Bus

 

 

La capitale, la grande ville. L'arrivée par mer est sympa car la ville s'étale en vaste  nappe sur les flancs des premières montagnes, jusqu'à 600 md'altitude, et semble paisible et détendue comme allongée dans un hamac , avec les pieds dans l'eau.

 

 

 Madere Funchla Vue 02

Funchal

 

  Madeire Funchla Pano Nuit

La plage by night.

 

 

 

 

Le port et surtout la digue sud de la Marina est connue de tous les marins pour sa déco faite par nombre de tourdumondistes venus en escale à Funchal avant de poursuivre leur route.

 Madere Funchal Port Digues Tags1

 

 

 Madere Funchal Port Digues Tags2

 

 

 Madere Funchal Port Digues Tags3

 

Quai  de la marina du Port.

 

 

 

 

 

La ville est cool avec de grands parcs, de vieilles rues, et des resto a toutou fleurissent partout. Le must cette goélette échouée sur la plage l'ex Vagrant, ancienne propriété des Beattles.

Madere Funchal Port Resto Vagrant 1 

 Madere Funchal Port Resto Vagrant 3

 Le Vagrant restaurant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques vues de la ville:

 

 

Madere Funchal Pl mairie2

La place de la mairie

 

 

 

 

 

 

 

 Madere Funchal Toyota

Le concessionnaire Toyota avec voitures en vitrines,.... cool..

 

 

 

 

 

  

 Madere Funchal Rue tulipier du Gabon

Immeuble aux couleurs du tulipier du Gabon.

 

 

Au nord de la ville, Monte, quartier chic avec son église connue de tous les collectionneurs de cartes postales, dont la spécialité est le transport via carros de cestos, espèce de traîneau en osier très dur, sans roue, poussé par 2 conducteurs chaussés en Michelin , qui dévalent les pentes avec des toutou gogo comme marchandise. Si si j'te jure. Y payent pour ça les gogos ... si si.

 

 

 

d'abord l'église carte postale

 

 Madere Monte Eglise 2

 

 

Madere Carros de Cestos Monte3

ensuite les carros de cestos

 

 

Carros

 Madere Carros de Cestos Botte Pneu 

Chaussé en pneu.

 

 

 

 

 

 

Madeira , la belle se parcourt aussi et peut être surtout à pedibus, via les fameuses levadas , rando le long des canaux d'irrigation qui parcourent l'île.

 

 

 

Car évidemment si la végétation est si exubérante, faut de l'eau et du soleil. Alors, particularité de l'île, les nuages venant des dépressions de l'atlantique N , abordent Madère par le nord et sont arrêtés par les montagnes qui approchent les 2.000M. Donc, la côte sud est plus sèche que la nordiste.

 

 

 

Allez je vous emmène sur 2 ballades : la rando du Pico Ruivo , le maître de l'île à 1862 m. superbe ballade avec 1200 m de dénivelé entièrement sécurisée.

 

Madere treck Pico Ruivo 02 

C'est parti....

 

 Madere treck Pico Ruivo 04

 A droite l'ocean, et a gauche aussi....

 

Madere treck Pico Ruivo 14 

 

Madere Treck Pico Ruivo Mousse Lichen Bruyere

 

L'est oú le Yeti ??

 

 

Madere treck Pico Ruivo 16

Allez courage, plus que 8 bornes...

 

 

 

 

 

Deuxième treck à la Levada des 25 fuentes (cascades) plus cool, très prisé et qui serpente dans la laurisylva.

 

 Madere Treck 25 Cascades Pano13

  La levada c'est le canal ... comme celui de la Siagne.

 

 Madere Treck 25 Cascades Pano12

 

 

Madere Treck 25 Cascades Pano11

 Madere Laurisylva 5

 

La Laurisylva

 

 

 

 

 

Je vous montre quelques clichés de l'intérieur de l'île à l'ambiance haut plateau andin,  ou sur les cascades qui rincent à ravir les cabriolets et décapotables étourdies

 

 

 

Madere rte Sud Casacde route 0

 

Madere Paul da Serra Francis brouillard 

 

 

Madere Route Serra de Agua 6

Birmanie ? Reunion ? non, non ...

 

 

Madere Paul Da Serra Genet2

Sont "écolo" les mecs de la DDE, mettent le garde-fou aux couleurs de la flore...

 

 Madere Rte Santana 3

 Route de santana


 

 Pour la suite , je suis obligé de scinder mon article en deux parties, désolé….le blog refusant de poursuivre…..

Donc la suite sur Madère (suite

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 11:36

Andalousie 4e, Séville, Cadiz Semaine Sainte.

 

 

D'abord Séville la cité reine de la région, que nous avons par deux fois jointe en bus faute de place pour La Licorne dans les marinas du grand fleuve Guadalquivir. Le premier jour sous la flotte, avec en prime une vaine attente d'une place pour la corrida du 8.  Car en sortie de semaine sainte « no ay mas sitio » « full l'arène », circulez y a rien a voir, allez vous faire rincer ailleurs... Bon tant pis, una otra ves, une autre fois, une autre vie peut être.

 

 

 

Séville, Séville la belle, Capitale de l'Andalousie, 4e ville d'Espagne.

Phénicienne, Grecque, Carthaginoise puis Romaine, pour enfin tomber pendant 7 siècles sous la coupe des musulmans, avant de rebondir lors de la reconquista, comme ville au firmament, lors de la conquête des Amériques.

 

 

 

Les princes, chrétiens, ont su  convoiter les artisans Nasrides musulmans de Grenade, récents alliés,  pour faire construire l'Alcazar, un chef d'oeuvre de l'architecture mujedar.

 

 

 

Le Reales Alcazares, est certainement le palais le plus somptueux d'El Andalous, où les deux civilisations ont conjointement oeuvré pour construire cette merveille.

 

 

 

Photo entrée  Vase armoirie

 

 

 

Les salles, salons, patios, se succèdent lors de la visite, surenchérissant à chaque fois sur le précédent. Chaque partie reflète avant tout l'harmonie, des couleurs, des formes, et des espaces, avec l'excellence, la perfection du détail, dans un raffinement dépassant la raison.

 

 

 

Voci qq exemples de la beauté des oeuvres au sein de l'Alcazar.

 

 

 

Patio Munecas

 

 

 Bas relief mujedar

 

 

Azuleros nasrides

 

 

 

Azuleros catho avec Phoenix.

 

 

 

Plafond Bois doré.

 

 

 

 

Petit clin d'oeil aux copains marins, voici comment le monde paraissait aux cartographes du XVe siècle.

 

A gauche Italie Sicile avec Corse et Sardaigne , en haut  l'Afrique avec le détroit à droite et la péninsule ibérique !!! zavaient pas peur de te coller le sud en haut de l'écran !!

 

Le salon des Ambassadeurs. et sa coupole.....

 

 Un des clous du pestacle.

 

Pour combler ce tout, un jardin somptueux entoure le palais.

 

 

 

Photo jardin 3

 

 

 

Deuxième star de la cité, la cathédrale, énorme édifice, la 3e de par sa taille après St Pierre de Rome et St Paul de Londres, symbolisant la victoire de la chrétienté sur l'islam, elle fut construite après razzia de la mosquée dont il ne persiste que le célèbre minaret : la Giralda sister-clocher de la Koutoubia de Marrakech, avec un dernier étage de cloches en sus.

 

 

 

La Giralda.

 

 

Le clou de la cathédrale reste le maître autel ,composé de 1500 figurines sculptées en bois de cèdre  entièrement doré par plus d'une tonne de précieux métal. Incroyable autel de 220 m2, le plus grand retable du monde de plus de 20 m de haut.

La perspective est étonnante du fait de la taille différente des figurines , qui tout en haut mesurent plus de 2 mètres, plus du double de celles de la rangée inf. Du coup elles semblent de la même grandeur. Bien vu l'artiste.

 

 

Retable digne du Guiness.

 

 

 

 

 

La Giralda que le muezzin de l'époque pouvait gravir à cheval via une rampe d'accés sans escalier, reste un grand moment de la visite de la cité.

 

 

 Giralda

 

 

 

Autre centre d'intérêt Sévillan la maison Pilatos, petit palais cossu renfermant moult azulejos

 

 

 

Casa Pilatos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Venons en à la semaine sainte, semaine vécue de façon très intense en Espagne avec chaque jour défilé dans les rues des représentations de Jésus et de Marie.  Ce sont ces fameux pasos de plusieurs tonnes parfois transportés à dos d'homme, accompagnés d'une foule de pénitents, le tout en musique de fanfare.

Cette semaine qui raconte l'arrivée de Jésus à Jérusalem,  son arrestation, sa condamnation , la passion, puis sa crucifixion, jusqu'à sa résurrection au 3e jour, est un véritable événement ici.

 

 

 Pasos

 

 

Pasos Sevillan.

 

 

 

 

Les pénitents, tous cagoulés  parfois nu-pieds, parcourent la ville selon un itinéraire précis.

 

 

 

 

 Vrai Pénitent.

 

 

 Petit Bout de Pénitent.

 

 

Dernier petit regard sur Cadiz, où je n'ai pas retrouvé la belle aux yeux de velours.

 

 

 Cadiz.

J'en fini avec l'Andalousie pour vous montrer une carte avec Cordoue, Grenade, les Alpujaras, la Sierra Nevada, Ronda, Cadiz , et enfin Séville.

 

 

 

Demain ce sont les premiers pas sur l'immense océan en direction de Madère, mais c'est déjà une autre histoire?

 

 

 PS : Bon d'accord, manque d?humour, récit pour le moins platonique, mais faut m'excuser les gars, j'suis à la bourre, 500 photos de retard, car je sgribouille depuis Madère, et c'est vraiment le big foot cette île, mais du coup je n'ai pas trop le temps de bloguer avec vous.  Francis et sa Brigitte sont là pour témoigner.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 16:54

Avril 2007 : Andalousie 3e Ronda et les villages blancs.

Nous sommes en rade de Cadix dans le port de Rota, où nous avons appris qu'il nous était impossible de rejoindre Séville via le Guadalquivir. Grosse déception mais c'est le lot réservé aux écervelés qui pensent trouver un poste à Séville lors de la semaine Sainte... faut-y êt bête.

La semaine Sainte à Séville est à peu près aussi courue que le Festival de Cannes, le Carnaval de Rio, ou de Venise.

Donc Rota, sera le point d'arrimage qui va nous permettre de visiter la région.

D'abord Ronda , les villages blancs, et la Sierra de Grazalema

La route menant au parc de la sierra montre un nouveau visage de l'Andalousie, bien vert, bien coloré, entre 500 et 1500 m, entouré de 4 lacs.



Rouge ascienda

Verte ascienda

La ñoutarde en fleur ... vous sentez ?

 

Classé au patrimoine de la biosphère par l'Unesco pour la richesse de sa faune avec en point d'orgue le vautour griffon, et le plus vieux pin européen le Pinsapo présent depuis le tertiaire.


Vautour grifon ... comme le condor... passa, passa.


Pinsapo ?... un vieux de la vieille.. branche.

 

 

Grazalema nichée au creux d'un cirque glaciaire est adorable, symbole des villages blancs du coin, joliment toiturée de tuiles romanes. On est loin du style maure des Alpujaras.



Grazalema

La vie semble ici, assez douce et sereine, et la plazza des Rumeurs bien remplir sa fonction.


Village Blanc : Grazalema

 

Place et Cafè des Rumeurs. Il parait.... on m'a dit......

 

Autre curiosité l'Arbre de l'Amor qui fleuri avant de mettre ses feuilles, comme les jacarandas.




Continuons la route vers Ronda, haut lieu de la tauromachie, et connu pour ses maisons s'accrochant sur les berges des gorges du Guadalevin qui la scinde en deux parties. C'est le Puente Nuevo érigé au XVIIIe s qui relie les deux parties.

Ronda vue d'abaro

Ronda vue d'ariba

                     Impressionnantes falaises.



Ronda possède les arènes les plus anciennes d'Espagne, et reste le lieu où la tauromachie moderne est née.

La visite de l'enceinte n'est pas sans rappeler les cirques romains, et en se baladant sur l'ocre du sable on en est à se demander, en quel siècle nous sommes, et qui dans ce théatre va recevoir l'ultime sentence, la mort... taureaux, ou gladiateurs, lions ou autres fauves ?


Pour ou contre, ce spectacle reste chargé du poids de l'histoire, et outre l'aspect chevaleresque et symbolique de l'homme affrontant son destin, et les forces de la nature et du mal, outre l'aspect culturel du combat pour la survie, outre l'enracinement de la corrida dans l'âme ibérique comme le flamenco, il est certain comme dit Coluche qu'il y a peut être d'autres moyens plus modernes de mettre un terme à la vie des boeufs.
Que les parures ichtiomorphes ne sont pas indispensables pour tuer et débiter la bête.

Que les aficionados me pardonnent, surtout que de corrida n'ai jamais vu, de mise à mort n'ai jamais vécu. Mais d'un autre côté Desproges nous a dit que s'il ne fallait parler que de chose que l'on connaît, est-ce que le Pape parlerait de préservatif, est-ce qu'il parlerait de Dieu ?

Pour en revenir aux arènes, celles de Ronda sont superbes, rappelant les cirques romains, où le sable ocre d'or est étincelant. Le toril labyrinthique permet de mener puis de lâcher el torro vers son destin.



Les arènes de Ronda.

 

 

Il est rare que le combattant bovin soit gracié par le matador ... c'est le cas lorsqu'il s'est bien battu avec courage et noblesse. Jolie grâce que celle là.


Allez, un argument « pour » la corrida : quitte à mourir autant le faire les « cornes au front », avec une chance de survie, dans un beau combat au soleil, plutôt que dans un abattoir sordide coincé entre deux congénères électrocutés à la chaîne. Non ? Et puis avec un peu de chance on peut tenter de satelliser le poisson et son mouchoir rouge...

 


Bon, stop, rentrons plutôt en visitant un autre village blanc de la région de Ronda, le nid d'aigle dénommé Zahara, dont la position stratégique explique les nombreux combats dont la petite cité a été l'objet.


Zahara autre village blanc.



Je finis en vous montrant quelques vues de Rota version marina, sachant qu'il y a aussi et surtout une grosse base navale à quelques encablures. Port plutôt sympa où la marée avec un marnage de 2m nous permet de nous habituer à ce nouveau type de comportement Neptunien.


Rota Beach


 

Le castillo de Luna ancien Ribat musulman ( pour ceux qui ont suivi notre pèriple tunisien)

Adios



Partager cet article

Repost0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 16:12

Mars 2007 Parenthèse très British : Gibraltar.

Porte de sortie de Mare Nostrum, une des colonnes d’Hercule versant Europe, le Rocher se présente à nous comme un vaisseau pointant son nez vers le sud vers l’Afrique sise à portée d’étrave à moins de 20 MN (moins de 40 bornes).

Platon aimait à nous faire croire qu’une fois passé ces portes, un monde idéal était là tout près : l’île Atlante. Ce mythe utopiste de l’Atlantide a donné moult histoires, et fait couler beaucoup d’encre, avec aujourd’hui comme souvenir, le nom de l’Océan qui nous sépare des Amériques.

Le Rocher est depuis 1704 territoire grand breton par annexion pure et simple de l’amirauté britannique, profitant de la déliquescence de l’empire ibérique.

Sis en presqu’île, ce Rocher est surtout une base navale stratégique avec même des sous-marins nucléaires…

425 m de haut The Rock se voit de loin, en arrivant de l’Orient, on dirait un sentinelle.



Beau caillou terminé par le Cap Europe.


Le bout sud du Rocher : le cap Europe.




Donc, venant d’Alméria après une étape longeant la côte andalouse, on se fait une joie de visiter le fameux port. Le but est de plus de profiter de cette zone détaxée, pour faire quelques emplettes et du gasoil.

Nous mouillons en zone espagnole à la Linéa village frontalier ibérique.

Nous y faisons connaissance d’un british plongeur qui s’occupe de mouillage de gros tankers, sympa.

Mais cette semaine sera entachée d’une rapine qui me fait monter la « boufaïs », rien que d’en parler ; On s’est fait voler l’annexe pourtant dûment encablée sur la côte, durant la visite de Gibraltar. Bon, passons sur cette spécialité bien rodée du coin (plus de 20 annexes envolées en 2006). Quelques 1900 euro plus loin, on retrouve un nouveau moyen de rejoindre notre Licorne qui sagement attendait notre retour.

Autre déception, les prix détaxés de Gib. Ils sont sûrement intéressant pour un Londonien… borgne, mais pour un français hispanisant même presbyte, ce n’est pas le cas, le gasoil est à peine intéressant à 0.8 euro le litre, on est loin des tarifs tunisiens, voire algérien (0.45 le litre en Tunisie 0.15 en Algérie). Même le pur malt est cher, plus que dans les grandes surfaces espagnoles, le Talisker à 35 euros…on croit rêvé.

Bon, reste la balade sur le rocher. D’abord la vue, Ouahou ! c’est top. Je vous montre :


Phot pano                                                                                                                                                   teapmdrc

Alors en haut à gauche le détroit de Gibraltar avec l’Afrique en toile de fond, en bas au pied le port et Gibraltar city, à droite La Linéa , et devant la baie d’Algésiras parsemée de tankers, avec le port que vous devinez au fond en face.

Et voilà ce que l’on voit du côté est .

Côte Est                                                                                                                         tmm


Autre intérêt la présence de singes, vivant ici à l’état sauvage. Singes de barbaries importés par les musulmans, et qui sont maintenant nourris et soignés par les British, Churchill ayant déclamé que tant qu’il y aura des singes on the rock, il y a aura des représentants de sa gracieuse majesté..


T'as un truc dans l'oeil, bouges pas.

"Eh Johnatan, l'est oú l'Afrique"

"En face stupid guy"

"je ne parle pas aux inconnus..."

A noter que ces vauriens sont chapardeurs en diable, sous l’œil impassible des goélands.



 

 

La visite de la ville est agréable, marquée par quelques touches made in England


 

Main street la rue bien nommée n’est qu’une succession de boutique touristiques, free tax,



Quelques pubs, sympa, une église bof, et plein de rempart, bunker, casemates qui nous rappellent qu’il s’agit d’une place forte.




So long friends, see you next time in Spain....



Partager cet article

Repost0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 13:43

Mars 07 El Andalous 2e. Grenade et les Alpujaras.

Vous vous souvenez Cordoue ? la Mezquita, l'Alcazar, la tolérance, Maimonide, Averroès, c'était le grand premier volet de l'occupation musulmane de la péninsule ibérique, du VIIe au XIII siècles, et puis la reconquista par les chrétiens et la chute du califat en 1236.
C'est le grand exode des musulmans vers Grenade qui va pendant plus de 2 siècles encore, être la capitale du monde arabe en occident. Ce ne sont plus les Omayyades, pas plus que les berbères Almohades ou Almoravides qui siégent à Grenade, se sont les Nasrides qui vont construire le plus beau et grand palais oriental en Europe : l' Alhambra.
Pour en finir avec l'histoire et la confiture, la chute de Grenade au XVe en 1582 signe la fin de la domination musulmane sur le monde civilisé, avec la montée des puissances catho européennes que symbolise la découverte du continent américain par Christophe Colomb qui a lieu la même année. Ainsi se terminent plus de 7 siècles de présence arabe qui ont bouleversé les connaissances du monde.

Donc nouvelle virée autovéhiculée via Alméria. La remontée nordiste à travers la région très western où furent tournés les grands « westerns-spaghetti » de Sergio Leone. Devenu piège a toutou (pour ne pas dire à noeuds-noeuds) reste sur place Décorado Mini Hollywood, siège d'un super spectacle qu'il vous faudra payer si vous voulez le voir. (plus cher que la visite de la Mezquita ou de l'Alhambra, pour voir 3 tipis et un saloon de m.. ).


Decorado Mini Hollywood

Deconado maxi caballero.

Avant de parvenir au plus beau fruit andalou, petite halte à Guadix où les vieilles maisons troglodytes (refuge des arabes lors de la débâcle) sont joliment rénovées et toujours habitées.


Parfois la montagne fume.

Hotel troglodyte tromarrant.

 


Allez vamos a Granada.

Grenade est une superbe cité aux pieds de la Sierra Nevada, dominée par Al Mulhacen 3481m le sommet maître de l'Espagne.


La Sierre Nevada et EL Milhacen.


Ville plein de charme avec ses vieux quartiers Sacromonte et Albaicin. Depuis Charles Quint nombre d'intellectuels, d'artistes et grands bonhommes ont élus domicile à Grenade.( Garcia Lorca le chantre de Grenade, Irving Washington « the guy » amoureux de la ville à l'origine de la restauration de l'Alhambra, sans oublier Eugénie de Montijo... ben oui tu connais non ? une impératrice française, mais oui la meuf à Napo III ..le retour). Cano, Granada, des ibères plein de talents y naquirent.

Quartier Albacin


 

Bon , d'accord ils ont de drôles de moeurs les granadiens ? dains ? doux ? deros ?: Coluche nous a déjà parlé de leur coutume de déguiser les bouchers en poissons qui tuent les vaches dans une arène, mais il ne vous a pas parlé de leur manie de mimer les tortues afin de porter des agglo .. (j'te jure !);.. presque 2 tonnes sur les épaules, de 36 gros bras.


Tortuga Granada.


Avant d'en venir au big morceau Alhambresque, petits détours dans une des quelques dizaines d'églises parsemant Grenade : je vous emmène à la messe à St Jean de Dieu, juste histoire de vous montrer où est passé l'or des incas (si jamais vous le cherchiez ).



Mieux vaut entrer avec des lunettes de soleil...



Bon allez zou, on file à Bagdad dans le plus beau palais des mille et une nuits occidental : l'Alhambra ; « La Rouge » en arabe, le cite touristique « number one » in Spain. Dominant la ville sur sa butte, avec vue imprenable sur la Sierra enneigée.

Photo.



Enorme forteresse ceinturée par plus de 2 bornes de murailles, elle comprend en fait plein de trucs : un fort l'Alcazaba du XIIIes, les jardins du Generalife et du Partal, les fameux palais Nasrides, mais aussi la cathédrale Sta Maria et l'étonnant palais catho de Charles Quint.

D'abord le fort l'Alcazaba avec des vues surprenantes sur les quartiers en contrebas de l'Albaicin, et sur Brigitte aussi.


Alcazaba


Brigitabracadabra.

La vieille forteresse.

Le cadre est superbe agrémenté d'une flore sublime, avec en point d'orgue les jardins du Partal.

 
Le Partal                                         tarc

Et surtout du Generalife avec ses roseraies, qu'il serait peut être opportun de visiter un peu plus tard en saison. (on ne peut pas tout avoir).


Le Generalife.



Le Generalife, était le coin vacances des Nasrides qui venaient ici en toute discrétion avec leur petite famille (les 300 femmes et 2544 gosses...) prendre quelque repos bien mérité.
C'est ici que naît une source incroyable capable d'assumer non seulement l'arrosage, ainsi que les besoins des palais, églises, fort, et quelques milliers d'occupants (hiver comme été).



Les Palais Nasrides, merveille de l'art hispano-arabe où les cours, les patios, les salles, révèlent tout le savoir, la douceur, la sérénité de l'époque. Les archi d'intérieur d'alors avaient le sens des proportions, des volumes, mariaient savamment plantes, arbres, fleurs, mosaïques, bois peints, plafonds sculptés, arabesques et sculptures afin de rendre ces espaces, où l'eau court, circule, rafraîchit, bruisse de partout, dignes des princes.



Palais des Nasrides.


Plafond d'une salle du palais.

 

C'est sûr qu'après tout ce raffinement, le palais de Charles Quint, s'il en impose de par sa stature, parait un tantinet mastoc et brut de décoffrage. Bien que la cour intérieure soit assez élégante.

 
Palais de Charles Quint.



Derniers coups d'oeil complices.

Les jardins du Serail.

L'eglise Santa Maria.

 

Quand on sort de cette visite, on reste sous le charme des palais Nasrides, dans cet Eden floral, aux pieds des Monts tout vêtus de blanc.




Voilà pour Grenade, mais avant de vous mener dans les Alpujaras, je vais me faire une petite Cania (mousse, .. pression,.. bière) car à force de pianoter j'ai la glotte déshydratée.

Je reviens dans cinq minutes..


Les Alpujaras, la région à l'adret de la Sierra Nevada, sillonnée par des petites routes de montagne, et parsemée de jolis petits villages qui ont beaucoup de charme. Hauts lieux des rando, vers les cimes Nevadesques, le Velata, le Mulhacen à plus de 3000.

Le pittoresque vient du fait ,

1) qu'il s'agit d'une région spécialisée dans la préparation des jambons crus, séchés, alors qu' il n'y a aucun élevage dans les parages, et

2) dans l'architecture des villages faits de maisons à toits plats type chérifien, zarbi pour des cités qui se situent à plus de 1000 m et donc parfois enneigées.


Fabrique de jambon et pharmacie.


Les toits plats des Alpujaras.

 

 

 

En tant que voileux, adepte des énergies écolo, je suis allé regarder de près les éoliennes qui s'élancent vers le ciel afin de capter les dires d'Eole sur toute la région.

Sacré ventilo...Elles sont énormes, impossible d'en faucher une pour la Licorne... 


Look at the coche en bas au pied du mostre.... le pointnoir à cotè c'est Brigitte.


 Nous sommes à Lanjaron, premier bourg des Alpujaras.


Les 3 villages de Pampaneira, Bubion et Capileira sont assurément les plus sympa à visiter, au pied du Mont Veleta, ils sont rejoints via un petit trecking de quelques heures qui vaut le parcours.
Ambiance montagnarde, on se croirait à St vagin de Masturbie comme dit mon copain Francis, ou dans le Mercantour. Les bistrots, et commerces sont cools, bien qu'assez onéreux, mais on dégotte un petit hôtel sympa et chip à Bubion.


De gauche a droite Capileira Bubion Pampaneira.


Vue sur Pampaneira.


Vue sur Capileira et le mont Valeta.

Eglise de Bubion.

Balcons fleuris de Pampaneira.

 

 

Autre village à voir Fereirola.




 
Du ramon vachement bon.


Voilà il est temps de rentrer au bercail via la côte plastic et béton. La Licorne nous attend dans sa nouvelle livrée toute fraîche, fin prête pour aller gambader sur les flots avec le rocher comme objectif. Celui des British, Gibraltar sis à quelques 150 milles nautiques d'Aguadulce.

Hasta la vista amigos.











Partager cet article

Repost0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 17:04
Mars 2007 : El Andalous
 
Alors l'Andalousie ? comment qu'c'est ? c'est beau ? c'est y chaud ?
Ben l'Andalousie c'est surtout plein de contrastes,  plein de trucs de dingues, plein d'histoire, de conquête, reconquête, de calife, de Charles Quint, de ports, de désert, de neige (j'te jure), de mosquées, de cathédrales, de châteaux, d'Alcazar, de soleil, de vent?.
 
Je m'en vas te conter tout ça.
 
D'abord, vous vous souvenez, nous sommes aux portes d'Alméria à Eau Douce (Aguadulce), où nous bouchonnons, gratons, brossons, lissons, la belle robe de la Licorne.
Pour les fous du carénage, karcher, spatule, disqueuse, puis  Etch primer, VC Tar 2, Trilux 33.
 
Location d'une Seat et première virée que je vais essayer de vous narrer.
 
D'abord le littoral vers Motril le long de la côte andalouse, puis remontée de la région vers Cordoue via Grenade et retour vers le sud en contournant la Sierra Nevada toute enneigée.
 
La côte méditerranéenne : l'horreur, le royaume des 3 P : P comme plastique : tout le littoral est plastifié , incroyable, le plastique grisâtre couvre des kilomètres et des kilomètres carrés de terrains. Nous sommes dans le potager de l'Europe, et tout ce plastoc recouvre les milliers (millions ?) de serres, où l'agriculture est dite intensive.
Cela m'a mis très mal à l'aise, on a l'impression que l''on essaye d'étouffer la terre, le sol qui n'est pas visible. Les hommes sont fous, à voir cette démence on a l'impression que l'homo soit disant sapiens, tente d'asphyxier Gaîa, notre Terre mère.
 
La Terre Plastifièe:
 
 
 
Après La Costa Brava voici La Costa Plastica...
 
 
 
 
Au milieu de cet océan de serres, seuls quelques Pins, et Palmiers (le 2e P) rappelle que la nature existe quelque part en dessous.
Le reste du littoral, est occupé par le 3e P, le parpaing en béton de préférence et quand on enlève des serres ce n'est que pour un projet immobilier, tout à fait dément, tant les bâtiments sont hauts, laids, et près de la mer.
 
Curieuse impression devant cette agriculture très Mad Max, ces complexes immobiliers dédiés aux touristes estivaux, où le regard se porte vite sur la mer afin de retrouver un peu de paysages naturels.
 
Alors question quand même, quand on sait que l'Andalousie est aussi aride que la région de Bagdad ! d'où vient l'eau ? pas de grand fleuve dans ce coin, d'ailleurs le seul est après le détroit et irrigue Séville et Cordoue à plus de 300 Kms. Ce sont de grosses centrales de désalinisation qui assurent l'hydratation de la région. On comprend mieux pourquoi les serres se blottissent uniquement sur le littoral.
 
Donc je résume, « évitez la côte andalouse trop bétonnée, plastifiée, artificielle » et « filez plein nord, dans les terres où se dessine en toile de fond, la fameuse Sierra Nevada, petite cordillère de montagne de 300 Kms, qui détient tout de même le point culminant de l'Espagne.3480 m Al Muhacen.
 
 
Photo
Cette Sierra toujours enneigée l'hiver, cache à ses pieds les Alpujaras, petits villages très prisés des guides, qui je l'espère, devraient être le but d'une prochaine virée.
 
 
 
De Grenade à Cordoue, s'étend la région des Oliviers. Superbes terrains vallonnés où l'arbre est cultivé sur une terre calcaire , blanche, ocre, où cogne dur le soleil, où les cieux déversent rarement ses ondées.
 
 
Les Oliveraies Andalouses:
 
Tous les sols sont cultivés,  pas de zones en jachère, ou laissées sauvage, durant des dizaines et dizaines de kilomètres l'Olivier règne en maître. On comprend mieux pourquoi, devant la Grèce et la Tunisie le pays est premier producteur d'huile d'olive.
 
Chaque petite colline culminant un coin, est le siège d'une église et d'un château. Tel est le cas d'Alcala la Réal avec son église du XVIe malheureusement en restauration.
 Alcala la Rèal:
 
L'approche de Cordoue est témoin d'un incroyable changement de couleur et d'ambiance, on passe du jaune ocre au vert irlandais avec de grands près de céréales. On comprend mieux l'attrait de la cette région par les différents conquistadors, Wisigoth, Vandales, Musulmans, Castillans, et autres chrétiens plus ou moins catholiques. Cordoue est sur le Guadalquivir le grand fleuve andalou, au centre d'une région très fertile.
 
Photos
 
Enfin Cordoue Cordoba 350 Kms au NE d'Alméria, et 160 de Grenade.
 
 
Là il faut faire une pause. Allez boire un café, où une cerveza, car nous entrons dans une cité qui fut probablement la plus importante pour tout l'occident lors du premier millénaire.
 
En effet du VIIIes au XXIes ce nexus cordouan fut le siège où le nombre de découvertes, la quantité de savoir, le niveau culturel, et l'harmonie universelle fut à coup sûr le plus prolifique de notre histoire.
Les progrès réalisés en sciences, astronomie, médecine, géographie, se comptent par centaine, la pensée aristocelienne, le raisonnement de Socrate, la pensée, grecque, les arts musulmans, l'architecture mondiale, sont rentrés en occident, ici à Cordoue lors du califat des Ommayyades.
Les plus grands poètes, musiciens, philosophes, médecins, astronomes, théologiens se sont rencontrés affrontés dans ce creuset culturel. Averroès l'arabe, chantre de la pensée aristocelienne, Maimonides médecin philosophe juif chantre de Socrate et Platon, Ibn Azham poète du Collier de La Colombe, Zyriab le plus grand musicien du Xes, et même le futur pape Sylvestre II sont venus vivre, apprendre, dans cette capitale du savoir.
 
 
Alors, comment une époque bénie des Dieux comme cela, a-t-elle pu voir le jour ? Incroyable creuset où les 3 grandes religions monothéistes ont travaillé de concert, où les théologiens ensemble pour une fois, ont confronté leur pensée à la grande recherche de la Vérité. Ce sont les maîtres des lieux, Abn er'Rhman et ses descendants de la dynastie des Ommayyades, qui par un exceptionnel sens de la tolérance, et une soif de connaissance non moins incroyable ont permis ce quasi miracle.
 
On peut sans trop se mouiller, affirmer que 80% des bases de notre civilisation occidentale sont issues des idées et pensées, découvertes développées à Cordoue durant ce califat. Incroyable moment privilégié de l'histoire, où pour une fois les hommes ont été sensés, ouverts à l'autre, curieux de l'autre. Et ceux pendant au moins 5 siècles de 736 date de la venue des musulmans, à 1236 date de la reconquista par les catho de Cordoue.
 
Alors cette cité  est à parcourir et visiter avec beaucoup de respect. Elle fut la capitale du savoir pendant 5 siècles, la capitale du califat des Ommayyades : EL ANDALOUS.
 
La vieille ville est sympa, les rues y dont claires et douces à parcourir, surtout dans le vieux quartier juif. La Place Tendillas où les heures sont  sonnées par une mélodie.
 
 
 Rue de la Juderia:
Place San Marina con le gran matador, el señor Manolete.
La Plaza Tendillas con El Edificio Union et Fenix de Andalucia:                                                     tarc
 
 
L'Alcazar de los Reyes Christanos est le palais des Rois catho, construit au XIV et son beau parc n'a pas l'ampleur de celui de Séville, mais reste à voir.
 
 L'Alcazar
 
 
Les Jardins de l'Alcazar:
 
Venons-en à la perle de la ville, symbole de cette interaction multiculturelle et théologique, la Mezquita (la mosquée) appelée cathédrale de Cordoue. La plus grande en occident bâtie dès 756 et agrandie jusqu?à l'arrivée des catholiques qui pour une fois n'ont pas rasé le passé, mais transformé la mosquée en Cathédrale.
 
 La Mezquita:                                                                                                         tarça
 
Donc la cour des fontaines pour les ablutions autrefois à l'ombre des palmiers, a sous le caprice d'Isabelle la Catholique (la meuf à Charles Quint,.....?   oups !!! pardon,....Delphine,.....je m'y  trompé... Isabelle la catho c'était le "gran ma" à Charles cinq) grande afficionados de marmelade, été parsemé d'orangers.
 
La Court des Orangers.
 
 
 
Le minaret de la mosquée a été carrément englouti, englobé au sein du clocher de la cathédrale.
 
 
Le clocher minaretde la Mezquita.
 
L'énorme salle des prières, (le clou de la visite),  une merveille d'architecture soutenue par près de mille colonnades bandées de 2 étages d'arc de pierre, regardez plutôt
 
 
 eça.
La grande Salle des priéres.
 
Cette salle à l'époque de la reconquista, s'est vue ornée de chapelles ardentes sur les côtés et d'une chapelle centrale en forme de croix au centre, sans que les perspectives sur la forêt des colonnes et l'admirable Mirhab soit abîmées.
 
 
Photo chapelle
 
 
Bon , look at the Mirhab, c'est l'endroit sacré de la mosquée puisqu'il indique la direction de la Mecque, où tous les fidèles se tournent lors de la prière, c'est une merveille de l'art maure, saupoudrée d'une douce lumière tamisée.
 
Mirhab.
 La douce luñiéredu plafond du Mirhab.
 
 
La sacristie est le lieu du Trésor de la cathé, où siège un ostensoir assez imposant, et les reliques.
 
 La Sacristie.
 
 
Bon, je reviens à cette salle pour vous dire, combien la lumière, l'ambiance, le silence, vous plonge dans un espace privilégié, où sérénité et harmonie sont de mise. On déambule dans cette myriade de colonnes avec un plaisir délicieux.
Je vous laisse gambader et déambuler dans ce petit Eden, où quelque part entre 2 colonnes, derrière une chapelle sûrement, Jésus et Allah doivent taper le carton et boire un coup en parlant de l'Avenir.
 
 
 
 
 
 
 Que la Paix vous accompagne, et les Dieux vous guident.
 
A bientôt.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 17:47

Baléares Andalousie. Février 2007.


Après des fêtes passées en famille en France, un petit rempla de mon pote Francis, ce sont les retrouvailles avec Dame Licorne que je retrouve dans son petit nid, dans la superbe marina de Botafoc, dans la rade d'Eivissa (Ibiza en catalan).


Le team d'origine à retrouver son effectif, avec en bosco, second, mousse et cuistot Brigitte, et écrivaillon, skipper, captain, navigateur et faiseur de blog, ego.

La météo et quelques pannes minimes, le groupe d'eau notamment ont retardé l'envol vers l'Espagne. On en profite pour vérifier que les prix ici en vue d'un carénage sont équivalents à ceux pratiquer à Cannes, et surtout pour louer un scoot qui nous permet de faire un petit tour de l'île, que je vous propose de partager.

Nous avons déambulé que dans la partie nord de l'île où nous avons été charmé par la douceur du climat, nous sommes en février et je pilote le scooter sans aucune protection aux mains. La nature est déjà printanière avec des amandiers en fleurs, des champs de luzerne coloriant de jaune les prairies où palmiers, et caroubiers dominent.


Amandier


Caroubier habite.


Luzerne et amandiers en fleur.

Les villages sont tout de blanc vêtus et sont souvent agglutinés autour d'une église, et patronés par un Saint patron qui identifie la cité. On traverse ainsi Sant Rafel, Sant Eularia, Sant Miguel, Sant Vicent.
Ces églises souvent modestes datent du XVe XVIe, XVIIe siècle , ont un petit côté america del sur, et toutes sont blanchies à la chaux.


Sant Eulalia


Sant Llorenz

Sant Juan

Sant Miguel et notre superbe 125

Nous rejoignons la côte au port de pêche traditionnel à la plage de Pou des Lleo, photo, où sont tirés les pointus à la main, les tours aragonaises jalonnent la côte et font le joint avec les îles de méditerranéennes (toutes sont ceinturés de ces tours de guet qu'elles soient aragonaises, génoises, turques, phéniciennes, )

 
Le port Pou des Lleo

Tour Aragonaise

Les mas et fermes sont maintenant remplacés par des belles propriétés rachetés par les touristes étrangers. Rares sont les bâtisses comme ici à Can Pere Mosson près de San Llorenz de Balafia.

Mas Bafalia


Un petit coup d´oeil à l´île de Tomago visitée il y a déjà 7 ans, et qui avait abrité La Licorne d`un sérieux coup d´Eole.

Visite d´un beau moulin à Puig d´En Valls qui rappelle les belles éoliennes grecques.

Puig dÉn Valls.

Voili les routes scootérisées sur l´ìle.


 

Allez il est temps de décoller, de retrouver Neptune Nérée sous les bons hospices de Zeus.

Le programme prévoie 250 Milles pour rallier Almérimar sur la côte sud espagnole à 350 Kms de la sortie, le grand rocher alias Gilbraltar.

Les prévisions météo nous promettent 3 jours de vents portants. C'est reparti, La Licorne est contente et s'ébroue comme un yearling. 

On décolle en fin de journée  salué par Amon Ra.



Finalement nous n'avons eut que quelques heures de vents favorables, et c'est au bon plein et surtout au près que le parcours se fera. La traversée est marquée par une rencontre assez extraordinaire où notre route croise une superbe tortue marine d'au moins 1 mètre, que malheureusement je n'ai pas eut le temps de numériser .

Accueuilli par les pècheurs on relâche au Cap Palos sur la côte espagnole juste au sud de la lagune bétonnée de Mar Menor en espérant qu'Eole accepte de se mettre en accord avec Météo France.


Phare del Cabo Palos.


La lagune bètonnèe de Mar Minor (un massacre...)

 

 

 

Malheureusement le divorce est consommé entre prèvisions et réalité, et nous faisons des mouillages à l'abris de chaque cap qui montre son nez, Cap Tinoso sous la protection des pétroliers devant Cartagène,, le Monte Cope avec sa curieuse tour et Puerto Genoves , belle plage juste au nord de Cap Gata l'extrémité Sud Est de la péninsule ibérique.


Cap Tinoso,

Si le soleil ne nous a pas abandonné durant ces quelques 6 jours de virée, la pluie n'a menacé que les premiers jours, et la température a toujours était clémente (normal...avec brigitte).

Finalement c'est enfin par vent portant que ce fait la dernière ligne droite qui nous fait rallier Aguadulce dans la baie d'Alméria.






La Capitainerie du Port d'Aguadulce.

 

C'est ici que nous allons caréner La Licorne.

 

Je vous quitte en passant tel le condor sur la pyramide aztèque....

en fait j'aime bien ce clichè et ne savais trop où le caser.....

A bientòt pour vous narrer l'histoire del Andalous....

Je vous laisse en compagnie de la carte qui visualise nos quelques bientòt 2.000 milles nautiques depuis Cannes.

 


Partager cet article

Repost0