Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le site "La Licorne", qui depuis Mi Mai 06 caracole sur les ondes marines, avec pour finalité une petite boucle ou circumnavigation.

Il s'agit de tenir au courant les amis, les proches, et les mordus de voyage, de pouvoir situer le bateau, et retrouver quelques ambiances via quelques sgribouilles sur les endroits visités.( pour être tenu au courant il suffit de s'inscrire à la News Letter).

Il est possible également de laisser un message, de donner des nouvelles de la "maison".

(N.B: Pour laisser un message cliquer sur "J'aime ce blog" puis "Contacter le blogueur" en haut de chaque article.)

(N.B.2: pour accélerer l'affichage des images, cliquer sur l'archive ou l'article voulu dans la colonne de gauche.)

Recherche

Archives

17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 10:20

TDM37 Sept2009 J’ai retrouvé l’Atlantide. : Fernando de Noronha

 

 

En fait elle ne se cachait pas vraiment cette fameuse île mythique et paradisiaque, qui a donné son nom à l'océan qui la cache. Sûr qu’elle est loin des portes d’Hercule (Gibraltar), qu’elle est isolée à plus de 400 Km des côtes sud-américaines, mais elle ne s’esquive pas quand on l’aborde. Après une transatlantique sereine, elle vous accueille gentiment.

 

Je ne voulais pas parler d’Eden à propos de Fernando ne voulant pas plagier Americo Vespucio, le découvreur, qui s’est écrié en débarquant « le paradis est ici » en 1503.

 

Fernando de Noronha est brésilienne, c’est un site classé par l’Unesco, faisant partie du patrimoine de l’humanité. Les plus belles plages du Brésil, un sanctuaire, pour nombre de poissons, mammifères marins, oiseaux tropicaux, tortues. Un haut lieu où l’écologie est heureusement reconnue, et appliquée. Une taxe salée d’ailleurs permet aux visiteurs, de ne pas l’oublier. Mais j’avoue que j’approuve cette politique, qui permet de préserver cette superbe île.

 

Pour en finir avec la géographie, moins de 20 Km2, environs 2000 bienheureux Atlantes. 30° de température en ce début de printemps, pas de cyclone venant perturbé son atmosphère indemne de toute pollution. Il fait bon vivre à Fernando de Noronha.  Bon, ok on s’en doutait un tantinet…

 

 

Voici la belle en carte, avec un petit rappel de la route pour y parvenir.

 

 

 

Nous mouillons devant l’unique petit port de Santo Antonio, que déjà un ballet d’oiseaux nous entoure, frégates, fous, sternes, nous accueillent.

 

 

Tout est ici délice, même les formalités d’habitude si ennuyeuses sont faciles, et plaisantes. Sourires, effort de compréhension de notre baratin lusitanien. Ça change du Cap Vert.

 

Bon puisque nous sommes en règle avec la police maritime, fédérale, et les autorités portuaires, je peux vous emmener visiter la belle. Pour ne pas trop agresser votre cortex, et vos noenoeils, on va commencer par le village de Vila dos Remedios Palmiers, cocotiers, flamboyants, frangipaniers abritent des maisons d’allure très antillaise, de plein pied pour la majorité, très colorées.

D’ailleurs l’entrée du village est matérialisée par la place des flamboyants la bien nommée.

 


Place des flamboyants.


Petit "Resto" où on a dégusté un steak bien saignat comme chez nous...
La poste.


Le moyen de transport quasi exclusif est ici le buggy, même les taxis en sont pourvus.


Taxi Buggy.



Le Palais Sao Miguel même avec ses canons ne semble pas bien béliqueux. La belle église Notra Senora dos Remedios est joliment orangée. La forteresse du même nom domine le port et le mouillage, où l’on devine La Licorne complétement à gauche . J’ai mis la pioche (l’ancre) là, afin d’être un peu en retrait pour mieux discuter avec les dauphins qui passent tous les jours à portée.

 


Palais Sao Miguel

Notra Senora Dos Remedios.


Le mouillage, à droite le port de Santo Antonio, La Licorne à gauche toute, en fond les îlots du NE.

 

 

Bon, il est temps de vous présenter le maître de l’île qui culmine à plus de 300 m, et reste l’emblème de Fernando : le Morro do Pico avec ses deux assesseurs los dos Remedios d’allure très mammaires.

 


Le fort de Vila, le Pico et les 2 Remedios.


Sa majesté et ses courtisans.


Repetita placent.




 

 

L’intérieur de l’île est superbe, parcouru de pistes plus ou moins carrossables que nous explorons en moto de location ( je dis en moto, je veux dire en vraie moto.. en trail, car ici les moto-auto type Harley, ou les sportives, n’ont pas droit de cité). Outre les palmiers cocotiers toujours aussi élégants, l’arbre corail est très fréquent et en fleurs.


 Virée motorisée.



Arbre corail.

et sa fleur.

 

 Carte  sillonnée en trail.


 

Allez petite balade le long de la côte nord. A Vila on descend sur la praia de Cachorro première des plages qui se succédent,  baignées pas une eau turquoise à 30°, survolées d’une faune aviaire superbe, longées par des barques de pêcheurs.

.

 

Praia Do Cachorro, Da Conceiçao, Do Boldro, Do Bode, toutes plus belles les unes que les autres. Les yeux ne savent plus où se poser tant les vues sont splendides, apaisantes, intactes,  sous un ciel éclatant. Difficile d’éviter des faire des cartes postales, une fois le déclencheur enfoncé le résultat est là, il ne manque que le timbre…

 

On déambule bouche bée, devant le « pestacle » donné par dame nature dans ce qu’elle a de plus beau, et surtout quand on lui fout la paix.


Praia de Conceiçao

Praia Do Boldro


Praia do Bode
 

 

 

 

La ronde des fous et frégates guifettes sternes aigrettes, est agrémentée du vol poétique des pailles en queue, et des Gygis alba. Traits blancs qui traversent l’azur, afin d’écrire je ne sais quel poème sur cette page de ciel bleu.

 

Bon je vous laisse un moment pour tout simplement vous balader et regarder.. (n'oubliez pas vos lunettes, l'écran solaire et lou capéo...)

 

 

 

 Praia Cacimbra Do Padre.

 Praia do Porcos. avec piscines naturelles...svp.


 
Nuage de  Frégates

 Frégate en vol.

Fou masqué.
Paille en Queue
Baia do Sancho

 Une échelle dans la falise permet de rejoindre Oscar ici bas.

Couple de frapadingues.
La belle Gygis Alba.



Fou plannant
Fou plongeant.




Trois heures de balade nous amènent à la Baia dos Golfinhos. Venons en aux mammifères qui sont les stars de l’île. Ce sont ces fameux dauphins à long bec , ma foi bien communs puisque l’une des espèces les plus fréquentes, mais qui présentent 2 particularités : la première et la plus spectaculaire est celle de faire des bonds en tournant dans l’air, d’où leur noms portugais de « golfinhos rotadores », de « spiner dolphin » en anglish . Il s’agirait d’un moyen de communication élaboré par l’espèce afin de parler au groupe. Acrobatiques ces sauts ne seraient donc pas seulement un mode d’expression ludique, mais  aussi une façon de dire, « et t’as vu . le 20 H …. ! ? y zont gagné Fulminens ? de combien de gooooooooal ? ».

 




 Autre spécificité, ici, à Noronha c’est la plus forte concentration de Stenella Longirostris, connue dans le monde. Ils sont plusieurs centaines à venir et surtout rester ici. Tous les matins ils viennent du large par centaines, parfois par milliers dans la Baia des Golfinhos et prés du port en bandes, en groupes se baladant, pêchant, papotant, devisant du temps et du climat, argotant sur les dernières nouvelles océanes, et rigolant tout en bondissant , rebondissant.  Superbe spectacle.

 

 

 

 

Difficile de rendre via photo la multitude en Baia dos Golfinos, la vidéo eut été plus mieux meilleure.....


Voili pour les mammifères marins, mais Fernando regorge d’autres bestiaux aquatiques, que je ne pourrais vous montrer faute d’appareil photo waterproof.

Vous manquez une autre facette de Fernando , car c’est un véritable aquarium, avec perroquets, carangues, lutjans, demoiselles, papillons, diodons, napoléons, rougets, barracudas, .. et bien sur requins, qui sillonnent les eaux du coin, ainsi que des tortues vertes. La prochaine fois, je vous montrerais la faune under the water, promis.

 

Il y a juste Antonio que je peux vous montrer, car de nature plutôt joviale, et très curieux à propos de la culture française, il est souvent sorti de l’eau nous parler…..

 "Tu ne m'as pas répondu,... alors Godart ... il fait parti du mouvement new wave ?? ou non"



 

 

A propos des requins le musée à côté du port est assez démonstratif :

 

 

 

De récifs, bleu, tigre,  ou  nourrice comme celui croisé au Cap Vert

 

 

Je vous confie un autre regret, comme quoi le monde n’est pas parfait même ici, sur l’Atlantide, C’est celui de ne pouvoir vous monter les vidéos faites sur les dauphins, et les plongeons des fous masqués dans le turquoise. Peut être un jour si j’arrive à charger les fichiers….

 

 

Bon juste pour le plaisir des yeux, sur la côte sud, à côté de la pointe de Caracas, je vous emmène sur Praia do Leao, la plage du Lion, certainement une des plus belles plages du monde ; avec en premier plan des piscines naturelles.

 

 Pointe Caracas


 La Plage reine do Leao.




Sur terre la faune est plus pauvre, quelques mocos rongeurs entre rat et lapin patrouillent dans la rocaille, et une multitude de lézards Mabuya endémiques envahissent les rochers.

 

 Je vous présente pépé le Moco.


Pas de quoi lézarder...

 Vous ai-je parlé du héron garde-cheval ?



Zeus Neptune et bien sur Eole se sont donnés rendez-vous ici, afin de siroter en fin de journée un super apéro allongés sur le sable de la Praia du Boldo,  regardant l’immersion de Ra un poto mésopotamien et nilotique, qui chaque soir daigne iriser les cieux en prenant son bain. Spectacle assuré alors qu’un petit boléro de Ravel plane dans l’air…

 

 

 

 

 

 

 

Dernier contre jour sur le mouillage, il est temps de reprendre la mer, il est temps de boucler cette transat en touchant le continent.  Adeus Fernando que les Dieux te protègent.

 







Je ne sais pas vous, mais moi l’Atlantide j’ai  bien aimé….

 

 

A bientôt les amis

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

martine colmant 25/11/2009 18:16


merci de ces merveilleuses images...
Quel fabuleux voyage!
Quel appareil photo utilisez vous?
Vos photos sont tellement claires et précises...


FERRERO Martine 18/10/2009 15:22



Magnifique ! Manu tu sais nous faire rêver, merci, affectueuses pensées, Martine